LA BOUGIE DU SAPEUR

mars 2, 2020

Que diable? Eh bien, c’est un journal qui sort tous les 36 du mois. Enfin, un peu plus souvent que ça, mais en fait seulement une fois tous les 4 ans.

Le premier numéro est sorti en 1980. Depuis lors, chaque année bissextile, le 29 février il y a un nouveau numéro. Le nom “La Bougie du Sapeur” fait référence à un personnage de bande dessinée créé à la fin du XIXe siècle, le Sapeur Camember, dont l’anniversaire tombe le 29 février, et qui se trouve conscrit à l’armée juste après avoir soufflé ses cinq bougies. Il s’exprime dans un français qu’il voudrait châtié mais qui révêle son inculture.

Avec 20 pages sur l’actualité des quatre dernières années, le journal apolitique défend le “politiquement incorrect”. Il contient des grandes rubriques comme les quotidiens: la vie économique, politique, internationale, le spectacle, le sport et, tout naturellement, une page de dernière minute. Les articles décalés sont bourrés d’humour gaulois: des calembours, des contrepèteries, des jeux de mots, des fausses interviews.

Une alternative rafraîchissante aux actualités en continu auxquelles on s’est habitué? Des concessions à la modernité cette année: un supplément écolo et une page Facebook. Tiré à 200 000 exemplaires et vendu au prix de 4,80 euros, ce journal sans pub verse une partie de ses recettes à l’association A Tire d’Aile, qui accompagne les personnes autistes et épileptiques.

THE SAPPER’S CANDLE

What on earth? Well, it’s a newspaper that comes out once in a blue moon. OK, a bit more often than that, but actually only once every four years.

The first edition came out in 1980. Since then, every leap year, on the 29th February there’s a new edition. The name “The Sapper’s Candle” refers to a cartoon character created at the end of the nineteenth century, le Sapeur Camember, whose birthday falls on the 29th February and who finds himself conscripted to the army just after his fifth birthday. He expresses himself in what he thinks is refined French but which shows his lack of education.

With 20 pages covering the news from the last four years, the apolitical newspaper defends political incorrectness. It contains columns like the dailies: economic, political and international life, entertainment, sport and of course a stop press page. The offbeat articles are packed with Gallic humour: puns, spoonerisms, plays on words, fake interviews.

A refreshing alternative to the 24 hour news to which we’ve become accustomed? Concessions to modernity this year: an ecofriendly supplement and a Facebook page. With a circulation of 200,000 sold at 4.80 euros, the ad-free paper gives some of its receipts to “A Tire d’Aile” (in a flurry of wings), a charity which supports people with autism and epilepsy.


CHARLIE COURT TOUJOURS

janvier 11, 2016

Un an après le massacre à Charlie Hebdo, le journal a sorti un numéro spécial de 32 pages, tiré à un million d’exemplaires. Ce numéro commémoratif a fait un tabac, et non seulement en France, car des dixaines de milliers d’exemplaires ont été expédiés à l’étranger. Pour faire face à la demande, le journal a eu droit à un nouveau tirage pour réapprovisionner les kiosques.

Le canard, bourré d’humour satirique, comprend, entre autres, l’histoire des événements du 7 janvier 2015 rapportée par les survivants, une édito du caricaturiste Riss, blessé lors de l’attaque maintenant directeur de Charlie, une parodie des trophées reçus pour leur défense de la liberté d’expression, une BD hilarante Comment je l’explique à mon enfant, des dessins des victimes disparus (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré) et des messages de soutien de personnalités.

Le journal, aujourd’hui bunkerisé dans de nouveaux locaux ultra-sécurisés à une adresse secrète continue de promouvoir un monde laïc et de défendre le droit de déconner à propos de n’importe quel sujet. Un journal qui faisait des petits dessins comme le décrit Riss est devenu un bastion de la liberté et de la laïcité. La une du numéro spécial montre un dieu taché de sang, un kalachnikov sur le dos, avec les mots Un an après, l’assassin court toujours.

Malgré les événements du 13 novembre à Paris et le chaos à Cologne le soir de la Saint Sylvestre, Charlie, lui, court toujours, sa tendance provocatrice et ses principes athées et libres-penseurs intacts. Un numéro à ne pas manquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHARLIE’S STILL UP AND RUNNING

One year after the Charlie Hebdo massacre, the paper has brought out a special 32-page edition, with a print-run of a million copies. This commemorative issue has been a big success, and not only in France, as tens of thousands of copies have been sent abroad. To cope with demand, the paper has had to print more copies to replenish stocks in the kiosks.

The paper, which is jam-packed with satirical humour, contains, amongst other things, an account of the events of 7 January 2015 by the survivors, an editorial by the cartoonist Riss who was injured in the attack and is now the director of Charlie, a spoof on the awards received for their defence of freedom of expression, a hilarious strip cartoon ‘How to explain to my child’, cartoons by dead victims (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré) and messages of support from celebrities.

