LES LIBRAIRIES: COMMERCES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ?

mars 23, 2020

Il est bien connu que les Français sont passionnés des livres et de la littérature. Mais les librairies sont-elles des commerces de première nécessité? Ça c’est une question d’opinion.

À cause du Coronavirus, depuis samedi dernier, les librairies françaises sont tenues de fermer boutique jusqu’à nouvel ordre. Selon le gouvernement, elles ne sont pas “indispensables à la vie du pays”. Jugés essentiel à la vie et donc restant ouverts sont les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les tabacs (ils vendent souvent des journaux), les maisons de la presse et les stations-service.

Mais au micro de France Inter jeudi matin, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a dit qu’il est prêt à rouvrir la question. « Moi, j’estime que la librairie est un commerce de première nécessité» a-t-il dit. Selon lui, on pourrait définir des règles strictes: nombre de clients limité à un moment donné, interdiction de bouquiner toute la journée etc.

Et les libraires, qu’en pensent-ils? Certains tiennent à rouvrir le plus rapidement possible pour éviter de perdre définitivement leurs fonds de clientèle à Amazon qui a vu ses commandes exploser ces derniers jours. D’autres ne sont pas d’accord et revendiquent le droit à la fermeture pour des raisons de sécurité sanitaire et responsabilité citoyenne face à l’épidémie.

Si vous cherchez des livres français pour vous aider à traverser cette période difficile, la rubrique Livres de l’archive de ce blog contient une vingtaine de recommandations. Par exemple Le Chapeau de Mitterrand d’Antoine Laurain conviendrait à quelqu’un qui se bat pour lire un roman entier en français. Les chapitres sont courts et le vocabulaire pas compliqué. Voir: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2015/07/07/le-chapeau-de-mitterrand/

BOOKSHOPS: ARE THEY ESSENTIAL BUSINESSES?

It’s well known that the French are mad about books and literature. But are bookshops essential businesses? That’s a matter of opinion.

Because of the Coronavirus, since last Saturday French bookshops have been obliged to shut up shop until further notice. According to the government, they aren’t “essential to the country’s life”. Deemed to be indispensable and therefore staying open are food shops and markets, chemists, tobacconists (they often sell newspapers), newsagents and petrol stations.

But on France Inter on Thursday morning, the Finance Minister Bruno Le Maire said that he’s willing to look at this again. “To my mind, bookshops are essential businesses” he said. According to him, there could be strict rules: a limited number of customers at any given moment, a ban on browsing all day etc.

And the booksellers, what do they think about this? Some are keen to re-open as quickly as possible to avoid losing their client base forever to Amazon which has seen its orders explode in recent days. Others don’t agree and claim the right to protect health and act as responsible citizens in the face of the epidemic.

If you’re looking for French books to help you get through this difficult period, the “Livres” category of this blog’s archive contains around twenty recommendations. For example, “Mitterrand’s hat” by Antoine Laurain would suit someone who struggles to get through a whole French book. The chapters are short and the vocabulary isn’t complicated. See: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2015/07/07/le-chapeau-de-mitterrand/


UNE ADO PAS COMMODE

octobre 28, 2019

L’événement BD de l’année est incontestablement la sortie jeudi dernier du 38e album des aventures d’Astérix, La fille de Vercingétorix, avec une adolescente pas commode comme héroïne.

Le livre a un tirage sans équivalent dans le monde de l’édition française de 5 millions d’exemplaires, en quinze langues dans une trentaine de pays. Il est d’ores et déjà assuré d’être le livre le plus vendu en France en 2019.

L’ado vedette du nouvel album s’appelle Adrénaline et elle rêve qu’un autre monde est possible. L’auteur Jean-Yves Ferri assure que sa ressemblance à la jeune icône suédoise de la lutte contre le réchauffement climatique, Greta Thunberg, est “un pur hasard”, mais, comme d’habitude, les références à l’actualité sont nombreuses. Un échange entre deux jeunes amis d’Adrénaline, Blinix et Selfix, affirme que, pour trouver un boulot, il n’y a que “la rue à traverser”, une phrase qui résonne d’une manière troublante des paroles d’Emmanuel Macron.

L’initiateur de la série Astérix, René Goscinny (décédé en 1977), l’a créée avec l’illustrateur Albert Uderzo. Astérix a vu le jour dans la revue franco-belge de BD Pilote en 1959. Les histoires se passent en 50 av. J.-C. en Gaule, occupée par les Romains.

À noter que les BD Astérix sont pleines de plaisanteries pour les initiés, mais, par contre, pour les apprenants de Français, les livres cultes de la série Le Petit Nicolas de René Goscinny sont facilement compréhensibles, même pour les débutants.

