DISPARITION DES TRAINS DE NUIT

juillet 25, 2016

Si vous avez quelquefois rêvé de traverser la France en train de nuit mais vous n’avez pas encore réalisé ce projet, dépêchez-vous, car beaucoup des liaisons vont bientôt disparaître, à moins qu’un opérateur privé ne reprenne les lignes qui seront supprimées à partir d’octobre 2016.

Cette expérience unique vous permet de vous coucher à Paris et de vous réveiller, par exemple, dans le Midi. Mais ce mode de transport pas cher, économe en temps et écologique est devenu un boulet pour la SNCF et le gouvernement. Les trains nocturnes ne transportent que 3% des voyageurs mais représentent à eux seuls 25% des déficits des Intercités (trains nationaux hors TGV). Selon le secrétaire d’État aux transports, chaque billet vendu encourt plus de 100 euros de subvention publique et la fréquentation a baissé de 25% depuis 2011.

Le syndicat CFDT-Cheminots n’est pas content. Son secrétaire général adjoint Philippe Beaumont juge que “rien n’a été fait depuis des années pour améliorer le service et inciter les voyageurs à les prendre, donc automatiquement ils sont vides”.

Dans les voitures-couchettes (qu’on appelle aussi les sleepings, ce qui fait rigoler les Britanniques), on trouve un oreiller propre, un sac de couchage léger, une liseuse, une petite bouteille d’eau minérale, des boules-Quiès et des mouchoirs en papier. Tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour une bonne nuit de sommeil. Pour les voyageuses nerveuses, il y a des compartiments réservés aux femmes.

La liaison Paris-Nice continuera jusqu’en octobre 2017 et celle qui relie Paris à Hendaye/Tarbes jusqu’en juillet 2017. Mais les liaisons qui portaient autrefois des noms si romantiques comme la Vallée blanche ou la Palombe bleue etc. ne seront plus qu’un souvenir lointain. Si vous avez la nostalgie du bon vieux temps, écoutez la chanson de Petula Clark Dans le train de nuit: https://www.youtube.com/watch?v=qyIehLKgA7M

To book your night trip: http://www.voyages-sncf.com/services-train/intercites-services-nuit

DISAPPEARANCE OF THE NIGHT TRAINS

If you’ve sometimes dreamt of crossing France on the night train, but have never got round to it, get a move on, as many of the routes are soon going to disappear, unless a private operator picks up the lines which are due to be dropped from October 2016.

This unique experience allows you to go to bed in Paris and to wake up, for example, in the south of France. But this cheap, time-efficient and green method of transport has become a millstone round the neck of the SNCF and the government. Night trains only account for 3% of passengers, but they alone represent 25% of ‘Intercité’ losses (intercity trains apart from TGV). According to the Transport Minister, each ticket sold incurs more than 100 euros of public subsidy and passenger numbers have gone down 25% since 2011.

The CFDT rail workers union isn’t happy. Their assistant general secretary Philippe Beaumont considers that “nothing’s been done for years to improve the service and encourage passengers to use them, so of course they’re empty”.

In the sleeping-cars (also known as ‘sleepings’ which makes British people laugh), you get a clean pillow, a light sleeping-bag, a reading-light, a small bottle of mineral water, earplugs and paper hankies. For nervous female passengers, there are women-only compartments.

The Paris-Nice route will continue until October 2017 and the one which links Paris and Hendaye/Tarbes until July 2017. But the routes which in the past had such romantic names, like ‘the White Valley’ or ‘the Blue Dove’ will be only a distant memory. If you’re nostalgic for the good old days, listen to the Petula Clark song ‘On the night train’: https://www.youtube.com/watch?v=qyIehLKgA7M

To book your night trip: http://www.voyages-sncf.com/services-train/intercites-services-nuit


LA PROMENADE DES ANGLAIS

juillet 18, 2016

Comment un modeste sentier pierreux large de 2 mètres a pris l’allure d’une autoroute urbaine ou d’une attraction touristique incontournable selon votre point de vue, et, le 14 juillet 2016, est devenu le lieu d’une attaque atroce contre des gens ordinaires.

