NOUS ANTI-GASPI – LES ÉPICERIES QUI VONT DANS LE BON SENS

octobre 18, 2021

Je ne m’excuse pas d’écrire souvent au sujet du changement climatique et des habitudes qui contribuent a l’effet de serre. On s’approche de la COP26 et l’enjeu est grand. On dit que le gaspillage alimentaire est responsable de six fois plus de gaz à effet de serre que l’aviation. Quand on jette des aliments à la poubelle, on gaspille les ressources précieuses consacrées à les cultiver, les emballer et les transporter. Pourrisant à la décharge, ça produit du méthane, gaz à effet de serre encore plus puissant que le dioxyde de carbone.

En France plus de 10 millions de tonnes de nourritures sont jetées chaque année, mais au premier plan de la lutte contre ce gaspillage est la chaîne d’épiceries Nous anti-gaspi. Je dis bien ‘chaîne’, car depuis le rencontre en 2016 de Vincent Justin et Charles Lottman et l’ouverture de leur première épicerie dans la banlieue rennaise en mai 2018, dix-sept autres épiceries ont ouvert.

Le concept: un arc-en-ciel de produits souvent destinés à la poubelle sont pourtant encore propres à la consommation. Petits défauts physiques, anciens emballages, produits dont la date de péremption est proche apportent tous de l’eau à leur moulin.

D’où proviennent ces produits ‘sauvés’ vendus 30% moins chers? De tous les sens: d’agriculteurs locaux, de grossistes, de petites entreprises et même de gros industriels. Et leurs invendus? Ils sont redistribués aux associations locales. Un cercle vertueux qui assure que même les carottes tordues et d’autres légumes moches reçoivent une seconde chance. C’est une solution gagnant-gagnant, et je tire mon chapeau à ces deux jeunes entrepreneurs.

NOUS ANTI-GASPI – GROCERY STORES GOING IN THE RIGHT DIRECTION

I make no apology for often writing about climate change and the habits which contribute to the greenhouse effect. COP26 is getting nearer and the stakes are high. It’s said that food waste is responsible for six times more greenhouse gases than aviation. When food is thrown in the bin, we’re wasting the precious resources it’s taken to grow, package and transport it. Rotting in landfill, this produces methane, a greenhouse gas even more potent than carbon dioxide.

In France more than 10 million tonnes of food are thrown away every year, but in the forefront of the fight against waste is the grocery chain ‘Nous anti-gaspi’ (Us against waste). And I do mean ‘chain’ as, since Vincent Justin and Charles Lottman met in 2016 and opened their first grocery store in the suburbs of Rennes in May 2018, they’ve opened seventeen more stores.

The concept: a rainbow of products which are often thrown in the bin are actually fit for consumption. Small physical flaws, old packaging, products nearing their best-before date are all grist to their mill.

Where do these ‘rescued’ products sold at a 30% discount come from? From right, left and centre: local farmers, wholesalers, small companies and even large manufacturers. And their unsold goods? They are redistributed to local charities. A virtuous circle which ensures that even wonky carrots and other ugly vegetables get a second chance. It’s a win-win solution and I take my hat off to these two young entrepreneurs.


LES BOÎTES À LIRE

octobre 11, 2021

Selon une amie qui habite en Vendée, les boîtes à lire font fureur dans le coin. Une boîte à lire, c’est une petite bibliothèque de rue où n’importe qui peut déposer ou emprunter des livres gratuitement. J’imagine que pendant les pires jours de la crise sanitaire, ces mini-bibliothèques auraient pu être une aubaine pour les lecteurs avides, mais malheureusement beaucoup d’entre eux ont été provisoirement suspendues.

Il semble que le concept est provenu du Royaume-Uni avant d’arriver en France il y a quelques années où les boîtes ont fait un tabac. Les Français sont passionnés de la lecture et les boîtes à lire ont commencé à apparaître un peu partout, dans les jardins publics, les gares et les lieux de passage.

Il existe même un annuaire collaboratif qui répertorie toutes les boîtes à lire en France, aujourd’hui plus de 6 000! Depuis 2018, l’organisation RecycLivre fournit aux collectivités, entreprises et groupes de citoyens des boîtes à lire écoresponsables, fabriquées avec 90% de matériaux réutilisés.

Avec les boîtes à lire, vous n’êtes jamais à court de livres. Trouver une boîte à lire près de chez vous sur le site https://www.boite-a-lire.com/

COMMUNITY BOOK BOXES

According to a friend who lives in the Vendée, community book boxes are all the rage in the area. A ‘boîte à lire’ is a small street library where anyone can deposit or borrow books for free. I imagine that during the worst days of the pandemic, these mini-libraries might have been a godsend to avid readers but unfortunately many of them were provisionally closed.

