SAVOIR NAGER

juillet 24, 2017

Les grandes vacances sont là et on attend avec plaisir les baignades, dans la mer, les lacs, les rivières et les piscines. Mais le nombre de noyades qui se produisent chaque année est toujours très élevé: près de 500 en France en 2016, 321 au Royaume-Uni en 2015.

Savoir nager est une compétence de la vie courante, mais près d’un Français sur six sondés se déclare incapable de flotter ou d’esquisser quelques brasses afin de se sauver la vie.

La moitié des femmes françaises de plus de 65 ans sont des non-nageuses, n’ayant pas bénéficié de l’apprentissage de la natation à l’école. À l’autre bout du spectre, seulement 4% des hommes âgés de 15 à 24 ans ne savent pas nager.

Pourtant, il y a d’autres facteurs responsables des noyades. Des nageurs compétents sont aussi susceptibles de perdre la vie en surestimant leurs capacités ou en se laissant surprendre par les courants ou l’eau très froide. Les personnes en surpoids ou obèses sont aussi souvent des victimes. Elles n’ont pas appris à nager, craignant de se dénuder en public.

Au Royaume-Uni, selon un rapport de la STA (Swimming Teachers Association) un enfant sur trois âgés de 10 à 16 ans ne sait pas nager. 1300 écoles n’offrent pas d’apprentissage, et beaucoup de parents disent qu’ils n’ont pas le temps d’amener leurs enfants à la piscine, où  l’entrée coûte en moyenne £4.24.

Soyez prudents et passez de bonnes vacances!

Lecture complémentaire dans l’archive: Le Doyen des Maîtres-Nageurs du 16 août 2013.

BEING ABLE TO SWIM

The summer holidays have arrived and people are looking forward to bathing in the sea, lakes, rivers and swimming pools. But the number of drownings which occur every year is still very high: nearly 500 in France in 2016, 321 in the UK in 2015.

Knowing how to swim is an essential life skill, but nearly one in six French people surveyed said that they didn’t know how to float or swim a few strokes to save themselves from drowning.

Half of women aged over 65 are non-swimmers, not having been taught swimming at school. At the other end of the spectrum, only 4% of men aged 15 to 24 can’t swim.

However, there are other factors responsible for drownings. Competent swimmers are also liable to lose their lives if they overestimate their abilities or if they get caught out by currents or very cold water. Overweight or obese people are also often victims. They haven’t learnt to swim because they’re afraid of undressing in public.

In the United Kingdom, according to a report by the STA (Swimming Teachers Association), one in three children aged 10 to 16 can’t swim. 1300 schools don’t provide swimming lessons and many parents say they haven’t got time to take their children to the swimming pool, where the entrance fee costs on average £4.24.

Be careful and have a good holiday!

Further reading in the archive: The Doyen of Lifeguards dated 16 August 2013.


LES COLONIES DE VACANCES

juillet 17, 2017

Elles sont devenues une institution française, une partie intrinsèque des grandes vacances. Mais de plus en plus des colos ferment. Dans les années soixante, 4 000 000 enfants partaient en colo, aujourd’hui ce n’est plus que 1 200 000 enfants. Selon un rapport du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, elles risquent de disparaître totalement d’ici 2030.

Les premières colonies de vacances étaient en Suisse dans les années 1870. Grâce au pasteur Hermann Walter Bion, 68 enfants de la ville de Zürich sont partis en montagne pour des vacances de trois semaines chez des paysans.

Les premières colonies en France sont attribuées au philanthrope Edmond Cottinet qui, en 1883, a convaincu la Caisse des écoles (qui venait d’être généralisée à chaque municipalité par les réformes de Jules Ferry) de financer des séjours à la campagne de certains élèves pauvres du IXe arrondissement de Paris.

Plutôt que d’aller chez des familles, les enfants sont allés dans des centres, surveillés par un personnel spécialisé: les moniteurs et monitrices (les monos), aujourd’hui appelés des animateurs. L’objectif fondamental des colos était l’apprentissage du vivre-ensemble et de l’autonomie avec l’ambition de diffuser cette fraternité dans le reste de la société.

