LE NOUVEAU BEAUJOLAIS NOUVEAU

novembre 25, 2019

Le Beaujolais nouveau, débloqué jeudi dernier comme le demande la tradition, a un nouveau goût.

Il est largement accepté que le Beaujolais, si ce n’est pas exactement du pinard, n’est pas un grand cru. Mais ces dernières années, le goût a changé, principalement à cause du changement climatique.

Les effets néfastes et potentiellement catastrophiques du réchauffement de la planète sont bien connus. Depuis la canicule de 2003, les intempéries sont devenues de plus en plus fréquentes. Selon RTL, un vigneron qui, du temps de son père, avait subi un problème climatique comme du gel ou de la grêle tous les 15 ans, est maintenant touché tous les 2 ans. Il ne faut pas oublier que, en 2019, la grêle a détruit les deux tiers de la récolte dans le sud du Beaujolais. Les sécheresses successives ont aussi tué de nombreux pieds de vigne.

Mais grâce au réchauffement climatique, les raisins d’aujourd’hui ont beaucoup plus de sucre qui masque l’acidité. L’arôme de banane caractéristique des Beaujolais d’autrefois est parti. À sa place, on sent les fruits rouges (framboises, mûres) et les épices.

À consommer avec modération … (l’expression consacrée mise sur les bouteilles pour déconseiller l’abus d’alcool)

THE NEW BEAUJOLAIS NOUVEAU

The Beaujolais nouveau, released last Thursday as tradition demands, has a new flavour.

It’s widely accepted that Beaujolais, if not exactly plonk, isn’t a great wine. But in recent years, the flavour has changed, mainly because of climate change.

The harmful and potentially catastrophic effects of planetary heating are well known. Since the heatwave of 2003, bad weather events have become more and more frequent. According to RTL, a winemaker who, in his father’s time, had suffered a climate problem such as frost or hail once every 15 years, is now affected every other year. We shouldn’t forget that, in 2019, hail destroyed two thirds of the harvest in the south of Beaujolais. Successive droughts have also killed numerous vines.

But thanks to global heating, today’s grapes contain a lot more sugar which masks the acidity. The characteristic banana smell of Beaujolais in the old days has disappeared. In its place, you can smell red fruits (raspberries, blackberries) and spices.

To be drunk in moderation … (the usual expression put on bottles to warn against alcohol abuse).


DES ROBOTS À LA CUISINE

juillet 1, 2019

Les Français adorent cuisiner. Mythe ou réalité? La cuisine française fait partie du patrimoine mondial immatériel de l’Humanité auprès de l’UNESCO. Mais est-ce que sa réputation est justifiable?

Déconcertés par les recettes des générations précédentes, les Français de 2019 se tournent vers des robots pour leur aider à cuisiner. Après des décennies où beaucoup ont embrassé la malbouffe américaine (la France devance le Royaume-Uni pour le nombre de restos Mcdo) et ont eu recours a des plats cuisinés, voilà que les plats faits maison sont de nouveau à la mode. Mais comment faire?

Lidl à la rescousse! Cet été, Monsieur Cuisine Connect, au prix sacrifié de 359 euros, prend la relève. Le supermarché allemand a écoulé des dizaines de milliers de ces machines en dix jours. Presque 4 millions de foyers français sont propriétaires de robots-chef ultra sophistiqués d’une marque ou d’une autre. Ces petites aides savent fouetter, battre, pétrir, hacher, cuire à la vapeur, faire mijoter et j’en passe. Les machines sont même capables de suggérer des recettes et ne laissent rien au hasard.

Le rôle traditionnel de la femme coincée dans la cuisine est derrière nous. Des repas délicieux se préparent en vitesse sur simple pression d’un bouton. C’est loin des plats authentiques que préparaient nos grands-mères, mais l’engouement pour les robots dans la cuisine ne va pas ralentir dans un avenir proche.

ROBOTS IN THE KITCHEN

The French adore cooking. Myth or reality? French cookery is part of UNESCO’s Intangible Cultural Heritage. But is its reputation justifiable?