On dit que c’est les hivernants anglais dans le Midi au début du XIXe siècle qui ont conçu l’idée de construire une promenade le long de la Baie des Anges à Nice. Un certain révérend Lewis Way a financé le projet, le gros du travail étant entrepris par des mendiants qui s’étaient échappés d’un hiver particulièrement rude dans le nord du pays en 1820.

La ville de Nice a ensuite développé la promenade avec d’importants travaux d’élargissement et des prolongements successifs. Mais au XXe siècle la circulation automobile s’est emparée de l’espace: certaines sections comprennent deux fois quatre voies. Pourtant l’aménagement des trottoirs a permis aux adeptes du jogging, aux amateurs de roller et aux cyclistes de bénéficier de cette merveilleuse promenade, une des rues les plus célèbres de la France et même du monde entier.

Le soir du 14 juillet, la fête nationale de la France*, et un jour férié symbolisant la liberté, marqué comme chaque année par un feu d’artifice spectaculaire, la promenade des Anglais a vu sa renommée internationale changer en notoriété. Un attentat utilisant un camion comme bélier a fait 84 morts et plus de 200 blessés dans un bain de sang inimaginable. La Promenade ne sera plus pareille.

* Voir mon article intitulé Le Quatorze Juillet dans l’archive en date du 15 juillet 2014

THE PROMENADE DES ANGLAIS

How a modest 2 metre-wide stony path turned into an urban motorway or a major tourist attraction depending on your point of view, and, on 14th July 2016, became the site of an horrific attack on ordinary people.

Apparently it was English people spending the winter in the south of France at the start of the 19th century who had the idea of building a walkway alongside the Bay of Angels in Nice. A certain Reverend Lewis Way paid for the project, the donkey work being done by beggars who’d escaped a particularly harsh winter in the north of the country in 1820.

After that, the town of Nice developped the promenade by doing big widening works and successively extending it. But in the 20th century, road traffic took over the space: some sections are four lanes in both directions. However, work on the pavements has allowed keen joggers, amateur roller skaters and cyclists to benefit from this marvellous promenade, one of the most famous roads in France and even in the whole world.

On the evening of the 14th July, a national holiday in France*, a bank holiday symbolising freedom, marked as it is every year by a spectacular fireworks display, the Promenade des Anglais saw its international celebrity turn to notoriety. An attack using a lorry as a battering ram caused 84 deaths and over 200 injured in an unimaginable blood bath. The Promenade will never be the same again.

* See my article The Fourteenth of July in the archive dated 15 July 2014


ARISTIDE BRUANT

juillet 10, 2016

Vous connaissez sans doute le poster emblématique Ambassadeurs – Aristide Bruant dans son cabaret. Cette lithographie d’Henri de Toulouse-Lautrec, qui date de 1892, a décoré les murs d’innombrables chambres de francophiles adolescents. L’attrayante écharpe rouge vif qui entoure le cou du personnage plutôt austère et la silhouette énigmatique derrière lui dans certaines versions ont fasciné des générations.

Le style dramatique et sans compromis ne plaisait pas au directeur de la boîte des Ambassadeurs mais Bruant refusait de se produire sans le poster peint par son ami. Le poster a fini par être affiché à l’extérieur du théâtre ainsi qu’à l’intérieur pour décorer l’arc de scène.

Aristide Bruant*, un des créateurs de la chanson réaliste dont Édith Piaf était une des dernières interprètes, est peut-être le chansonnier le plus connu de la belle Époque. Sa voix rauque, sa présence sur scène, son habitude d’insulter le public et sa carrure ont garanti son statut de célébrité.

Mais c’est l’affiche plutôt que les chansons qui a perduré et représente l’époque dans l’imagination populaire. C’est la simplicité des grands segments de seulement cinq couleurs qui assure l’impact de l’image de ces inoubliables affiches.

Avez-vous ce poster emblématique dans votre collection?

*À ne pas confondre avec Aristide Briand, homme politique qui a gagné le Prix Nobel de la paix en 1926.

