LA FÊTE DE LA MUSIQUE S’ADAPTE ET INNOVE

juin 22, 2020

La fête telle qu’on l’a connue n’a pas pu avoir lieu cette année à cause de la crise sanitaire, c’était une évidence. Les grands rassemblements sont encore interdits et même dans les rues on n’a pas le droit de se rassembler à plus de dix.

Cependant, il fallait continuer à célébrer la musique et pendant tout le week-end plusieurs alternatives ont assuré la continuité de cette fête bien-aimée des Français. Donc, plus de concerts spontanés, mais à leur place, des salles de concert ont pu ouvrir leurs portes à un public réduit, distancié et masqué. Il y avait aussi des concerts dans les hôpitaux et des concerts en plein air, comme celui de l’Institut du monde Arabe, sous la tutelle de son président, l’ancien ministre de la Culture, Jack Lang, fondateur de la fête.

Le point culminant du week-end était Alone Together, un concert virtuel en direct de Jean Michel Jarre, sous le patronage du ministère de la Culture. L’avatar de Jarre a joué dans un lieu de performance imaginaire, conçu pour l’occasion. Le pionnier de la musique électronique a décrit l’événement comme ressemblant le film The Matrix. Une première mondiale dont la fête doit être fière.

Vive la fête de la musique! Bousculée par la pandémie, mais pas déchue!

Lecture complémentaire: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/06/21/la-fete-de-la-musique/

THE FESTIVAL OF MUSIC ADAPTS AND BREAKS NEW GROUND

The festival such as we’ve known it couldn’t take place this year because of the pandemic, that was obvious. Large gatherings are still illegal and even in the streets, numbers are limited to ten.

However, music still had to be celebrated and throughout the weekend several alternatives ensured the continuity of this festival beloved of the French. So, no more spontaneous concerts, but, in their place, concert halls were able to open their doors to a smaller number of people, socially distanced and masked. There were also concerts in hospitals and open air concerts, like the one at the Arab World Institute, under the supervision of its president, former culture minister Jack Lang, the founder of the festival.

The highlight of the weekend was ‘Alone Together’ Jean-Michel Jarre’s live virtual concert, under the auspices of the ministry of culture. Jarre’s avatar played in an imaginary performance space, designed for the occasion. The pioneer of electronic music described the event as being like the film ‘The Matrix’. A world first of which the festival should be proud.

Long live the ‘fête de la musique’! Shaken up by the pandemic, but not defeated!

Further reading: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/06/21/la-fete-de-la-musique/


LE PHÉNOMÈNE DU CANCAN

février 17, 2020

Quand vous entendez le mot cancan, vous pensez peut-être à l’attraction touristique des cabarets et music-halls parisiens comme Le Moulin Rouge, ou Les Folies Bergère. Pour beaucoup de touristes, surtout pendant la première moitié du XXe siècle, c’était un élément incontournable de leur séjour à Paris. Mais le cancan était à l’origine une danse de la rue.

L’ancêtre du cancan était ce qu’on appelait le chahut. Descendante du quadrille, la danse était un galop exécuté en couple dans les bals et cabarets. Le chahut était très mal vu par les autorités et les défenseurs de la morale traditionnelle. Le quadrille, une danse formelle, ne laissait pas de place pour l’improvisation donc les hommes ont décidé de faire cavalier seul et de se permettre quelques minutes d’anarchie. Ensuite les femmes leur ont emboîté le pas et ont participé, elles aussi, à cette débauche. Le cancan est né. Vive la Révolution!

C’était au début du XXe siècle que l’hymne du French Cancan a été utilisé pour la première fois dans un cabaret : le célèbre galop infernal de Jacques Offenbach, tiré de l’opéra bouffe Orphée aux EnfersPourquoi le nom cancan? La danse rappelait le dandinement des canards qui font coincoin!

Le cinéma a souvent rendu hommage au cancan. On se rappelle French Cancan de Jean Renoir (1954) et Moulin Rouge de Baz Luhrmann (2001). Mais c’est grace aux peintures d’Henri de Toulouse Lautrec que les cancaneuses de Montmartre et de Pigalle s’exposent dans les musées du monde entier. La goulue était le surnom d’une des stars du cancan pendant les années 1880, immortalisée dans cette affiche.

THE CANCAN PHENOMENON

When you hear the word ‘cancan’, you probably think of the tourist attraction in Parisian cabarets and

music halls such as the Moulin Rouge or the Folies Bergère. For many tourists, particularly during the first half of the twentieth century, it was an unmissable part of their stay in Paris. But the cancan was originally a street dance.

The cancan’s ancestor was what was called the ‘chahut’ (row, racket, bedlam). A descendant of the quadrille, it was a gallop danced in couples in dance halls and cabarets. The authorities took a pretty dim view of it as did defenders of traditional morals. The quadrille, a formal dance, didn’t allow for any improvisation, so the men decided to go it alone and to allow themselves a few minutes of anarchy. Then the women followed suit and joined in the debauchery. The cancan was born. Long live the Revolution!