Depuis les années 80, les colonies généralistes destinées aux enfants de la classe ouvrière ont laissé place à des centres à thème destinés aux enfants de familles aisées.

Souvenez-vous du tube de l’été 1966 de Pierre Perret Les jolies colonies de vacances? Les paroles représentaient la lettre d’un petit garçon à ses parents, énumérant les problèmes des monos, de la cantine, des punitions, des maladies et même de la traite des blanches! Écoutez la chanson ici: https://www.youtube.com/watch?v=oeCM3V2lqfw

Lecture complémentaire dans l’archive de ce blog: La journée des oubliés de vacances du 27 août 2013 et La laïcité des écoles françaises du 10 septembre 2013

SUMMER CAMPS

They became a French institution, an intrinsic part of the summer holidays. But more and more ‘colos’ (colonies, ie summer camps) are closing. In the sixties, 4 million children went to summer camps, today it’s only 1.2 million. According to a report from the ministry of Towns, Youth & Sport, they are in danger of disappearing completely by 2030.

The first summer camps were in Switzerland in the 1870s. Thanks to the (Protestant) minister Hermann Walter Bion, 68 children from the town of Zürich went for three-week holidays with peasant families in the mountains.

The philanthropist Edmond Cottinet is credited with the first camps in France in 1883. He persuaded the ‘caisse des écoles’ (schools funding body), (which had just been devolved to local councils by the Jules Ferry reforms), to fund country holidays for some poor children from the 9th arrondissement of Paris.

Rather than going to stay with families, the children went to centres which were supervised by specialised staff: the monitors (the ‘monos’), today known as ‘animateurs’ (activity leaders). The basic aim of the camps was to learn about living together and independence, with the hope of spreading this ‘brotherhood’ to the rest of society

Since the eighties, the general camps which were meant for working class children have given way to themed centres attracting children from well-off families.

Do you remember Pierre Perret’s hit of summer 1966 ‘Les jolies colonies de vacances’? The words were meant to be a young boy’s letter to his parents, listing problems with the monitors, the food, the punishments, the illnesses and even the white slave trade! Listen to the song here: https://www.youtube.com/watch?v=oeCM3V2lqfw

Further reading in this blog’s archive:

La journée des oubliés de vacances (The day for children who didn’t get a holiday) dated 27 August 2013 et La laïcité des écoles françaises (The secularism of French schools) dated 10 September 2013


LE RAINBOW WARRIOR

juillet 10, 2017

Le 10 juillet est une date importante dans le calendrier de l’organisation écologiste Greenpeace. Car c’est le 10 juillet 1985 que les services secrets français ont détruit le Rainbow Warrior et entraîné la mort de Fernando Pereira, photographe portugais et membre de l’équipage de Greenpeace.

Ce triste épisode scandaleux a eu lieu en Nouvelle Zélande. Les saboteurs voulaient empêcher les militants de Greenpeace de perturber les essais nucléaires français sur l’atoll de Mururoa dans le Pacifique.

Le navire a coulé dans le port d’Auckland, éventré par deux bombes. Le sabotage avait tourné mal. Pendant deux mois, Charles Hernu, ministre de la Défense, a nié l’implication de la France dans l’attentat, mais il a fini par démissionner. Il n’y a pas eu d’enquête parlementaire. Aucun gouvernement sauf la Nouvelle Zélande n’a condamné l’action française et on a continué d’étouffer l’affaire. Avec le recul du temps, chacun sait que c’était un acte de terrorisme soutenu par l’État et que le président de la République, François Mitterrand, était au courant.

Après cette affaire, Greenpeace, dont la philosophie est fondée sur des principes d’action directe non-violente et de témoignage au tort moral, a vu sa popularité monter dans le monde entier. En 1996, le Rainbow Warrior II, qui a remplacé le chalutier détruit, a été attaqué par des militaires français qui ont employé des bombes lacrymogènes et démoli du matériel. Il a pris sa retraite en 2011, remplacé par le Rainbow Warrior III, un navire spécialement construit afin de permettre à Greenpeace de poursuivre ses campagnes.

THE RAINBOW WARRIOR

The 10th July is an important date in the calendar of the environmental organisation Greenpeace. Because it was on 10 July 1985 that the French secret services destroyed the Rainbow Warrior and caused the death of Fernando Pereira, a Portuguese photographer and member of the Greenpeace crew.