Flummoxed by previous generations’ recipes, French people in 2019 are turning to robots to help them in the kitchen. After decades in which many people embraced American junk food (France has more Mcdonalds restaurants than the UK) and resorted to ready meals, now homemade dishes are once again in fashion. But how to make them?

Lidl to the rescue! This summer Monsieur Cuisine Connect, at the knockdown price of 359 euros, is taking over. The German supermarket has got rid of tens of thousands of these machines in ten days. Almost 4 million French households own an ultra-sophisticated multi-functional robot of one kind or another. These little helpers can whisk, beat, knead, chop, steam, stew and that’s not all. The machines can even suggest recipes and leave nothing to chance.

The traditional role of women stuck in the kitchen is a thing of the past. Delicious meals can be speedily prepared at the touch of a button. It’s a long way from the authentic dishes prepared by our grandmothers, but the craze for robots in the kitchen doesn’t look to be going away in the foreseeable future.


LE BEAUJOLAIS NOUVEAU: COUP DE PUB PAR EXCELLENCE

novembre 12, 2018

Le troisième jeudi du mois de novembre, c’est la date du « déblocage » du Beaujolais nouveau à laquelle les vignerons font la course pour expédier leurs vins partout dans le monde. Ça vous étonnera peut-être mais, en dehors de la France, c’est le Japon qui consomme le plus de Beaujolais nouveau. À cause du décalage horaire, les Japonais peuvent déguster la nouvelle récolte avant même les Français.

C’est un vin de primeur fait à partir du cépage Gamay. La méthode de vinification donne naissance à un vin peu tannique aux arômes fruités. Mais le lancement médiatique est hors de toute proportion avec la qualité assez basse du vin qui se conserve mal et ne mérite pas tout le brouhaha. Pour citer la formule célèbre du chanteur Eddy Mitchell: «les bonnes années, il nettoie le carrelage, les mauvaises, il le raye» .

Le grand lancement du Beaujolais nouveau a commencé en 1975 quand un député de la région a convaincu l’Assemblée nationale de baptiser le nouveau millésime avec, comme parrains, Georges Brassens et Mireille Mathieu. Un énorme coup de pub qui continue d’aller de succès en succès.

Un moment de convivialité au début de l’hiver, d’accord, mais à quoi ça sert d’inonder le monde entier d’un vin qui, si ce n’est pas exactement du pinard, n’est certainement pas un des grands crus pour lesquels la France est connue, et à juste titre ? La commercialisation de masse a bien des comptes à rendre.

BEAUJOLAIS NOUVEAU : A BRILLIANT PUBLICITY STUNT

The third Thursday in November is the date when the Beaujolais nouveau is « unblocked » and winemakers race to send their wines all over the world. You may be surprised to learn that, outside of France, Japan is the largest consumer of Beaujolais nouveau. Because of the time difference, the Japanese are able to taste the new vintage even ahead of the French.

It’s an early wine made from the Gamay grape. The winemaking process gives rise to a low-tannin wine with a fruity flavour. But the media launch is out of all proportion to the fairly low quality of the wine which doesn’t keep well and isn’t worthy of all the fuss. As the singer Eddy Mitchell famously said : « in good years, it’s OK to clean the floor with, in bad years, it scratches it ».

The big publicity drive for Beaujolais nouveau began in 1975 when one of the region’s members of parliament persuaded the Assemblée nationale (French parliament) to christen the new vintage, with Georges Brassens and Mireille Mathieu as godparents. A huge publicity stunt which continues to go from strength to strength.

A convivial occasion at the start of winter, fine, but what’s the point of flooding the whole world with a wine which, if it isn’t exactly plonk, is definitely not one of the vintage wines for which France is famous and justifiably so ? Mass marketing has a lot to answer for.


LAUTREC L’AUTR’AIL

octobre 22, 2018

Originaire de l’Asie centrale, l’ail est cultivé et consommé depuis des millénaires. Les amateurs de l’ail parmi vous qui connaissent le Tarn connaîtront certainement le village de Lautrec et son savoureux ail rose légendaire. Pour en savoir plus: https://www.ailrosedelautrec.com/ail-rose-lautrec-label-rouge-indicatio-geogra_2.php

J’adore l’ail, pas vous? On dit que c’est un goût acquis, surtout chez les Britanniques. Mais de nos jours, l’ail est devenu très populaire dans toutes sortes de cuisines.

