UNE QUESTION DE GENRE

août 3, 2020

Pour les Anglais qui sont débutants en français. le genre des noms a toujours été une question controversée. Pourquoi différencier les noms de cette manière apparement arbitraire? Les pierres d’achoppement sont nombreuses. Il y a certaines règles, mais trop d’exceptions. Comment se souvenir des genres? Va-t-on me comprendre si je fais une erreur de genre? À quoi ça sert, tout ça?

L’académie française, l’institution auguste fondée en 1635 par le Cardinal Richelieu, est chargée de définir la langue française, mais ses décisions ne sont pas exécutoires. L’académie s’est prononcée récemment sur le genre de Covid-19.

Selon l’usage courant, on parlait du Covid au masculin. Mais au Canada où le masculin était de mise depuis le début, l’office québécois de la langue française a recommandé un changement de pratique en faveur du féminin. Le terme coronavirus désigne le virus, mais Covid-19 désigne la maladie, donc il est logique de parler de la Covid-19. L’académie française a emboité le pas et a tranché en faveur du féminin.

Pour les acronymes, c’est pareil. La règle stipule qu’il faut se reporter au genre du nom qui constitue le noyau de l’acronyme. Ainsi on parle de la SNCF (la société nationale des chemins de fer) mais du CIO (le comité international olympique). On distingue le FBI (le bureau fédéral d’enquête) de la CIA (l’agence (f) centrale de renseignement).

Bon, chers lecteurs et lectrices, ne vous en faites pas. Comme je dis toujours à mes étudiants, une erreur de ce genre n’est pas passible de la pendaison!

A QUESTION OF GENDER

For English people who are beginners in French, the gender of nouns has always been a vexed question. Why differentiate nouns in this apparently arbitrary way? Stumbling blocks are rife. There are certain rules, but too many exceptions. How do you remember genders. Will people understand me if I make a gender mistake? What’s the point of it all?

The Académie Française, the august institution founded in 1635 by Cardinal Richelieu, is responsible for defining the French language, but its decisions are not enforceable. The academy has recently given its view on the gender of Covid-19.

Based on standard usage, we used to talk about Covid-19 as masculine. But in Canada, where the masculine was the trend right from the start, the Québec office of the French language recommended a change in practice to the feminine. The term coronavirus refers to the virus (masculine), but Covid-19 denotes the illness (feminine), so it’s logical to talk about Covid-19 as feminine. The Académie Française followed suit and came down on the side of the feminine.

It’s the same sort of thing for acronyms. The rule stipulates that we should refer to the gender of the noun which constitutes the core of the acronym. So we talk about la SNCF ( la société nationale des chemins de fer – the French railways), but le CIO (le comité international olympique – the International Olympic Committee). You distinguish between le FBI ( le bureau fédéral d’enquête – Federal Bureau of Investigation) and la CIA ( l’agence (f) centrale de renseignement – the Central Intelligence Agency).

Well, dear readers, don’t worry. As I always say to my students, a mistake of this kind is not a hanging offence!


L’AMI DU JARDINIER EN DANGER

juillet 27, 2020

Le hérisson, petit mammifère insectivore, ami du jardinier, est menacé de disparition en France. On estime que pour 100 hérissons il y a 30 ans, il y en a 3 aujourd’hui. Leur espérance de vie est passé de 10 à 2 ans. Il est possible que le hérisson ait disparu en Europe d’ici 2030.

L’activité humaine est la principale cause de leur disparition. La liste est longue: pesticides, écrasement sur les routes, sécheresse, empoisonnement, perte d’habitat, noyade dans les piscines, blessures mortelles par des débroussailleuses. Quelle litanie d’horreurs.

Classée en préoccupation mineure dans la liste rouge de l’union internationale pour la conservation de la nature (UICN), il y a aujourd’hui plus de hérissons en ville qu’à la campagne. Les haies, les tas de broussailles, du sous-bois leur offrent un abri.

La campagne Mission Hérisson a commencé le 16 juillet. On demande aux participants d’installer des tunnels de suivi dans leurs jardins, munis de croquettes pour chat, d’une plaque encrée et de feuilles de papier. Chaque matin durant 5 jours, vous entreprenez d’aller voir si des empreintes ont été laissées et de saisir les données sur le site de la campagne (www.missionherisson.org)

À propos de hérissons, connaissez-vous le formidable livre L’élégance du hérisson de Muriel Barbery? Il ne s’agit pas de vrais hérissons mais de quelqu’un qui les rappelle par sa personnalité piquante. Vous trouverez une courte critique du film Le Hérisson basé sur le livre sur la page Cinoche de mon site web: www.saliannefrenchfocus.com Un livre et un film à ne pas manquer.

À noter: le mot ‘hérisson’ commence avec un H aspiré, c’est-à-dire on ne fait pas la liaison avec le mot précédent. On l’appelle ‘aspiré’, bien qu’il soit muet!