This sad, scandalous episode took place in New Zealand. The saboteurs wanted to prevent Greenpeace militants from interfering with French nuclear tests in Mururoa in the Pacific.

The boat sank in the port of Auckland, torn apart by two bombs. The sabotage had gone badly. For two months, Charles Hernu, minister of Defence, denied French involvement in the attack, but he ended up resigning. There was no parliamentary enquiry. No government outside of New Zealand condemned the French action and the cover-up continued. With the passage of time, it’s become common knowledge that this was a state-sponsored act of terrorism and that the French president, François Mitterrand, was aware of the situation.

After this affair, Greenpeace, whose ethos is based on the principles of non-violent direct action and bearing witness to moral wrong, saw its popularity increase all around the world. In 1996, the Rainbow Warrior II, which replaced the destroyed trawler, was attacked by the French military who used tear gas and smashed up equipment. It was replaced in 2011 by the Rainbow Warrior III, a boat purpose-built for Greenpeace campaigning.


SANS-CULOTTES ET SANS-CRAVATE

juillet 3, 2017

Au moment de la Révolution française, sans-culotte était le nom méprisant donné aux manifestants populaires qui portaient le pantalon à rayures au lieu de la culotte en soie portée par les membres de l’aristocratie d’Ancien Régime.

Depuis jeudi dernier, les députés britanniques ne sont plus obligés de porter la cravate au parlement. Une petite révolution qui doit peut-être son approbation au refus mardi dernier des députés masculins du groupe La France Insoumise de porter une cravate dans l’hémicycle français.

Il y a eu ici des sans-culottes, il y aura désormais des sans-cravate” a déclaré Jean-Luc Mélenchon, président du groupe.

Ce qui constitue une tenue respectueuse d’un parlement est discutable. Il me semble qu’une garde-robe progressive ou vieux jeu est actuellement le dernier de nos soucis.

L’adage l’habit ne fait pas le moine me vient à l’esprit. Le dicton a le sens que l’apparence peut-être trompeuse et aussi qu’il ne faut pas juger les gens à leur apparence. Il paraît que le proverbe viendrait du latin barba non facit philosophum, c’est-à-dire la barbe ne fait pas le philosophe.

D’autres expressions françaises utiles avec sans: sans-papiers pour un clandestin sans titre de séjour, un sans-abri pour une personne qui n’a pas de logement, un sans-parti pour quelqu’un qui n’est inscrit à aucun parti politique, un sans-travail pour une personne qui est au chômage.

NO BREECHES AND NO TIES

At the time of the French Revolution, ‘sans-culotte’ was the contemptuous name given to working-class demonstrators who wore striped trousers instead of the silk breeches worn by members of the aristocracy of the old regime.

Since last Thursday, British MPs are no longer obliged to wear ties in parliament. A little revolution which perhaps owes its acceptance to the refusal last Tuesday of male MPs of the ‘La France Insoumise’ (Rebellious France) party to wear ties on the benches of the French parliament.

There were ‘sans-culottes’ here in the past, in the future there will be ‘sans-cravate’ ” said Jean-Luc Mélenchon, president of the group.

What constitutes suitable attire for a parliament is debatable. I think whether someone’s wardrobe is progressive or outdated is currently the least of our worries.

The saying ‘l’habit ne fait pas le moine’ (the habit doesn’t make the monk – possible English equivalent ‘Don’t judge a book by its cover) comes to mind. The saying has the sense of appearances being deceptive and also that you shouldn’t judge people by their appearance. Apparently the proverb comes from the Latin ‘barba non facit philosophum’, ‘a beard doesn’t make a philosopher’.

Some other useful French expressions with ‘sans’: ‘un sans-papiersfor an illegal immigrant, ‘un sans-abri’ for a homeless person, ‘un sans-parti’ for someone who is not a member of any particular political party and ‘un sans-travail’ for an unemployed person.


LE VÉLO FÊTE SES 200 ANS

juin 26, 2017

Le Tour de France va se mettre en route samedi. Cette 104e grande boucle va se composer de 21 étapes et couvrira une distance totale de 3 521 kilomètres.

