LE VÉLO FÊTE SES 200 ANS

juin 26, 2017

Le Tour de France va se mettre en route samedi. Cette 104e grande boucle va se composer de 21 étapes et couvrira une distance totale de 3 521 kilomètres.

Le premier vélo a fait son apparition en 1817. C’est le baron Karl Drais qui a inventé la première bicyclette appelée la draisienne en France. Pourtant il n’y avait pas de système de direction donc il fallait se déplacer en ligne droite – loin d’être commode! Le baron aurait du mal à reconnaître sa machine face à la large gamme de vélos disponible aujourd’hui.

Le premier brevet déposé pour un vélo pliant était en 1887. Le premier vélo électrique a été inventé déjà en 1930, mais il a fallu bien longtemps avant qu’il connaisse le succès. Les premiers vélos en libre-service sont apparus à La Rochelle en 1974, les ancêtres des très populaires Vélibs de Paris. Le VTT – vélo tout terrain – est né en Californie en 1975 et est arrivé en France peu après.

Le mot vélo – abréviation depuis 1879 de vélocipède – veut dire rapide grâce aux pieds. Bien sûr il existe aussi le mot bicyclette, dérivé de bicycle plus le suffixe -ette, car les roues de la bicyclette sont plus petites que celles du bicycle. C’est logique!

De nos jours, le mot vélo est le plus courant. On dit aussi bicyclette, mais le mot semble un peu désuet. Pour ceux qui sont nostalgiques, voici un lien à la chanson charmante d’Yves Montand ‘À Bicyclette’: https://www.youtube.com/watch?v=eoHjQs6C4UY Les cyclistes branchés parlent aussi de leur petite reine, une expression dont l’origine est liée à la jeune Néerlandaise Wilhelmine d’Orange-Nassau, devenue reine des Pays-Bas à l’âge de dix ans, qui aimait beaucoup se balader à vélo. On parle aussi de la bécane, à l’origine une machine ou une moto, mais vite popularisée pour parler du vélo (et souvent aujourd’hui de l’ordinateur).

Une petite balade à vélo ou en vélo? On entend les deux, mais selon l’Académie Française, ‘en’ n’est pas correct, ‘en’ étant réservé aux transports où on peut prendre place à l’intérieur: la voiture, le train, l’avion etc. Si vous pouvez enfourcher votre deux-roues (aussi un cheval), il faut dire ‘à’. Bonne promenade!

THE BICYCLE’S 200TH BIRTHDAY

The Tour de France will get underway on Saturday. This 104th ‘grande boucle’ (big loop) will have 21 stages and will cover a total distance of 3,521 kilometres.

The first bike appeared in 1817. It was Baron Karl Drais who invented the first bicycle, known as the ‘draisienne’ in France. However, there was no steering system so you had to go in a straight line – not exactly convenient! The baron would find it hard to recognise his machine in the wide range of bikes available today.

The first patent registered for a folding bike was in 1887. The first electric bike was invented as long ago as 1930, but it took a long time for it to become successful. The first self-service bike rentals appeared in La Rochelle in 1974, the forerunners of Paris’ popular Vélib. The mountain bike was born in California in 1975 and arrived in France shortly afterwards.

The word ‘vélo’ – an abbreviation of ‘vélocipède’ since 1879 – means ‘fast thanks to your feet’, Of course the word ‘bicyclette’ also exists, derived from ‘bicycle’ plus the suffix -ette, as the ‘bicyclette’s‘ wheels are smaller than those of a ‘bicycle’. It’s logical!

Nowadays, the word ‘vélo’ is the most common. You do say ‘bicyclette’, but it seems a bit old-fashioned. For those of you in a nostalgic mood, here’s a link to the wonderful Yves Montand song ‘À Bicyclette’: https://www.youtube.com/watch?v=eoHjQs6C4UY Trendy cyclists also talk about their ‘little queen’, an expression whose origin is linked to the young Dutch girl Wilhelmine d’Orande-Nassau, who became queen of Holland at the age of ten and who loved riding around on her bike. People also refer to ‘la bécane’, originally a machine or motorbike, but soon becoming popular to refer to a bike (and today often a computer).

Une petite balade à velo or en vélo? You hear both, but according to the Académie Française, ‘en’ is not correct, being reserved for transport where you can sit inside: car, train, plane etc. If you can straddle your two-wheeler (also a horse), you should say ‘à’. Have a good ride!


DES CROISSANTS OU DÉCROISSANCE?

juin 19, 2017

Est-ce que les croissants et la décroissance s’excluent l’un l’autre? Bien sur que non. Même si on oubliait ce saint-graal de tous les gouvernements, le maintien d’un taux de croissance économique positif, il y aurait toujours une place réservée aux croissants dans un brunch anglais, comme dans un brunch français. Et aux pains au chocolat d’ailleurs.

Kenneth Boulding (1910-1993), Président de l’American Economic Association, a dit «Celui que croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.»