It was at the beginning of the twentieth century that the theme tune of the French Cancan was used for the first time in a cabaret: the famous infernal gallop by Jacques Offenbach, taken from the comic opera ‘Orpheus in the Underworld’. Why is it called the cancan? The dance reminded people of ducks waddling and quacking (faire coincoin)!

Cinema has often paid tribute to the cancan. You may remember Jean Renoir’s ‘French Cancan’ (1954) and Baz Luhrmann’s ‘Moulin Rouge’ (2001). But it’s thanks to Henri de Toulouse Lautrec’s paintings that the cancan dancers of Montmartre and Pigalle can be seen in museums the world over. ‘La goulue’ (the glutton) was the nickname of one of the cancan stars of the 1880s, immortalised in this poster.


LE MUSÉE DE LA POSTE

décembre 16, 2019

Après cinq ans de travaux, ce musée méconnu vient de rouvrir ses portes. Sur sept étages, une quinzaine de salles d’exposition sont entièrement dédiées aux six siècles de l’histoire de la Poste et à la philatélie.

Le bâtiment, synonyme de l’architecture des années 70 avec son enveloppe de béton et ses sculptures de parpaings sur la façade, a été complètement réinventé à l’intérieur. Le coeur du nouvel agencement est une colonne “totem” vitrée de 20 m de hauteur et 7 m de large, fournissant une spectaculaire galerie verticale.

Au premier étage, on peut voir tous les timbres émis en France depuis 1849, environ 4000 oeuvres d’art en miniature. Au deuxième étage, hommes et métiers sont exposés et au 3e, la conquête du territoire depuis le cheval jusqu’aux drones. On se régale de nombreuses pépites comme une robe de bal faite de 2000 timbres et une compression de chèques postaux créée par le sculpteur César.*

À l’extérieur, on trouve une série de panneaux festifs qui illustrent les différentes boîtes postales au fil des années et qui rendent hommage aux mouvements d’art comme l’art nouveau, l’art déco et le pop art. Des messages au sujet de l’accélération de l’extinction de la faune y sont intégrés, de la chasse aux trophées à la pollution plastique.

Le musée se trouve au 34, boulevard de Vaugirard au coeur du quartier de Montparnasse dans le Xve et vaut bien le détour.

* Pour un article au sujet de César, suivez ce lien: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2017/02/27/cesar/

Et pour connaître le facteur le plus célèbre de France:

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2018/03/05/ferdinand-cheval-le-facteur-le-plus-celebre-au-monde/

Votre blogueuse va marquer une courte pause. Je souhaite à tous mes lecteurs et lectrices de très bonnes fêtes de fin d’année.

THE POST MUSEUM

After five years of works, this little known museum has just reopened its doors. On seven levels, around fifteen exhibition halls are entirely given over to six centuries of the history of the French post office and to philately.

The building, synonymous with the architecture of the seventies with its concrete envelope and breeze block sculptures on the facade, has been completely redesigned inside. The heart of the new layout is a glass “totem” column 20 m high and 7 m wide, providing a spectacular vertical gallery.

On the first floor, you can see all the stamps issued in France since 1849, around 4000 miniature works of art. On the second floor, “men and jobs” are exhibited and on the third, “conquering the territory” from the horse to the drone. You can enjoy numerous gems such as a ball dress made from 2000 stamps and a compression of post office cheques created by the sculptor César.*

Outside, you find a series of festive panels illustrating different postboxes through the years and which pay tribute to artistic movements like “art nouveau”, “art deco” and “pop art”. Messages about the speeding up of the extinction of fauna have been integrated into the panels, from trophy hunting to plastic pollution.

The museum is at 34, boulevard de Vaugirard in the heart of the Montparnasse quarter in the 15th arrondissement and is well worth a visit.

* For an article about César, follow this link:

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2017/02/27/cesar/

And to find out about France’s most famous postman:

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2018/03/05/ferdinand-cheval-le-facteur-le-plus-celebre-au-monde/

Your blogger is taking a short break. Season’s greetings to all my readers.


LES MUSICIENS DU MÉTRO

mars 18, 2019

Deux fois par an depuis 1997 des auditions se déroulent devant un jury composé de salariés de la RATP* et d’usagers du réseau. Le prix? Une accréditation pour jouer dans les couloirs du métro parisien. Ainsi l’Espace Métro Accords (EMA) permet à des artistes triés sur le volet, souvent de grands talents qui s’ignorent, à démarrer dans une industrie férocement compétitive. Un coup de pouce très prisé, on le comprend.