ARISTIDE BRUANT

You doubtless know the iconic poster ‘Ambassadeurs – Aristide Bruant dans son cabaret’. This lithograph by Henri de Toulouse-Lautrec, which dates from 1892, has graced the walls of inumerable bedrooms of Francophile teenagers. The eye-catching bright red scarf around the neck of the stern-looking character and the mysterious silhouette behind him in certain versions have fascinated generations.

The director of the Ambassadors nightclub didn’t like the dramatic and uncompromising style, but Bruant refused to perform without the poster painted by his friend. The poster ended up being displayed on the outside of the theatre as well as inside to decorate the proscenium arch.

Aristide Bruant, one of the originators of realist songs of which Edith Piaf was one of the last singers, is perhaps the most well-known of the ‘Belle Époque’ singers. His rasping voice, his on-stage presence, his habit of insulting the audience and his physical stature guaranteeed him celebrity status.

But it’s the poster rather than the songs which has lasted and represents the era in the popular imagination. It’s the simplicity of the big blocks of only five colours which gives the image of these unforgettable posters their impact.

Do you have this iconic poster in your collection?

*Not to be confused with Aristide Briand, a politician who won the Nobel Peace Prize in 1926.


FEUX AU SOL

juillet 4, 2016

Le pourcentage de gens qui sont accros aux portables est en plein essor. Selon une récente étude américaine, pour 48% des jeunes de 18 à 34 ans, se connecter sur Facebook est le premier geste du matin et les utilisateurs consultent leurs smartphones environ 14 fois par jour.

Cette dépendance entraîne une situation dangereuse quand on se promène dans la rue. Une ville allemande, Augsburg, teste des feux de signalisation installés au sol qui sont censés être adaptés aux usagers de smartphones. Ils espèrent ainsi éviter les accidents car une jeune fille de 15 ans y est morte récemment, heurtée par un tram alors qu’elle traversait les voies avec ses écouteurs sur les oreilles et les yeux sur son téléphone.

Augsburg ouvre la voie en termes de sécurité piétonne. Pour protéger les smombies (contraction de smartphone et zombie), penchés sur leurs smartphones, le nez plongé dans les dernières nouvelles captivantes de Facebook ou de Twitter, on a installé ces feux de circulation piétonne qui entrent dans le champ visuel de l’accro. Les conducteurs doivent aussi avoir conscience des dangers de l’emploi d’un portable et généralement de faire plus d’attention.

On peut donc ajouter à la liste des bénéfices bien connus du sevrage du portable – diminution du stress et du risque de dépression, amélioration du sommeil et de la concentration – la sécurité routière.

Pour faire un petit quiz amusant afin de savoir si vous êtes l’esclave de votre mobile: http://esclaveduportable.com/ La déshumanisation électronique du monde continue, mais ça sera pour un autre article. Entretemps, qu’en pensez-vous? Êtes-vous accro, luddite ou entre les deux? 

TRAFFIC LIGHTS ON THE GROUND

The percentage of people who are addicted to their mobile phones is booming. According to a recent American study, for 48% of young people aged 18 to 34, logging on to Facebook is the first thing they do in the morning and users consult their smartphones around 14 times a day.

This dependence leads to a dangerous situation when you’re walking in the street. A German town, Augsburg, is testing traffic lights installed in the ground which are supposedly adapted to smartphone users. In this way they hope to avoid accidents as a young girl of 15 died recently, knocked over by a tram when she was crossing the tracks with her headphones on her ears and her eyes on her phone

Augsburg is leading the way in terms of pedestrian safety. In order to protect the smombies (a contraction of smartphone and zombie), bent over their smartphones, their noses buried in the latest enthralling news on Facebook or Twitter, they’ve installed these pedestrian traffic lights which come into the addict’s field of vision. Drivers also need to be aware of the dangers of mobile phone use and to generally take more care.

So we can add to the list of known benefits of giving up your addiction to the mobile phone – less stress, lower risk of depression, better sleep and concentration – road safety.