THE GARDENER’S FRIEND IN DANGER

The hedgehog, the small insect-eating mammal, the gardener’s friend, is threatened with extinction in France. It’s estimated that where there were 100 hedgehogs 30 years ago, there are only 3 today. Their life expectancy has gone from 10 to 2 years. It’s possible that there won’t be any hedgehogs left in Europe by 2030.

Human activity is the main cause of their disappearance. It’s a long list: pesticides, being squashed on the roads, drought, poisoning, loss of habitat, drowning in swimming pools, fatal injuries from strimmers. What a litany of horrors.

Classified as a minor concern in the red list of the International Union for the Conservation of Nature (UICN), there are more hedgehogs in towns today that in the countryside. Hedges, brushwood and undergrowth offer them shelter.

The “Hedgehog Mission” campaign began on 16 July. Participants are asked to install tracking tunnels in their gardens, equipped with dry cat food, an inked sheet and sheets of paper. Every morning for 5 days, you undertake to go and see if any footprints have been left and to enter the data on the campaign’s website (www.missionherisson.org)

Talking of hedgehogs, do you know the brilliant book “The elegance of the hedgehog” by Muriel Barbery? It’s not about real hedgehogs but about someone who is reminiscent of them with her prickly personality. You’ll find a short review of the film “The Hedgehog” based on the book on the “Cinoche” page of my website: www.saliannefrenchfocus.com A book and a film not to be missed.

Note that the word ‘hérisson’ begins with an aspirate H, i.e. you don’t make the liaison with the previous word. It’s called aspirate, even though it’s silent!


ÇA SENT BON, LES VACANCES

juillet 20, 2020

L’odeur délicieuse de la crème solaire … c’est le parfum de la nostalgie.

Vous devez votre crème solaire au fondateur du groupe L’Oréal, Eugène Schueller. Il attrapait des coups de soleil en pratiquant de la voile en Bretagne et a demandé à ses labos de créer une crème protectrice.

Ambre Solaire est d’abord vendue sur la Côte d’Azur en 1935 et partout en France depuis 1936, date de l’arrivée des congés payés. La crème solaire Ambre Solaire est devenue un produit culte, sa bouteille canelée indispensable dans votre sac de plage, surtout après la Seconde Guerre mondiale, quand le bronzage est entré dans les moeurs.

L’indice de protection solaire a été introduit en 1962. Le lien entre le cancer de la peau et le vieillissement prématuré de l’épiderme commençait à être reconnu. Vos séances de bronzette n’étaient plus sans souci.

Et aujourd’hui, on a des soucis d’un autre genre: les crèmes solaires nuisent à l’environnement. Même un rapide plouf risque d’avoir un effet. Selon le magazine National Geographic, 14000 tonnes de cosmétiques solaires se répandent dans la mer chaque été, entraînant le blanchissement du corail sur le fond marin et la perturbation des planctons.

Quel avenir pour Ambre Solaire et ses concurrents? On travaille sur des crèmes bio qui ne mettront pas notre écosystème en danger et même des pilules capables de protéger la peau pendant plusieurs semaines.

Il va falloir trouver d’autres odeurs qui rappellent les vacances et nous font connaître ces moments “madeleine” décrits par Proust. Vous avez des suggestions?

THE HOLIDAYS SMELL GOOD

The delicious smell of sun cream … it’s the smell of nostalgia.

You’ve got Eugène Schueller, founder of the L’Oréal group, to thank for your sun cream. He was getting sunburnt whilst sailing in Brittany and asked his labs to create a protective cream.

Ambre Solaire was first sold on the Côte d’Azur in 1935 and in the rest of France in1936, when the first paid holidays came in. Ambre Solaire sun cream became a cult product, its notched bottle a beach bag essential, especially after the Second World War, when getting a suntan became fashionable.

The sun protection factor was introduced in 1962. The link between skin cancer and premature skin ageing was beginning to be recognised. Sunbathing sessions were no longer carefree.

And today, we have worries of a different nature: sun creams are harming the environment. Even a quick dip risks having an effect. According to National Geographic magazine, 14,000 tonnes of sun cosmetics find their way into the sea every summer, causing bleaching of coral on the sea bed and disruption to plankton.

What does the future hold for Ambre Solaire and its competitors? People are working on organic creams which won’t endanger the ecosystem and even pills which can protect the skin for several weeks.

We’ll have to find some other smells which remind us of our holidays and allow us to experience those “madeleine” moments described by Proust. Any suggestions?


LE VILLAGE PRÉFÉRÉ DES FRANÇAIS

juillet 13, 2020

Le Village Préféré des Français est une émission de télé de la chaine France 3, présentée par l’animateur Stéphane Bern, dont les émissions au sujet de l’histoire et du patrimoine français en ont fait un personnage audiovisuel culte.