Apparently the idea came from the UK before arriving in France a few years ago, where the boxes were a big hit. French people are keen readers and book boxes began to appear almost everywhere, in parks, stations and busy places.

There’s even a collaborative directory which lists all the boxes in France, today more than 6,000! Since 2018, the RecycLivre organisation has been supplying communities, businesses and groups of citizens with environmentally friendly boxes, made from 90% re-used materials.

With book boxes, you’re never short of a book. Find a book box near you on the website: https://www.boite-a-lire.com/


DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE: QUAND IL FAUT PARTIR

septembre 27, 2021

Quand on entend parler des réfugiés climatiques, il y a tendance à penser aux gens qui habitent des pays lointains, surtout dans le tiers monde. Ces personnes anonymes doivent quitter leurs maisons, leurs terres, parfois leurs régions, à cause de la dégradation de leur environnement liée au changement climatique. Que ce soit la hausse du niveau de la mer, la dégradation des sols ou des catastrophes comme les inondations, les sécheresses, les incendies, les ouragans, les glissements de terrain etc. Malheureusement, ce n’est pas de la science-fiction, ce ne sont pas des risques pour un futur lointain, c’est le monde d’aujourd’hui.

Mais saviez-vous que les premiers déplacés climatiques émergent en France? Une émission récente dans la série Interception sur France Inter raconte les histoires de Français déjà victimes de catastrophes, comme par exemple des inondations à Dijon “On se croirait dans un blockbuster Américain” dit un monsieur. Le littoral français devient de plus en plus fragile: 1,5 million de Français sont menacés par la submersion marine.

Quelquefois, il ne s’agit pas d’événements dramatiques, mais simplement de la chaleur insupportable en été. On a interviewé un certain Yves Martin, âgé de 78 ans, qui a dû quitter le Lot-et-Garonne pour s’installer en Bretagne. Il s’identifie comme “un vieil écolo”. Il a pris sa retraite dans le sud-ouest et a fait construire une maison écolo, mais le réchauffement climatique l’a “rattrapé”, parce qu’il souffrait tant des grosses chaleurs. Donc, ses problèmes de santé l’ont poussé à quitter la maison de ses rêves pour s’installer plus au nord dans un endroit où il juge le climat plus raisonnable. “Je suis très inquiet pour les petits enfants” dit-il “C’est un gâchis”.

C’est quand même choquant de se rendre compte que la moitié sud de la France est en train de devenir inhabitable.

CLIMATE CHANGE: WHEN IT’S TIME TO LEAVE

When you hear about climate refugees, there’s a tendancy to think of people who live in faraway countries, especially in the third world. These anonymous pople have to leave their houses, land, sometimes their area, because of the deterioration of their environment due to climate change. Whether its a rise in sea level, soil degradation or disasters like floods, droughts, fires, hurricanes, landslides etc. Unfortunately, this isn’t science fiction, these aren’t risks for a distant future, it’s today’s world.

But did you know that the first climate refugees are emerging in France? A recent programme in the “Interception” series on France Inter tells the stories of French people already victims of disasters like, for example, floods in Dijon. “It felt like we were in an American blockbuster” says one man. The French coast is getting more and fragile: 1.5 million French people are under threat of marine submersion.

Sometimes, it’s not a case of dramatic events, but simply the unbearable summer heat. They interviewed a certain Yves Martin, aged 78, who had to leave the Lot-et-Garonne to move to Brittany. He sees himself as an “old eco warrior”. He retired to the south-west and built an eco-house, but global heating has “caught up with” him because he was suffering so much from the extreme heat. So his health problems drove him to leave his dream house to move further north to a place where he thinks the climate is more manageable. “I’m very worried for the grandchildren” he says “It’s a mess”.

It really is shocking to realise that the southern half of France is in the process of becoming uninhabitable.


EN VOITURE!

septembre 20, 2021

C’est le moment de souhaiter un joyeux anniversaire au TGV, le train français à grande vitesse qui a soufflé ces 40 bougies vendredi.

La SNCF (Société nationale des chemins de fer français) a fêté l’anniversaire du train en jumelage avec les Journées du patrimoine. Emmanuel Macron a dévoilé une maquette de la motrice du TGV M, le «TGV du futur». Ce nouveau train, qui doit entrer en service en 2024, ne sera pas plus rapide, mais est censé être plus confortable, plus modulable, plus écolo et plus économe.

Depuis 1981, près de trois milliards de clients ont voyagé avec le TGV. La flotte actuelle TGV et Ouigo (TGV à bas coûts) se compose de 362 rames. Le record de vitesse, battu par un TGV en essai en 2017, est de 574,8 km/h.