Nous sommes tous coupables d’être sous l’influence du jargon des économistes. Mais pourquoi on entend parler si rarement dans les médias des alternatives à la croissance économique à l’infini? Le mot ‘degrowth’ ne se prononce presque jamais en anglais.

Le mouvement français de décroissance gagne en puissance avec même un parti politique Parti pour la Décroissance. Ça ressemble un peu au mouvement des Transition Towns en Angleterre. On pense à l’après-pétrole et on essaie de démontrer que le développement durable ne nécessitera pas forcément des sacrifices de la part de Monsieur Tout le monde.

Entretemps, le Guardian du 14 juin prévient que le prix du beurre en France a augmenté de 92 % en un an. C’est peut-être le moment pour de nouvelles recettes ? Espérons qu’on va continuer à manger des croissants quelconques: ça fait du bien le dimanche matin!

CROISSANTS OR DEGROWTH?

Are croissants and ‘décroissance’ (degrowth) mutually exclusive? Of course not. Even if we were to forget about the holy grail of all governments, maintaining an increased rate of economic growth, there would still be a place for croissants at an English brunch or indeed a French one. And for pains au chocolat for that matter.

Kenneth Boulding (1910-1993), President of the American Economic Association, said “Anyone who thinks that growth can be infinite in a finite world is either a madman or an economist.”

We’re all guilty of being influenced by economists’ jargon. But why do the media so rarely talk about alternatives to never-ending economic growth? The word ‘degrowth’ is almost never heard in English.

The French ‘décroissance’ movement is going from strength to strength and now even has its own political party, the Degrowth Party. There’s a certain similarity to the English Transition Towns movement. People are thinking about the post-oil period and are trying to show that sustainable development need not necessarily involve sacrifices for the man in the street.

Meanwhile, the Guardian on 14 June warns that the price of butter in France has gone up by 92% in a year. Perhaps it’s the moment for some new recipes? Let’s hope we keep on eating some sort of croissants: they make you feel good on a Sunday morning!


NOUS REVOILÀ: C’EST LA SAISON DU BAC

juin 12, 2017

Ceux qui sont des lecteurs de longue date de mon blog vont peut-être se demander pourquoi, presque chaque année au mois de juin, je me sens obligée d’écrire un article au sujet du bac. Quelqu’un qui, en général, n’est pas en faveur des examens.

Deux raisons me viennent à l’esprit: d’abord, le baccalauréat est une institution française, un monument national selon certains et un rite de passage entre l’enfance et l’âge adulte. Deuxièmement, j’adore le mot baccalauréat qui provient du latin bacca (baie, olive, arbre à baies) et laureatus (couvert de laurier). Quelqu’un qui réussit l’examen s’appelle un bachelier ou une bachelière. À noter aussi que passer un examen n’est pas équivalent à l’anglais to pass an exam. En fait, ça veut dire to sit an exam. On dit réussir un examen pour to pass an exam.C’est un tantinet déroutant.

Le taux de réussite au bac ne cesse de progresser: en 2016, 88,5% des candidats sont admis. Historiquement, le bac est le premier grade universitaire, mais la moitié des candidats reçus va ensuite échouer dans le supérieur, ce qui montre que le bac n’est en réalité qu’un certificat de fin d’études secondaires.

Quoi qu’il en soit, plus de 800 000 candidats vont plancher les épreuves du bac à partir de cette semaine. Comme chaque année, c’est la philo qui va ouvrir le bal. Le bonheur, le désir, la morale, la liberté, la conscience, la vérité … Si les étudiants ont bien fait leurs révisions, l’épreuve ne contiendra pas de surprises. Tout ce que vous avez à faire c’est de rédiger une copie soignée et de faire une bonne dissertation. Fastoche!

D’autres articles au sujet du bac dans l’archive de saliannefrenchfocus.wordpress.com :
Le Bac Philo en date du 18 juin 2013, La Philo sur Twitter du 20 juin 2014, Des demeurés ou des victimes de l’injustice? du 23 juin 2015 et Réflexions sur le bac du 19 juin 2016.

HERE WE ARE AGAIN: IT’S TIME FOR THE BAC

Longtime readers of my blog may wonder why, practically every year during June, I feel compelled to write an article about the bac. Someone who, generally speaking, is not in favour of exams.

Two reasons spring to mind: first of all, the baccalauréat is a French institution, a national monument according to some people and a rite of passage between childhood and adulthood. Secondly, I love the word ‘baccalauréat’ which comes from the Latin ‘bacca’ (berry, olive, berry tree) and ‘laureatus’ (covered in glory). People who have passed the exam are known as bachelors. Note also that ‘passer un examen’ isn’t equivalent to the English ‘to pass an exam’, Actually, it means ‘to sit an exam’. You say ‘réussir un examen’ for ‘to pass an exam’. It’s a tad confusing.

The pass rate for the bac keeps on going up: in 2016, 88.5% of candidates were successful. Historically, the bac is the first grade of university, but half the bachelors go on to fail in further education, which shows that the bac is really only a certificate of having completed your secondary education.