To do a fun quiz to see if you’re your mobile’s ‘slave’: http://esclaveduportable.com/ The electronic dehumanisation of the world goes on, but that’ll be for another article. In the meantime, what’s your view? Are you an addict, a luddite or somewhere in between?


RÉFLEXIONS SUR LE BAC

juin 19, 2016

En 1808, année de sa création, il n’y a eu que 31 candidats au baccalauréat et l’examen était seulement oral. Cette année les jeunes espoirs au bac (équivalent approximatif des A-levels anglais) ont compté 695.682. En fait, ils ne sont pas tous jeunes: un candidat vient de souffler ses 82 bougies et en 2015 un homme de 93 ans a battu le record, passant son bac en même temps qu’un ado de 13 ans.

La question est souvent posée: est-ce qu’on le donne à tout le monde, est-ce simplement un rite de passage pour les jeunes? Difficile à savoir, mais c’est Ernest Bersot qui est censé avoir dit en 1879En France on fait sa première communion pour en finir avec la religion, on prend le baccalauréat pour en finir avec ses études, on se marie pour en finir avec l’amour”.

On se demande aussi si le bac vaut encore quelque chose et on cite de nombreuses personnalités qui ne l’ont pas: le footballeur Zinedine Zidane, le comédien Gérard Depardieu, le chanteur Alain Souchon, François Pinault (fondateur du groupe PPR, un des plus grands groupes français classé au CAC 40) et René Monory, le fondateur du Futuroscope à Poitiers qui a été plusieurs fois ministre et même président du Sénat, qui a commencé à travailler à l’âge de quinze ans comme apprenti garagiste. Il est devenu ministre de l’éducation Nationale en 1985.

Les idées reçues et les légendes sont répandues. J’aime bien la légende d’un étudiant qui, en réponse au sujet du bac philo “Qu’est-ce que le courage?” se serait levé et a rendu sa copie blanche au correcteur en disant “C’est ça”. Il aurait eu 20/20!

Pour en savoir plus:

http://www.education.gouv.fr/cid60987/bac-2016-questions-reponses.html

D’autres articles au sujet du bac dans l’archive de saliannefrenchfocus.wordpress.com :
Le Bac Philo en date du 18 juin 2013, La Philo sur Twitter du 20 juin 2014 et Des demeurés ou des victimes de l’injustice? du 23 juin 2015.

THOUGHTS ON THE ‘BAC’

In 1808, its first year, there were only 31 candidates for the ‘bac’ and the exam was only oral. This year the young ‘bac’ (roughly equivalent to English A-levels) hopefuls numbered 695,682. Actually, they’re not all young: one candidate has just celebrated his 82nd birthday and in 2015 a 93 year-old beat the record by sitting for his bac at the same time as a teenager of 13.

People often ask whether all participants pass, whether it’s simply a rite of passage for young people. It’s difficult to know, but it was Ernest Bersot who’s supposed to have said in 1879 “In France, you take your first communion to finish with religion, you sit the ‘bac’ to finish with your studies and you get married to finish with love”.

You also wonder whether the ‘bac’ is still worth something and numerous celebrities who haven’t passed it are often quoted: the footballer Zinedine Zidane, the actor Gérard Depardieu, the singer Alain Souchon, François Pinault (founder of the PPR group, one of the largest French businesses on the Paris stock exchange) and René Monory, founder of Futuroscope in Poitiers who was a minister several times and even president of the Senate, who started work at age fifteen as an apprentice garage mechanic. He became minister of Education in 1985.

Preconceived ideas and myths are widespread. I like the story of a student who, in reply to the question in the philosophy ‘bac’ paper “What is courage?” is said to have stood up, handed in his blank paper to the examiner saying “This is it”. Apparently he got 20 out of 20.!

For more information:

http://www.education.gouv.fr/cid60987/bac-2016-questions-reponses.html

Other articles about the ‘bac’ in the saliannefrenchfocus.wordpress.com archive:

‘The Philosophy Bac’ dated 18 June 2013, ‘Philosophy on Twitter’ dated 20 June 2014 and ‘Half-wits or victims of injustice?’ dated 23 June 2015.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 732 autres abonnés