Le premier TGV 001, surnommé Patrick (d’après le fils de son premier conducteur), a tiré sa révérence en février 2020, après 13,5 millions de kilomètres parcourus. Pendant ce temps, la France s’est habituée à un nouvel espace-temps, les distances se mesurant en heures et minutes plutôt qu’en kilomètres. On a vu l’apparition d’une nouvelle espèce: les navetteurs de la grande vitesse. Beaucoup de gens ont quitté Paris pour s’installer par exemple à Tours, Reims ou Vendôme, mais, grâce au TGV, leur trajet n’est que d’une ou deux heures.


Le premier TGV surnommé Patrick

ALL ABOARD!

It’s time to wish a happy birthday to the TGV, the French high speed train which turned 40 on Friday.

The SNCF (Société nationale des chemins de fer français – French national railway company) celebrated the train’s birthday in conjunction with Heritage Days. Emmanuel Macron unveiled a model of the TGV M engine, the “TGV of the future”. This new train, which is due to become operational in 2024, won’t be any faster, but is supposed to be more comfortable, more adjustable, more ecological and more efficient.

Since 1981, nearly three billion customers have travelled on the TGV. The current TGV and Ouigo (low-cost TGV) fleet has 362 trains. The speed record, beaten by a TGV on a test run in 2017, is 574.8 km/hour.

The first TGV 001, nicknamed Patrick (after the son of its first driver), bowed out in February 2020, having travelled 13.5 million kilometers. During this time, France got used to a new space-time continuum, distances being measured in hours and minutes, rather than kilometers. We saw the emergence of a new species: high speed commuters. A lot of people left Paris to live for example in Tours, Reims or Vendôme, but, thanks to the TGV, they only have a one to two hour journey.


JOSÉPHINE BAKER PANTHÉONISÉE

septembre 13, 2021

Emmanuel Macron a décidé récemment d’honorer Joséphine Baker en la faisant rentrer au Panthéon parce que, selon l’Élysée, elle est “l’incarnation de l’esprit français”.

Née en misère à St Louis en 1905, la chanteuse et danseuse exotique a fait sensation aux Folies Bergère en 1926 avec sa jupe de bananes artificielles. Elle était la première femme noire à jouer dans un grand film muet, La sirène des Tropiques, sorti en 1927.

L’essayiste Laurent Kupferman a recueilli 38 000 signatures sur sa pétition en faveur de la panthéonisation de la grande humaniste Joséphine Baker. “Ce n’est pas une femme qui se paye de mots” dit-il “C’est une femme d’action, une femme courageuse”. Pendant l’Occupation, Joséphine a profité de sa célébrité comme couverture pour se montrer plus maligne que les nazis. Qui oserait fouiller à corps Joséphine Baker?

Figure non seulement de la Résistance, mais aussi de la lutte antiraciste, elle rejoindra les rares femmes déjà inhumées parmi les “grands hommes” de la République: Simone Veil, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Marie Curie et Sophie Berthelot.

Au coeur du Quartier Latin, le Panthéon, monument de style néoclassique, était à l’origine une église, mais depuis la Révolution française, elle abrite les dépouilles de personnages illustres ayant marqué l’histoire de la France. La cérémonie aura lieu le 30 novembre et fera de Joséphine la première femme noire à faire son entrée dans la nécropole laïque.

JOSÉPHINE BAKER HONOURED IN THE PANTHÉON

Emmanuel Macron recently decided to honour Joséphine Baker with a place in the Panthéon because, according to the Élysée, she is “French spirit” incarnate.

Born in poverty in St Louis in 1905, the exotic singer and dancer caused a stir at the Folies Bergère in 1926 with her skirt made of artificial bananas. She was the first black woman to have a role in a major silent film, Siren of the Tropics, which came out in 1927.

The essayist Laurent Kupferman collected 38,000 signatures on his petition in favour of installing the great humanist Joséphine Baker in the Panthéon. “She’s not a woman who’s all talk” he says “She’s a woman of action, a brave woman.During the Occupation, Joséphine used her fame as cover to outwit the nazis. Who would dare strip-search Joséphine Baker?

A figure not only of the Resistance, but also of the anti-racist struggle, she will join the few women already buried among the “great men” of the Republic: Simone Veil, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Marie Curie et Sophie Berthelot.

In the heart of the Latin Quarter, the Panthéon, a neo-classical monument, was originally a church, but since the French Revolution, it has housed the remains of illustrious individuals who have stood out in French history. The ceremony will take place on 30 November and will make Joséphine the first black woman to gain entry to the secular necropolis.