TOUJOURS À L’AFFICHE À PARIS

juin 4, 2018

Deux pièces d’Eugène Ionesco, La Cantatrice Chauve et La Leçon, jouent sans interruption depuis février 1957 au Théâtre de la Huchette dans le Quartier Latin de Paris.

À Londres les amateurs du théâtre ont pu voir l’histoire policière The Mousetrap d’Agatha Christie depuis encore plus longtemps, depuis 1952 en fait. Par contre, les spectateurs Parisiens – qui comptent presque 2 millions au même théâtre ont un double programme plutôt avant-garde et absurdiste mais qui est devenu un classique.

Dans La Leçon, une jeune bachelière en sciences et en lettres qui prévoit de préparer un ‘Doctorat Total’ se présente à l’appartement d’un professeur afin de prendre des cours particuliers.

Dans La Cantactrice Chauve, un couple qui n’a plus rien à se dire après vingt ans de mariage passe la soirée avec un autre qui ne se reconnaît plus. Beaucoup des premiers spectateurs ont quitté la salle en plein milieu de la représentation, en disant ‘De qui se moque-t-on?’

Mais, plus d’un demi-siècle plus tard, ce petit théâtre d’une centaine de places fait toujours salle comble. Pas mal, quand même.

Pour connaître un peu l’histoire du Théâtre de la Huchette: http://www.theatre-huchette.com

STILL ON IN PARIS

Two Eugène Ionesco plays, ‘The Bald Opera Singer’ and ‘The Lesson’, have been playing non-stop since February 1957 at the Huchette Theatre in the Paris Latin Quarter.

In London, theatre-goers have been able to see Agatha Christie’s murder mystery ‘The Mousetrap’ for even longer, actually since 1952. On the other hand, Paris audiences – now totalling nearly two million at the same theatre – have a more avant-garde absurdist double bill which has become a classic.

In ‘The Lesson’, a young science and arts student who plans to prepare a doctorate of everything arrives at a professor’s flat for private lessons.

In ‘The Bald Opera Singer’, a couple who have nothing left to say to each other after twenty years of marriage spends the evening with another couple who no longer recognise each other. Many early audiences left the theatre in the middle of the play, saying ‘Who are they making fun of?’

But, more than half a century later, this little hundred-seater theatre is still playing to a full house. Not bad, all the same.

To find out a bit of the history of the Théâtre de la Huchette: http://www.theatre-huchette.com

Publicités

FERDINAND CHEVAL: LE FACTEUR LE PLUS CÉLÈBRE AU MONDE?

mars 5, 2018

Il était facteur à Hauterives dans le Drôme au XIXe siècle. Chaque jour il faisait une trentaine de kilomètres à pied pour effectuer sa tournée. Un jour, il a trébuché sur une pierre qui l’a surpris par l’originalité de sa forme. Il l’a ramassée et rapportée chez lui. Si la nature veut être sculpteur, a-t-il pensé, moi je serai architecte et maçon. Il continuait à ramasser des pierres, les rapportant d’abord dans sa poche et par la suite dans une brouette.

33 ans plus tard, en 1907, il a achevé son chef d’oeuvre: le temple de la nature, son palais idéal. Un rêve devenu la réalité à force de travail et de volonté.

Cheval s’est inspiré des cartes postales et revues illustrées qu’il distribuait. Beaucoup de croyances y sont représentées: une grotte de la Vierge, un temple hindou, une mosquée, un tombeau égyptien. C’est toute une série de merveilles interminables construites à la main par un seul homme: un ensemble de galeries, d’escaliers et de tours, un bassin, une cascade, un labyrinthe … haut de 12 m et long de 26m, le tout décoré d’une maniére incroyable.

Considéré comme un fou par ses contemporains, les surréalistes ont célébré son art naïf et le palais a fini par être classé Monument historique, grâce à André Malraux.

Le palais est ouvert au public toute l’année. Si vous avez l’occasion de visiter ce monument inclassable et fascinant, il vaut vraiment le détour.

FERDINAND CHEVAL: THE WORLD’S MOST FAMOUS POSTMAN?

He was a postman at Hauterives in the Drôme in the nineteenth century. Every day he walked around 30 kilometres to do his round. One day, he stumbled over a stone whose original shape astonished him. He picked it up and took it home. If nature wants to be a sculptor, he thought, I’ll be an architect and a mason. He carried on picking up stones, taking them back at first in his pocket and subsequently in a wheelbarrow.