The paper, now ‘bunkerised’ in new ultra-secure premises at a secret address, continues to promote a secular world and to defend the right to make fun of any subject. ‘A paper with little cartoons’ as Riss describes it, has become a stronghold of freedom and secularism. The front page of the special edition shows a blood-stained god, a kalachnikov on his back, with the words ‘One year on, the assassin is still on the loose’.

Despite the events of 13 November in Paris and the mayhem in Cologne on New Year’s Eve, Charlie, its provocative streak and atheist and free-thinking principles intact, is still around. A must-read edition.


DEVANT LE KIOSQUE 5: ÇA M’INTÉRESSE

janvier 27, 2014

Vous vous trouvez perplexe devant le kiosque ? Vous restez sidéré par l’embarras du choix ? Quel hebdo acheter pour améliorer votre français ?

Une série de courts articles qui font ressortir quelques hebdomadaires français parmi les plus connus.

ÇA M’INTÉRESSE

Si la découverte des faits intéressants et des trucs farfelus vous tente, le mensuel généraliste Ça m’intéresse serait peut-être parfait pour vous. En feuilletant le magazine, vous aurez le même sentiment qu’on avait comme enfant en tournant les pages d’une encyclopédie, une entité rendue obsolète aujourd’hui à l’ère Internet.

Le magazine vise à amuser et à sensibiliser ses lecteurs à une variété de sujets comme la société, la santé, l’histoire, les sciences, l’art, l’économie, la psychologie, les techniques, la nature, l’environnement, les comportements et j’en passe. Ceci à l’aide de photos superbes et d’articles bien écrits en langage de tous les jours. Il vulgarise des sujets qui pourraient autrement ne pas être attrayants au lectorat général, en les décryptant en termes simples.

Le site web du magazine est une véritable mine de trésor d’informations intéressantes. Le bricolage, la météo, la nanotechnologie – une petite sélection des sujets abordés sous la rubrique Questions-Réponses, tandis que la Minute de la Connaissance  (http://minute-connaissance.caminteresse.fr/)comprend une série de vidéos qui expliquent toutes sortes de choses, chacune avec une durée d’environ une minute : des ressources excellentes pour les apprenants de français.

Si le monde qui vous entoure vous intéresse, n’hésitez plus devant le kiosque et  munissez-vous d’une copie de ‘Ça m’intéresse’. Vous n’en serez pas déçu.

 

ca m interesse

 

AT THE NEWSSTAND 5

Do you find yourself stumped at the newsstand? Are you staggered by the huge choice? Which weekly magazine should you buy to help you improve your French?

A series of short articles highlighting some of the most well-known French weeklies.

THAT INTERESTS ME

If you like finding out interesting facts and wacky bits and pieces, the general knowledge magazine ‘Ça m’intéresse’ might be the one for you. As you flick through the magazine, you may experience the same feeling you did as a child when turning the pages of an encyclopaedia, an obsolete entity in these daysof the Internet age.

The magazine aims to entertain and educate its readers on a variety of subjects such as society, health, history, science, art, economics, psychology, nature, environment, behaviour, to name but a few. It does this with the help of superb photos and clearly written articles suitable for the layman. It popularises topics which might otherwise not appeal to a general readership by explaining them in simple terms.

The magazine’s website is also a treasure trove of interesting information. DIY, Weather, Nanotechnology – just some of the subjects covered in the section ‘Questions/Réponses’, whilst the ‘Minute de la Connaissance’ is a series of short videos explaining all manner of things, each one lasting around a minute: excellent resources for learners of French.

If the world around you interests you, don’t hesitate at the newsstand but get hold of a copy of ‘Ça m’intéresse’. You won’t be disappointed.


DEVANT LE KIOSQUE 4: LE COURRIER INTERNATIONAL

août 23, 2013

Vous vous trouvez perplexe devant le kiosque ? Vous restez sidéré par l’embarras du choix ? Quel hebdo acheter pour améliorer votre français ?

Une série occasionnelle de courts articles qui font ressortir quelques hebdomadaires français parmi les plus connus.

LE COURRIER INTERNATIONAL

Si vous avez parfois l’impression que les médias sont trop portés sur les évènements nationaux, la prochaine fois que vous hésitez devant le kiosque, achetez-vous l’hebdo Le Courrier International.

Les journos du Courrier International  sélectionnent et traduisent en français des articles de plus de 1500 sources du monde entier : journaux, sites, blogs, pour alimenter l’hebdo et son site www.courrierinternational.com.

Parmi ses sources anglophones, on peut lire des extraits et voir des caricatures du New York Times, du Washington Post, du LA Times, de l’Independent, du Spectator, du Guardian, du New Statesman et de  l’Economist. Les articles sont très divers et parfois contreversés.

La pub est variée, elle aussi. Des voitures de luxe au recyclage des lampes, des conférences géopolitiques aux apéritifs.

Son format est plus grand mais moins épais que la plupart des hebdos. Sérieux, mais peut-être un peu indigeste, le Courrier International vous donne une vue d’ensemble de la presse mondiale et parfois vous fait considérer les choses sous un angle différent. Incontestablement digne d’être lu.