Chaque année depuis 2012, les téléspectateurs ont l’occasion de voter pour leur village préféré. Chaque région de la France est représentée par un village, c’est-à-dire treize en 2020.

Cette année, le gagnant est le village alsacien d’Hunspach dans le Bas-Rhin (région Grand Est) qui se trouve dans le parc naturel régional des Vosges du Nord, tout près de la frontière allemande. Il se distingue par la richesse de son patrimoine architectural.

De magnifiques maisons à colombages blanchies à la chaux, souvent recouvertes de toits à pans coupés, bordent les ruelles paisibles. Certaines maisons possèdent encore des fenêtres à vitres bombées vers l’extérieur à la mode du XIXe siècle, qui permettent de voir de l’intérieur sans être vu. Ça met des bâtons dans les roues des fouineurs!

Les 700 villageois Hunspachois doivent être très fiers de cette distinction et, pour les prestataires touristiques, c’est un atout indéniable.

FRENCH PEOPLE’S FAVOURITE VILLAGE

French People’s Favourite Village” is a TV programme on the France 3 channel, presented by Stéphane Bern, whose programmes about French history and heritage have made him a cult radio and TV personality.

Every year since 2012, viewers have had the chance to vote for their favourite village. Each French region is represented by a village, i.e thirteen in 2020.

This year, the winner is the Alsace village of Hunspach in the Bas-Rhin (Grand Est region) which is located in the regional nature reserve of the northern Vosges, very close to the German border. It’s notable for the richness of its architectural heritage.

Magnificent whitewashed half-timbered houses, often with roofs with bevelled corners, line the peaceful streets. Some houses still have windows with convex panes, as was the fashion in the nineteenth century, which allow you to see out without being seen. That puts a spoke in nosy parkers’ wheels!

The Hunspach villagers must be very proud of this accolade and, for tourism providers, it’s an undisputable asset.


LES PREMIERS RÉSIDENTS INSTALLÉS AU VILLAGE LANDAIS ALZHEIMER

juillet 6, 2020

Pour les personnes qui s’occupent d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer, c’est la réalisation d’un rêve: un hébergement spécialement conçu pour ces malades, entièrement adapté à leurs besoins spécifiques, sans comparaison avec beaucoup d’ehpads* conventionnels.

Basé sur le modèle De Hogeweyk aux Pays-Bas, le village Landais Alzheimer c’est une expérimentation unique en France. La qualité de vie et le bien-être des malades et de leurs aidants sont primordiaux. L’approche est innovante, sociale, plutôt que médicale.

Quand le village sera complètement opérationnel, il va accueillir 120 résidents, accompagnés par 120 employés et 120 bénévoles. Cette personnalisation de l’accompagnement ainsi que l’absence de symboles médicaux (par exemple pas de blouse blanche) aident à respecter les goûts et les rythmes de vie des individus.

En plein mois de juin, une fois un résultat négatif au coronavirus connu et après une période de quatorzaine, les résidents ont commencé à arriver dans le village à Dax. La répartition du premier groupe de villageois est de 21 femmes et 11 hommes, la moyenne d’âge étant de 80 ans.

Je laisse la parole à Jean-François Dartigues, Professeur au CHU de Bordeaux pour résumer le potentiel du projet: “Dans ce village, les personnes démentes vont mener une vie active. Elles trouveront une forme d’intégrité sociale, humaine. Elles feront leurs courses, iront chez le coiffeur, au bistrot, au resto, au théâtre. Elles prendront du plaisir. ce qui constitue une forme de thérapie extraordinaire.”

* Ehpad – Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

FIRST RESIDENTS MOVED IN TO ALZHEIMER VILLAGE IN THE LANDES

For people looking after loved ones with Alzheimers, it’s a dream come true: purpose-built accommodation designed for these sufferers, completely adapted to their specific needs, a far cry from many conventional care homes.

Based on the Dutch De Hogeweyk model, the Alzheimer village in the Landes is an experiment unique in France. The quality of life and well-being of the residents and their carers are of prime importance. The approach is innovative, social, rather than medical.

When the village is fully operational, it will accommodate 120 residents, cared for by 120 staff and 120 volunteers. This personalised care along with the absence of medical symbols (for example no white coats) help to respect individuals’ tastes and lifestyles.

In the middle of June, after testing negative for coronavirus and a two week quarantine period, residents began arriving in the village in Dax. The distribution of the first group of villagers is 21 women and 11 men, the average age being 80.

I’ll leave it up to Jean-François Dartigues, Professor at the Bordeaux University Hospital, to sum up the project’s potential: “In this village, people with dementia will lead an active life. They’ll find a kind of social, human integrity. They’ll go shopping, visit the hairdresser, café, restaurant, theatre. They’ll enjoy themselves, which constitutes an extraordinary form of therapy”.