33 years later, in 1907, he finished his masterpiece: the temple of nature, his ideal palace. A dream become reality through hard work and willpower.

Cheval got his inspiration from the postcards and illustrated magazines which he delivered. Many different faiths are represented: a grotto of the Virgin, a Hindu temple, a mosque, an Egyptian tomb. It’s a whole series of unending wonders, built by hand by a single man: a collection of galleries, staircases and towers, a pond, a waterfall, a labyrinth … 12m high and 26m long, the whole thing decorated in an incredible way.

His contemporaries thought he was crazy, but the surrealists celebrated his naive art and the palace ended up being classified as an historic monument, thanks to André Malraux.

The palace is open to the public all year round. If you get the chance to visit this unclassifiable and fascinating monument, its’ really worth seeing.


À QUOI SERT UN JARDIN?

février 19, 2018

Selon le dictionnaire, la définition d’un jardin est la suivante: terrain où l’on plante des végétaux comestibles ou d’agrément. C’est une définition assez générale car les jardins ne signifient pas la même chose pour tout le monde.

La liste des activités qu’on peut faire dans un jardin est sans limite, mais comprennent, entre autres: cultiver, jouer, se détendre, se reposer, cuisiner, manger, observer, communier avec la nature, s’entraîner et ainsi de suite.

Qu’est-ce que ça représente pour vous? Un passe-temps ou une corvée? Une compétence pratique qu’on peut apprendre ou un art? On dit qu’avoir la main verte est un talent inné, mais des millions de jardiniers réfutent cette notion.

Grand ou petit, un jardin vous permet d’échapper le train-train quotidien. Si le métro, boulot, dodo vous donne le cafard, rien ne vaut une petite heure au jardin. Et même si vous n’avez qu’un balcon, il est quand même possible d’accomplir des miracles de jardinage. Comme dit Voltaire: Il faut cultiver notre jardin.

Lecture complémentaire: Voir article dans l’archive du 11 novembre 2014 https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/11/18/il-faut-cultiver-notre-jardin/

WHAT’S A GARDEN FOR?

According to the dictionary, a garden is defined as follows: land where you plant edible or ornamental vegetation. It’s rather a broad definition as gardens mean different things to different people.

The list of things you can do in a garden is endless but includes, amongst others: growing, playing, relaxing, resting, cooking, eating, observing, communing with nature, working out and so on.

What does a garden mean to you? A pastime or a chore? A practical skill that can be learnt or an art? They say that having green fingers is an innate talent, but millions of gardeners refute this idea.

Large or small, a garden can allow you to escape the daily grind. If the nine-to-five routine is getting you down, there’s nothing better than spending an hour in the garden. And even if you only have a balcony, it’s still possible to work gardening miracles. As Voltaire says: We must cultivate our gardens.

Further reading: See my article in the archive dated 11 November 2014   https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/11/18/il-faut-cultiver-notre-jardin/


MADAME LA MAIRE FAIT DES VAGUES

janvier 15, 2018

Doit-on faire la bise à tous ses collègues de travail? Cette habitude ne plaît pas à Aude Picard-Wolff, la maire de Morette, une petite commune dans l’Isère. Elle a donc annoncé qu’elle ne va plus le faire de façon systématique.

Elle a envoyé un mail à ses 73 collègues de la communauté pour leur demander de ne plus lui faire la bise. Elle pense que ce geste peu hygiénique ne signifie plus rien et fait perdre du temps. Elle avoue être arrivée en retard aux réunions afin d’éviter de devoir faire la bise à tout le monde.

Autrefois, la bise était surtout réservée aux membres de la famille. Les jeunes femmes s’embrassaient déjà au XIXe siècle mais, entre garçons et filles, l’habitude fait partie de la mouvance post-soixante-huitarde. La maire a reçu beaucoup de réactions, mais la majorité des commentaires expriment le soulagement.