Le premier vélo a fait son apparition en 1817. C’est le baron Karl Drais qui a inventé la première bicyclette appelée la draisienne en France. Pourtant il n’y avait pas de système de direction donc il fallait se déplacer en ligne droite – loin d’être commode! Le baron aurait du mal à reconnaître sa machine face à la large gamme de vélos disponible aujourd’hui.

Le premier brevet déposé pour un vélo pliant était en 1887. Le premier vélo électrique a été inventé déjà en 1930, mais il a fallu bien longtemps avant qu’il connaisse le succès. Les premiers vélos en libre-service sont apparus à La Rochelle en 1974, les ancêtres des très populaires Vélibs de Paris. Le VTT – vélo tout terrain – est né en Californie en 1975 et est arrivé en France peu après.

Le mot vélo – abréviation depuis 1879 de vélocipède – veut dire rapide grâce aux pieds. Bien sûr il existe aussi le mot bicyclette, dérivé de bicycle plus le suffixe -ette, car les roues de la bicyclette sont plus petites que celles du bicycle. C’est logique!

De nos jours, le mot vélo est le plus courant. On dit aussi bicyclette, mais le mot semble un peu désuet. Pour ceux qui sont nostalgiques, voici un lien à la chanson charmante d’Yves Montand ‘À Bicyclette’: https://www.youtube.com/watch?v=eoHjQs6C4UY Les cyclistes branchés parlent aussi de leur petite reine, une expression dont l’origine est liée à la jeune Néerlandaise Wilhelmine d’Orange-Nassau, devenue reine des Pays-Bas à l’âge de dix ans, qui aimait beaucoup se balader à vélo. On parle aussi de la bécane, à l’origine une machine ou une moto, mais vite popularisée pour parler du vélo (et souvent aujourd’hui de l’ordinateur).

Une petite balade à vélo ou en vélo? On entend les deux, mais selon l’Académie Française, ‘en’ n’est pas correct, ‘en’ étant réservé aux transports où on peut prendre place à l’intérieur: la voiture, le train, l’avion etc. Si vous pouvez enfourcher votre deux-roues (aussi un cheval), il faut dire ‘à’. Bonne promenade!

THE BICYCLE’S 200TH BIRTHDAY

The Tour de France will get underway on Saturday. This 104th ‘grande boucle’ (big loop) will have 21 stages and will cover a total distance of 3,521 kilometres.

The first bike appeared in 1817. It was Baron Karl Drais who invented the first bicycle, known as the ‘draisienne’ in France. However, there was no steering system so you had to go in a straight line – not exactly convenient! The baron would find it hard to recognise his machine in the wide range of bikes available today.

The first patent registered for a folding bike was in 1887. The first electric bike was invented as long ago as 1930, but it took a long time for it to become successful. The first self-service bike rentals appeared in La Rochelle in 1974, the forerunners of Paris’ popular Vélib. The mountain bike was born in California in 1975 and arrived in France shortly afterwards.

The word ‘vélo’ – an abbreviation of ‘vélocipède’ since 1879 – means ‘fast thanks to your feet’, Of course the word ‘bicyclette’ also exists, derived from ‘bicycle’ plus the suffix -ette, as the ‘bicyclette’s‘ wheels are smaller than those of a ‘bicycle’. It’s logical!

Nowadays, the word ‘vélo’ is the most common. You do say ‘bicyclette’, but it seems a bit old-fashioned. For those of you in a nostalgic mood, here’s a link to the wonderful Yves Montand song ‘À Bicyclette’: https://www.youtube.com/watch?v=eoHjQs6C4UY Trendy cyclists also talk about their ‘little queen’, an expression whose origin is linked to the young Dutch girl Wilhelmine d’Orande-Nassau, who became queen of Holland at the age of ten and who loved riding around on her bike. People also refer to ‘la bécane’, originally a machine or motorbike, but soon becoming popular to refer to a bike (and today often a computer).

Une petite balade à velo or en vélo? You hear both, but according to the Académie Française, ‘en’ is not correct, being reserved for transport where you can sit inside: car, train, plane etc. If you can straddle your two-wheeler (also a horse), you should say ‘à’. Have a good ride!