Le fait de passer par un casting assure une certaine qualité et diversité de styles. Ces musiciens ne sont pas des mendiants, même si au début on les voyait comme une espèce de clochards. Aujourd’hui, ils sont bien mieux perçus et les aggressions sont peu fréquentes. Ils ont même leur propre Association des Musiciens du Métro, indépendante de l’EMA.

Un artiste fait partie du décor depuis douze ans et personne n’oserait piquer sa place dans le dédale des couloirs interminables de la station de métro Châtelet-les-Halles. Il s’agit de l’auteur-compositeur-interprète Vanupié qui s’est fait connaître grâce à ses prestations dans le métro. Il a enregistré trois albums, s’est produit au grand théâtre Bataclan et tourne à une moyenne de 100 concerts en salle par an. Pas question de délaisser le métro, la meilleure salle de répétition qu’un musicien puisse rêver. Il continue à essayer son nouveau répertoire sur ses fidèles souterraines.

https://www.youtube.com/watch?v=AcHHE9bvLgY

* Régie Autonome des Transports Parisiens

UNDERGROUND MUSICIANS

Twice a year since 1997, auditions have been taking place in front of a jury of RATP (Paris transport authority) employees and network users. The prize? A licence to perform in the corridors of the Paris underground. This is how l’Espace Métro Accords (EMA) allows hand-picked artists, often very talented unknowns, to kickstart their careers in a cutthroat industry. Understandably a very sought after leg-up.

Having to get through an audition ensures a certain quality and diversity of style. These musicians are not beggars, even though at the start they were viewed as a kind of tramp.These days they have a much better reputation and assaults are rare. They even have their own Association of Métro Musicians, independent of the EMA.

One artist has been part of the furniture for twelve years and nobody would dare to pinch his place in the maze of interminable corridors of the Châtelet-les-Halles métro station. It’s the singer songwriter Vanupié who has made his name thanks to his performances in the underground. He has recorded three albums, has performed at the big Bataclan theatre and goes on tour with an average of 100 indoor concerts per year. No way will he abandon the métro, the best rehearsal room any musician could dream of. He continues to try out his new repertoire on his underground regulars.

https://www.youtube.com/watch?v=AcHHE9bvLgY


UN LIVRE POUR LES VACANCES

août 20, 2018

Comment encourager les enfants à lire pendant les grandes vacances? Personnellement, je n’avais jamais besoin d’être encouragée, mais aujourd’hui avec toutes les distractions des smartphones, des jeux vidéo etc., les livres risquent d’être négligés.

Le Ministère de l’éducation a donc décidé de poursuivre un dispositif expérimenté dans certaines régions en 2017. Cette année, dans toute la France, tous les enfants de CM2 (10-11 ans) quittent l’école primaire avec leur propre livre en main.

Selon Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, l’objectif est de “renforcer le goût et la pratique de la lecture chez les élèves qui vont entrer au collège”. Ils auront “l’occasion de découvrir durant leur temps de loisir une oeuvre du patrimoine littéraire et de partager le plaisir de sa lecture avec leur famille, leurs camarades, leurs professeurs.”

Et le choix du livre? C’est un recueil de 22 fables de Jean de la Fontaine, illustré par le célèbre auteur de BD Joann Sfar. Des versions audio et en braille sont aussi disponibles.

Entretemps, on attend l’arrivée du Pass culture dans quatre départements. Encore une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, dès le mois d’octobre, des jeunes de 18 ans vont tester une appli mobile qui sera créditée de 500 euros, pour leur permettre d’avoir accès à un large éventail d’activités culturelles.

Lecture complémentaire dans l’archive :mon article au sujet de l’expression faire la mouche du coche qui provient d’une fable de Jean de la Fontaine  https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/02/01/faire-la-mouche-du-coche/  

A BOOK FOR THE HOLIDAYS

How to encourage children to read during the summer holidays? Personally, I never needed any encouragement, but today with all the distractions of smartphones, video games etc., books are in danger of being neglected.

The ministry of Education therefore decided to continue an arrangement piloted in certain regions in 2017. This year, throughout France, all CM2 children (aged 10-11)) are leaving primary school with their own book in their hands.

According to education minister Jean-Michel Blanquer, the aim is to “reinforce the taste for and practice of reading amongst children who are about to go to senior school”. They will have “during their leisure time the chance to discover a work of literary heritage and to share the pleasure of reading it with their families, friends and teachers”.

And the choice of book? It’s a collection of 22 fables by Jean de la Fontaine, illustrated by the famous comic book author Joann Sfar. Audio and braille versions are also available.

Meanwhile, we await the arrival of the “Culture pass” in four départements. Another of Emmanuel Macron’s campaign promises, from October, 18 year-olds will be testing a mobile app with a credit of 500 euros, which will allow them to have access to a wide range of cultural activities.

Further reading in the archive : my article about the l’expression “faire la mouche du coche” which comes from a Jean de la Fontaine fable     https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/02/01/faire-la-mouche-du-coche/