Il y a d’autres façons de se saluer: se serrer la main, se faire un “tchek” à l’américaine (poing contre poing), sourire ou simplement dire bonjour. La bise relève du quotidien des Français, mais souvent les étrangers trouvent cette coutume bizarre, surtout quand on ne connaît pas bien la personne. Le tutoiement aussi peut paraître étrange, mais ça c’est une autre histoire …

Voir mon article C’est simple comme bonjour dans l’archive du 4 février 2014: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/02/04/cest-simple-comme-bonjour/

N’oubliez pas que vous trouverez plein de trucs et astuces pour vous aider à faire des progrès en français sur mon site soeur    www.saliannefrenchfocus.com

MAYOR MAKING WAVES

Do we have to kiss all our work colleagues? Aude Picard-Wolff, mayor of Morette, a small commune in the Isère, doesn’t like this practice. So she’s announced that she’s no longer going to do it as a matter of course.

She sent an email to her 73 colleagues on the local council to ask them to stop kissing her. She thinks that this unhygienic gesture is meaningless and a waste of time. She admits to having arrived late to meetings in order to avoid having to kiss everybody.

In the past, kissing was particularly reserved for family members. Young women used to embrace each other already in the nineteenth century but, between boys and girls, the practice was part of the post 1968 cultural shift. The mayor has received a lot of reactions, but the majority of comments are expressing relief.

There are other ways of greeting people: shaking hands, doing an American-style fist bump, smiling or simply saying hello. Kissing is part of everyday life for French people, but foreigners often find this custom quite bizarre, especially if you don’t know the person well. Using ‘tu’ can also seem strange, but that’s another story …

See my article ‘C’est simple comme bonjour’ in the archive dated 4 February 2014: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/02/04/cest-simple-comme-bonjour/

Don’t forget my sister site full of advice and tips to help you improve your French www.saliannefrenchfocus.com


LA PUB AU THÉÂTRE: IL NE MANQUAIT PLUS QUE ÇA

septembre 18, 2017

C’est une première en France. De Paris à Marseille, d’Avignon à La Rochelle, depuis la rentrée 2017, dix-sept théâtres français diffusent des spots publicitaires et des bandes-annonces sur un écran avant le lever du rideau.

La ODW, spécialiste du marketing digital, a pour premier cible les théâtres de boulevard et les spectacles de stand-up. Ils espèrent toucher près de 2 millions de spectateurs. Pas plus de quatre messages publicitaires sont diffusés en alternance avec des bandes-annonces et la durée est limitée à quatre minutes. Ils se concentrent sur les secteurs bancaires et les produits haut de gamme: les voitures, la bijouterie, les parfums.

D’accord, beaucoup de théâtres se trouvent dans une impasse avec la baisse des revenus et des aides et subventions. Mais la pub s’est insinuée dans presque chaque aspect de notre vie quotidienne et le théâtre restait jusqu’ici un refuge de ce bombardement. On supporte la situation en concluant que les théâtres ont trouvé le bon filon si cela les empêche de faire faillite? Ou on se soulève contre ce dernier assaut en boycottant ces spectacles?

Il est probablement trop tard pour changer la donne. La ODW serait en discussion avec une vingtaine d’autres théâtres pour la saison 2018. On se trouve sur une pente savonneuse et le chemin du retour sera difficile à trouver.

Lecture complémentaire: Les Trois Coups dans l’archive du 21 mars 2016

ADS AT THE THEATRE: THAT WAS ALL WE NEEDED

It’s a first in France. From Paris to Marseille, from Avignon to La Rochelle, since the start of the autumn 2017 season, seventeen French theatres have been showing advertisements and trailers on a screen before the curtain goes up.

ODW, digital marketing specialists, are targeting comedy theatres and stand-up venues. They hope to reach nearly 2 million theatre-goers. No more than four commercials are being shown, alternating with trailers and the duration is restricted to four minutes. They are focusing on the banking sector and high-end products: cars, jewelry and perfume.

OK, a lot of theatres find themselves in a double-bind with the drop in income and subsidies. But advertising has insinuated itself into almost every aspect of our daily life and until now the theatre was a refuge from this bombardment. Should we put up with the situation, concluding that theatres are on to a good thing if it stops them going broke? Or should we rise up against this latest assault and boycott these shows?

It’s probably too late to change things. ODW is said to be in discussion with twenty or so other theatres for the 2018 season. It’s the thin of the wedge and the way back will be hard to find.

Further reading: “The Three Knocks” in the archive dated 21 March 2016