PhotonQ-La Revolution Obama

PhotonQ-La Revolution Obama (Photo credit: PhOtOnQuAnTiQuE)

Do you find yourself stumped at the newsstand ? Are you staggered by the huge choice? Which weekly magazine should you buy to help you improve your French?

An occasional series of short articles highlighting some of the most well-known French weeklies.

AT THE NEWSSTAND 4   LE COURRIER INTERNATIONAL

If you sometimes get the impression that the media spend too much time on national events, next time you’re wondering what to buy at the newsstand, try the weekly magazine ‘Le Courrier International’.

The Courrier International’s journalists select and translate into French articles from more than 1500 sources worldwide: newspapers, websites, blogs, to feed into the weekly magazine and its website www.courrierinternational.com.

Amongst its English-speaking sources, you can read extracts and see cartoons from the New York Times, the Washington Post, the LA Times, the Independent, the Spectator, the guardian, the New Statesman and the Economist. The articles are very varied and often controversial.

The advertisements are varied too. From luxury cars to recycling light bulbs, from geopolitical conferences to aperitifs.

The magazine has a larger but thinner format than most weeklies. Serious but perhaps a bit stodgy, the ‘Courrier International’ gives you an overview of the world’s press and sometimes makes you look at things in a different light. Definitely worth reading.


DEVANT LE KIOSQUE (3 )

mai 7, 2013

Vous vous trouvez perplexe devant le kiosque ? Vous restez sidéré par l’embarras du choix? Quel hebdo acheter pour améliorer votre français?

Cet article est le troisième d’une série qui fait ressortir quelques hebdomadaires français parmi les plus connus.

Do you find yourself stumped at the newsstand? Are you staggered by the huge choice? Which weekly magazine should you buy to help you improve your French?

This post is the third in a series highlighting some of the most well-known French weeklies.

 

Homme lisant le canard

Homme lisant le canard (Photo credit: matteoartizzu)

DEVANT LE KIOSQUE (3 )

Le Canard Enchaîné  –  ‘Notre métier c’est d’informer et de distraire nos lecteurs avec du papier journal et de l’encre’

Il n’y en a qu’un comme ça : un hebdomadaire à gros tirage, avec une présence Internet quasi inexistante, qui ne permet pas de publicité, et qui est pourtant en très bonne santé.

Fondé en 1915, Le Canard est devenu une institution. Huit pages de satire, d’humour, de caricatures et de révélations à faire trembler les gouvernements.

On peut l’assimiler  au Private Eye britannique avec son journalisme d’investigation, son style satirique, ses interviews imaginaires et ses caricatures. Il cible le lecteur ‘moyen’ en utilisant des mots entendus au zinc. Plusieurs expressions populaires lui sont attribuées, comme minute papillon, étranges lucarnes et bla-bla-bla.

Quelle est l’origine de ce nom bizarre ? Il fait allusion au journal radical L’homme libre qui était l’objet de censure gouvernementale au début de la première Guerre Mondiale et qui a changé son nom à L’homme enchaîné. Un canard est aussi un mot argotique qui veut dire journal, ou une rumeur salace.

Aligné politiquement ni à la gauche ni à la droite, Le Canard sort le mercredi, bourré d’articles rédigés à la main par sa petite équipe de journalistes doués,  dont les sources dénonciatrices fiables se cachent au sein du gouvernement, des services de renseignements et de l’armée. On dit que c’est le seul journal capable de faire peur aux politiques. Si vous voulez plonger dans la vie politique française, achetez-vous un Canard.

 

Le Canard Enchaine

Le Canard Enchaine (Photo credit: SteveR-)

AT THE NEWSSTAND (3)

Le Canard Enchaîné  (The Chained Duck) –  ‘Our job is to inform and amuse our readers with pen and paper’

It’s unique: a weekly magazine with a wide circulation and virtually no Internet presence which doesn’t allow any advertising and which nevertheless has a healthy readership.

Founded in 1915, ‘Le Canard’ has become an institution. Eight pages of satire, humour and revelations which can make governments tremble.

It’s sometimes compared to Britain’s ‘Private Eye’ with its investigative journalism, its satirical style, its bogus interviews and cartoons. It targets the ‘average’ reader by using the sort of language you’d hear in the pub. It’s been the source of several popular expressions like minute papillon (hold on), étranges lucarnes (strange windows, i.e. television) and bla-bla-bla (waffle).

Where does its strange name come from? It’s a reference to a radical newspaper ‘L’homme libre’ (the free man) which was censored by the government at the start of the First World War and changed its name to ‘L’homme enchaîné’ (the chained man). ‘Canard’ is also a slang word for a newspaper or a salacious rumour.

Politically aligned to neither left nor right, the ‘Canard’ comes out on Wednesdays, full of articles written by hand by its small team of talented journalists whose reliable whistle-blowing sources are hidden at the heart of government, the intelligence services and the military. It’s said that it’s the only paper that can strike fear into the hearts of politicians. If you want to immerse yourself in French politics, buy yourself a ‘Canard’.