Voir mon article: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/02/13/le-petit-nicolas/

AN AWKWARD TEENAGER

The comic book event of the year is undoubtedly the publication last Thursday of the 38th album of the Adventures of Astérix: “Vercingétorix’s daughter”, with an awkward teenager as the heroine.

The book has a print-run unrivalled in French publishing of 5 million copies, in 15 languages in around 30 countries. It’s already guaranteed to be the best-selling book in France in 2019.

The teenage star of the album is called Adrénaline and she dreams that another world is possible. The author Jean-Yves Ferri claims that her resemblance to the young Swedish icon of the fight against climate change, Greta Thunberg, is “pure chance”, but as usual, there are many references to current events. An exchange between two young friends of Adrénaline, Blinix and Selfix, claims that you only have to “cross the road” to find a job, a phrase with uncanny echoes of Emmanuel Macron’s words.

The originator of the Astérix series, René Goscinny (died in 1977) created it with the illustrator Albert Uderzo. Astérix first saw the light of day in the Franco-Belgian comic strip magazine “Pilote” in 1959. The stories are set in 50 BC in Roman-occupied Gaul.

Note that the Astérix cartoons are full of in-jokes, but, on the other hand, for learners of French, René Goscinny’s cult books in “Le Petit Nicolas” series are easy to understand, even for beginners.

See my article: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/02/13/le-petit-nicolas/


COLETTE: UNE ROMANCIÈRE EN AVANCE SUR SON ÉPOQUE

février 4, 2019

Colette, c’est tout un personnage. Interprétée par Keira Knightley dans un film biographique britannique récemment sorti en salles, la romancière polyvalente, née vers la fin du XIXe siècle, était sûrement en avance sur son époque.

Après une enfance heureuse, Sidonie-Gabrielle Colette (Colette c’est son nom de famille) est arrachée de sa Bourgogne natale et emmenée à Paris par un homme sophistiqué plus âgé qu’elle, Henry Gauthier-Villars, surnommé Willy. Elle s’est mariée avec lui en 1893 à l’âge de 20 ans. Willy était un auteur de romans, souvent écrits par des nègres. C’est ainsi que les premiers romans semi-autobiographiques de Colette sont parus sous le nom de Willy: Claudine à l’école, Claudine à Paris, Claudine en ménage et Claudine s’en va.

C’était un mariage non conventionnel et le couple s’est divorcé en 1906. Pour gagner sa vie, Colette a poursuivi une carrière de mime au music-hall, en vivant plusieurs relations lesbiennes. Elle s’est battue pour surmonter les contraintes de la société du début du XXe siècle et franchir l’interdit. Par la suite, elle a écrit encore beaucoup de romans et a travaillé comme journaliste.

J’adore les premières lignes de son roman La naissance du jour où sa mère écrit une lettre au deuxième mari de Colette refusant à regret son invitation à aller voir sa fille à cause d’un cactus rose qui ne fleurit que tous les quatre ans: elle ne veut pas s’absenter de peur de manquer la floraison.

Vous avez vu le film? Dites-nous ce que vous en pensez. Avez-vous lu des romans de Colette? Lesquels préférez-vous?

COLETTE: A NOVELIST AHEAD OF HER TIME

Colette is quite a character. Played by Keira Knightley in a recently-released British biopic, the versatile novelist born towards the end of the nineteenth century was surely ahead of her time.

After a happy childhood, Sidonie-Gabrielle Colette (Colette is her surname) was whisked away from her native Burgundy and taken to Paris by a sophisticated older man, Henri Gauthier-Villars, nicknamed Willy. She married him in 1893 at the age of 20. Willy was a novelist whose books were often ghost-written. This was how Colette’s first semi-autobiographical novels were published in Willy’s name: “Claudine at school”, “Claudine in Paris”, “Claudine married” and “Claudine goes away” (translated into English as “Claudine and Annie”).

Theirs was an unconventional marriage and the couple divorced in 1906. To earn a living, Colette made a career of mime in music halls, whilst having several lesbian relationships. She fought to overcome the constraints of early twentieth century society and to bust taboos. She went on to write many more novels and to work as a journalist.

I love the opening lines of her novel “Daybreak” where her mother writes a letter to Colette’s second husband regretfully declining his invitation for her to visit her daughter because of a pink cactus which only flowers once every four years: she doesn’t want to go away for fear of missing the flowering.

Have you seen the film? Tell us what you think of it. Have you read any of Colette’s novels? Which are your favourites?


LA NUIT DE LA LECTURE

janvier 14, 2019

Êtes-vous déjà resté debout toute la nuit à lire un livre passionnant? Si vous êtes rat de bibliothèque, vous pouvez rejoindre d’autres dévoreurs de livres samedi prochain pour célébrer la troisième Nuit de la lecture. Des rendez-vous littéraires vous attendent partout dans le monde. Ça rappelle La fête de la musique au mois de juin où on encourage tout le monde à faire de la musique et d’en écouter ensemble.