Whatever the case, over 800,000 candidates will sit the bac papers beginning this week. It’s the same every year, philosophy will open the proceedings. Happiness, desire, ethics, freedom, conscience, truth … If students have done their revision well, there won’t be any surprises in the paper. All you have to do is produce a neat paper and write a good essay. Dead easy!

Other articles about the bac in the saliannefrenchfocus.wordpress.com archive: ‘The Philosophy Bac’ dated 18 June 2013, ‘Philosophy on Twitter’ dated 20 June 2014, ‘Half-wits or victims of injustice?’ dated 23 June 2015 and ‘Thoughts on the Bac’ dated 19 June 2016.


INTERDITS DE DÉCÉDER À DOMICILE

mai 29, 2017

Christophe Dietrich, maire sans étiquette de Laigneville dans l’Oise (4.247 habitants), vient de trouver une manière originale de rendre public le problème insupportable de la désertification médicale. C’est un phénomène national qui ne fait que se détériorer.

Afin de sensibiliser les gens au problème, il a promulgué un arrêté municipal qui interdit aux Laignevillois « de décéder à domicile sur le territoire de la commune ». Bien sûr c’est un canular, mais le maire a bien fait de mettre en avant l’absurdité de la situation.

Quand quelqu’un est décédé à domicile récemment, il a eu du mal à trouver un médecin pour faire constater le décès. Monsieur Dietrich a peur que « ce qu’il se passe pour les défunts est en train de préfigurer ce qu’il va se passer pour les vivants ». Les deux médecins de la ville partent en retraite à la fin de l’année et il ne trouve pas de remplaçant.

Il se trouve au pied du mur et on ne peut que partager ses sentiments de désespoir. Tout le monde se renvoie la balle et personne ne trouve une solution. Évidemment son arrêté ne sera pas rendu effectif, mais on espère qu’entretemps un généraliste aura pitié de Laigneville.

BANNED FROM DYING AT HOME

Christophe Dietrich, independent mayor of Laigneville in the Oise (4,247 inhabitants), has recently found an unusual way of publicising the intolerable problem of the shortage of doctors. It’s a national problem which is only getting worse.

In order to raise awareness of the problem, he has published a bylaw which forbids the people of Laigneville from “dying at home in the borough”. Of course it’s a spoof, but it was a good idea on the part of the mayor to highlight the absurdity of the situation.

When someone died at home recently, he had difficulty finding a doctor to register the death. Mr Dietrich is afraid that “what’s happening with the deceased is foreshadowing what’s going to happen with the living”. The town’s two doctors are retiring at the end of the year and he can’t find a replacement.

He’s got his back to the wall and you can only sympathise with his desperation. Everybody’s passing the buck and nobody’s finding a solution. Obviously his bylaw won’t come into effect, but it’s to be hoped that in the meantime a GP will take pity on Laigneville.


LA BAULE: TOUT LE MONDE DESCEND!

mai 22, 2017

La gestion de la grande plage de La Baule en Loire-Atlantique vient d’être privatisée. Une des plages les plus longues et les plus belles d’Europe (5,4 km), gérée auparavant par la municipalité, est désormais entre les mains de Veolia.

Un des premiers aménagements qu’ils vont entreprendre c’est la destruction des restaurants en dur sur le sable pour les remplacer par des bâtiments démontables. Veolia doit aussi s’occuper du nettoyage de la plage et des toilettes pour garantir la propreté de toutes les installations et se charger de la location de matelas, parasols etc.

Un décret plage de 2006 cherche à limiter le bétonnage du littoral et le projet de La Baule veut faire de la plage un lieu durable et respectueux de l’environnement. Mais il y a juste un petit hic: le bruit court qu’il y aura une hausse de plus de 50% des loyers payés par les restaurants et autres commerçants, ce qui va peut-être mettre en cause l’existence de certains.

Pensez-vous que les plages sont de bons candidats pour la privatisation? N’hésitez pas à commenter en anglais ou en français.

Mon site web : Vous trouverez des ressources pour vous aider en conversation française à www.saliannefrenchfocus.com

LA BAULE: ALL CHANGE!

The management of the big beach at La Baule in the Loire-Atlantique has just been privatised. One of the longest and most beautiful beaches in Europe (5.4 km), previously managed by the local authority, will in future be in the hands of Veolia.

One of the first changes they will be undertaking is the knocking down of permanent restaurants on the sand to be replaced with removable structures. Veolia will also be in charge of cleaning the beach and toilets to guarantee the cleanness of all the facilities and will undertake the rental of sun loungers, umbrellas etc.

A law about beaches dating from 2006 is trying to limit the amount of concrete on the shoreline and the La Baule project wants to make the beach a sustainable and environmentally-friendly place. But there’s a small fly in the ointment, there’s a rumour that the rents paid by restaurants and other businesses will be increased by more than 50%, which could threaten the future of some of them.

Do you think beaches are good candidates for privatisation? Your comments in French or English are welcome.

My website : You’ll find resources to help you with your French conversation at www.saliannefrenchfocus.com