J’aime aller au marché pour l’acheter. Je cherche toujours les têtes bien renflées, assez lourdes dans la main. Je les presse délicatement entre mes doigts pour juger la fermeté des gousses. Je suis tatillonne et je sélectionne soigneusement.

Pour l’éplucher, je mets les gousses dans un bocal et je secoue vigoureusement. Comme ça, la peau se détache facilement.

Pour moi, l’ail cru est un peu trop fort. Je ne l’aime pas trop, mais l’ail cuit, c’est autre chose. Souvent je coupe l’ail en lamelles pour ajouter à un ragoût, une marinade ou une sauce. J’aime aussi faire rôtir une tête tout entière. Cuit au four, l’ail devient moins piquant, mais délicieux quand même. L’ail est aussi bon pour la santé. Comment ne pas l’aimer?

THE ‘OTHER’ GARLIC FROM LAUTREC

Originating in central Asia, garlic has been cultivated and eaten for millennia. The garlic lovers amongst you who know the Tarn will surely know the village of Lautrec and its tasty, legendary pink garlic. To find out more : https://www.ailrosedelautrec.com/ail-rose-lautrec-label-rouge-indicatio-geogra_2.php

I’m very fond of garlic, aren’t you? They say it’s an acquired taste, especially amongst the British. But nowadays, garlic has become very popular in all sorts of cuisines.

I like going to the market to buy it. I always look for plump bulbs, quite heavy in the hand. I press them delicately between my fingers to see how firm the cloves are. I’m fussy and I choose carefully.

To peel it, I put the cloves in a jar and shake it vigorously. This is how to get the skin to come off easily.

Raw garlic is a bit too strong for me. I don’t really like it, but cooked, it’s quite different. I often cut garlic into slivers to add to a stew, a marinade or a sauce. I also like to roast a whole head. Cooked in the oven, garlic becomes less piquant, but still delicious. Garlic is also good for your health. What’s not to like?


NOUVELLES DES CAFÉS

octobre 15, 2018

Vous aimez les cafés français? Naturellement! Les cafés font partie intégrante du style de vie français. Quoi de mieux que de s’asseoir sur la terrasse d’un café, prendre un verre ou un café et s’accorder un bon temps. On s’échappe du “métro-boulot-dodo” et peut-être on refait le monde.

Les cafés-vélo sont actuellement très tendance en France, comme le Café Vélo à Grenoble ou le Café Musette à Bordeaux. Dans une ambiance décontractée, on peut y déguster du bon café, la restauration est souvent bio et végétarienne et on peut faire réparer son vélo en même temps.

L’association Colibri 51 organise “un café des bonnes nouvelles” au café végane La Végé Table à Reims. Là on discute des initiatives positives dans la ville comme des jardins partagés, un atelier de réparation solidaire ou une épicerie participative.

Entretemps, des “cofyshops” à Paris qui commercialisaient des produits à base de cannabinol ont été fermés par le gouvernement.

Dans la capitale, une association de propriétaires de cafés et bistrots parisiens veut inscrire leurs cafés, ces lieux de liberté et de débat, au patrimoine culturel de l’UNESCO. À suivre …

CAFÉ NEWS

Do you like French cafés? Of course you do! Cafés are part and parcel of the French lifestyle. What better than to sit down outside a café, have a drink or a coffee and watch the world go by. You get away from the daily grind and maybe set the world to rights.

Bike cafés are currently very trendy in France, like the Café Vélo in Grenoble or the Café Musette in Bordeaux. In a relaxed atmosphere you can enjoy a good coffee, the menu is often organic and vegetarian and you can get your bike repaired at the same time.

The Colibri 51 group organises a “good news café” at the vegan café La Végé Table in Reims. Customers discuss positive initiatives in the town such as shared gardens, a community repair workshop and a community grocery store.

Meanwhile, “cofyshops” in Paris which were selling cannabinol based products have been closed down by the government.

In the capital, a group of café and bistrot owners want to get their cafés, these places of freedom and debate, on to UNESCO’s intangible cultural heritage list. Watch this space …