Les livres foisonnent, donc on vous propose de jouer le jeu en ligne “Dis-moi qui tu es, je te dirai quoi lire”. Le jeu utilise la fenêtre conversationnelle Messenger. Vous dévoilez votre personnalité en répondant à quatre questions courtes et vous découvrez le livre qui vous correspond et qui vous sera offert au format numérique, sélectionné parmi les classiques de Gallica.

Si tout ça vous paraît trop compliqué, où vous n’aimez pas faire des trucs en ligne, une petite visite au site Internet https://gallica.bnf.fr vaut quand même un coup d’oeil. Disponible en français ou en anglais, c’est le site de la Bibliothèque nationale de France. C’est une véritable mine de trésors de livres, de documents, de journaux, de cartes et d’images. La carte maîtresse de ce site? C’est gratuit! Vous pouvez donc télécharger ce que vous voulez.

De la célèbre lettre d’Émile Zola intitulé J’accuse et publié dans l’Aurore en 1898 aux journaux clandestins de la Résistance, les historiens parmi vous vont vous régaler de ces archives fascinantes.

https://nuitdelalecture.culture.gouv.fr

READING NIGHT

Have you ever stayed up all night reading an exciting book? If you’re a bookworm, you can join other reading fans next Saturday to celebrate the third “Reading Night”. You can take part in literary events all over the world. It’s like the “Music Festival” in June where everybody’s encouraged to make music and listen to music together.

There are so many books, so it’s suggested that you play the online game “Tell me who you are, I’ll tell you what to read”. The game uses the Messenger app. You reveal your personality by answering four short questions and you discover the book which corresponds to you and which you can access as an e-book, chosen from the Gallica classics.

If all this seems too complicated, or you don’t like doing stuff on line, it’s still worth having a look at the https://gallica.bnf.fr website. Available in French or English, it’s the French National Library site. It’s a real treasure trove of books, documents, newspapers, maps and images. The site’s trump card? It’s free. So you can download whatever you want.

From Émile Zola’s famous letter entitled “I accuse” published in the newspaper l’Aurore (the Dawn) in 1898 to secret newspapers of the Resistance, the historians amongst you will really enjoy these fascinating archives.


PAIN AU CHOCOLAT OU CHOCOLATINE?

août 27, 2018

Une personne originaire du Sud-Ouest monte à Paris, entre dans une boulangerie et demande une chocolatine. La boulangère éclate de rire ou lui lance un regard furieux, selon son tempérament. “Un pain au chocolat, vous voulez dire!” répond elle.

L’éternel débat a même atteint l’Assemblée nationale récemment quand une poignée de députés voulait faire reconnaître le mot “chocolatine” comme alternative officielle du pain au chocolat. Leur amendement au projet de loi agriculture et alimentation a été rejeté.

Un livre “Atlas du français de nos régions” de Mathieu Avanzi ne se limite pas aux viennoiseries. Au moyen de cartes fascinantes, il démontre les mots et expressions utilisées dans de différentes régions de la France métropolitaine, ainsi qu’en Wallonie et en Suisse romande.

Un crayon de bois s’appelle un crayon de papier, un crayon à papier, un crayon gris ou un crayon mine, selon les régions. Et la fameuse serpillière se désigne de nombreuses manières: la panosse, la patte, la toile, la cinse, la bâche, la loque, le torchon, la pièce, la peille et la wassingue. Ouf!

Vous amateurs de la musique populaire des années soixante, souvenez-vous de la chanson de Joe Dassin en 1969 Le petit pain au chocolathttps://www.youtube.com/watch?v=FaswDILZU8c

PAIN AU CHOCOLAT OR CHOCOLATINE?

Someone from south-west France goes up to Paris, goes into a bakery and asks for a ‘chocolatine’. The baker bursts out laughing or gives him a furious look, according to her temperament. “You mean a pain au chocolat!” she replies.

The eternal debate even reached parliament recently when a handful of MPs wanted to gain recognition for the word “chocolatine” as an official alternative to the “pain au chocolat”. Their amendment to the agriculture and food bill was voted down.

A book by Mathieu Avanzi “Atlas of French in our regions” doesn’t restrict itself to pastries. By means of fascinating maps, it shows words and expressions used in different areas of metropolitan France, as well as Wallonie (southern Belgium) and French-speaking Switzerland.

A pencil is called “un crayon de bois”, “un crayon de or à papier”, “un crayon gris” or “un crayon mine” according to area. And the famous serpillière (floor mop) is referred to in numerous ways: la panosse, la patte, la toile, la cinse, la bâche, la loque, le torchon, la pièce, la peille et la wassingue. Phew!

You fans of sixties pop music, do you remember the Joe Dassin song in 1969 “Le petit pain au chocolat”? https://www.youtube.com/watch?v=FaswDILZU8c