LES ÉMEUTES NUTELLA

janvier 29, 2018

Oubliez les déclencheurs habituels des émeutes: violences de la part de la police, manifs qui tournent mal, des sentiments d’injustices et j’en passe. La semaine dernière, une promotion du supermarché Intermarché a provoqué des troubles dans de nombreux magasins où les clients sont venus aux mains et on a dû faire appel à la police pour calmer les foules.

Au coeur de cette rupture sociétale? Des pots de Nutella. Oui, ce n’est pas une faute d’impression, j’ai bien dit des pots de Nutella. C’est Twitter qui est responsable du “succès” de cette promotion. Tweeté et retweeté des milliers de fois, tout le monde était au courant.

D’accord, c’était une bonne affaire: un pot de 950g au prix de 1,41 euro, une réduction de 70%. Les acheteurs ont foncé dans l’allée pâtes à tartiner et se sont acharnés pour saisir autant de pots que possibles. Certains clients sont même allés jusqu’à planquer des pots la veille à d’autres endroits afin d’éviter qu’on puisse les trouver.

On se demande si ces accros de Nutella savent que le produit contiendrait 55% de sucre et 20% d’huile de palme? Un produit malsain non respectueux de l’environnement à bouffer avec modération. Selon la pub, Nutella “reveille notre enthousiasme”. Enthousiasme peut-être, mais lorsqu’il s’agit d’émeutes, c’est quand même un peu exagéré.

Lecture complémentaire: La taxe Nutella avance? Dans l’archive du 16 novembre 2012 https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2012/11/16/la-taxe-nutella-avance-3/

THE NUTELLA RIOTS

Forget the usual triggers for riots: police brutality, demos which go wrong, perceived injustices and so forth. Last week, a promotion by the supermarket Intermarché caused unrest in numerous shops where clients came to blows and the police had to be called to calm down the crowds.

At the heart of this breakdown of society? Jars of Nutella. Yes, it’s not a misprint, I did say jars of Nutella. It was Twitter which was responsible for the “success” of this promotion. Tweeted and retweeted thousands of times, everybody knew about it.

OK, it was a bargain: a jar of 950g at a price of 1.41 euro, a 70% reduction. Shoppers charged into the spreads aisle and tried desperately to grab as many pots as possible. Some customers even went as far as stashing pots away in other places the night before, in order to stop others from finding them.

You wonder whether these Nutella addicts know that the product apparently contains 55% sugar and 20% palm oil? An unhealthy, environmentally unfriendly product to be consumed in moderation. According to the adverts, Nutella “awakens our enthusiasm”. Enthusiasm perhaps, but when it comes to riots, it’s really a bit much.

Further reading: ‘ La taxe Nutella avance’? (Nutella tax making headway) in the archive dated 16 November 2012

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2012/11/16/la-taxe-nutella-avance-3/

Publicités

LE CHAMPAGNE ET LES TRUFFES: SYMBOLES DE LUXE

janvier 8, 2018

La filière champagne française a battu des records en 2017: une hausse des ventes de 6% et un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros. La moitié des ventes étaient en France, peut-être un indicateur d’un redressement économique. Il y avait aussi des augmentations aux États-Unis, au Japon et en Australie, mais une baisse au Royaume-Uni.

Malgré les efforts des comiques très aimées Joanna Lumley et Jennifer Saunders de soutenir à elles seules l’industrie du champagne (voir Absolutely Champers, disponible sur bbc iplayer), les buveurs britanniques ont-ils perdu le gout du luxe? Peut-être pas, car on fait des vins blancs pétillants dans le sud du pays depuis plusieurs années.

Encore une nouvelle industrie de luxe, plutôt associée avec la France et l’Italie, est en train de prendre pied en Grande-Bretagne: celle des truffes. On commence à cultiver ces champignons souterrains noueux de l’autre côté de la Manche. Les chercheurs attribuent le succès de cette culture au changement climatique, un des rares avantages qu’on puisse imaginer.

Les truffes poussent autour des racines des chênes, des noisetiers et des tilleuls. À ne pas confondre avec les sucreries de chocolat que vous avez sans doute mangées pendant les fêtes. Pour en savoir plus, voir dans l’archive mon billet Les Truffes du 10 janvier 2014

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/01/page/2/

CHAMPAGNE AND TRUFFLES : SYMBOLS OF LUXURY

The French champagne industry has broken records in 2017 : a 6 % increase in sales and a turnover of 5 billion euros. Half of the sales were in France, perhaps a sign of economic recovery. There were also increases in exports to the United States, Japan and Australia, but a drop in sales to the UK.

Despite the efforts of well-loved comediennes Joanna Lumley and Jennifer Saunders to single-handedly sustain the champagne industry (see Absolutely Champers, available on bbc iplayer), have British drinkers lost their taste for luxury ? Maybe not, as people have been making sparkling white wines in the south of the country for some time now.

Another new luxury industry, more associated with France and Italy, is taking root in Great Britain : truffles. These knobbly underground fungi are beginning to be cultivated on the other side of the Channel. Researchers think the successful cultivation is due to climate change, one of only a few benefits you can think of.

Truffles grow around the roots of oak, hazel and lime trees. Not to be confused with the chocolate confections which you doubtless ate during the recent festivities.

For further information, see my post “Truffles” in the archive dated 10 January 2014 https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2014/01/page/2/


LES VIGNOBLES DE MONTMARTRE

octobre 16, 2017

Le temps des vendanges est sur le point de se terminer. Saviez-vous qu’il y a des vignobles à Montmartre en plein centre de Paris?

On ne sait pas exactement à quelle date la présence de vignes sur la butte Montmartre remonte, mais c’est probablement à l’époque gallo-romaine.

Autrefois, il faut le dire, le Clos Montmartre, comme on l’appelle, était considéré comme de la piquette. Mais aujourd’hui, un oenologue et un vigneron s’occupent des vignes et de la vinification de ce vin bio qui est d’une qualité excellente. Le vignoble de poche contient plusieurs variétés des vignes les plus classiques de France, ainsi que des hybrides vigoureux.

Des agents de la ville de Paris et des bénévoles se retrouvent chaque année pour récolter 1000 kg de raisins. Les bénéfices des 1800 bouteilles annuelles de Clos Montmartre vendues vont aux oeuvres sociales du Comité des Fêtes et D’Action Sociale de Montmartre.

Chaque année depuis 80 ans, le deuxième week-end d’octobre, plus de 400 000 personnes assistent à la Fête des Vendanges de Montmartre. À votre santé!

THE VINEYARDS OF MONTMARTRE

The grape-picking season is about to end. Did you know that there are vineyards in Montmartre right in the middle of Paris?

It’s not known exactly how long there have been vines on the Montmartre Hill, but it’s probably since the Gallo-Roman period.

In the past, it must be said, the Clos Montmartre, as the wine is known, was considered to be plonk. But today, a wine expert and a winemaker look after the vines and the production of this excellent quality organic wine. The pocket-sized vineyard contains several varieties of France’s most classic vines, as well as some vigorous hybrids.

Paris city council workers and volunteers meet up every year to harvest 1000 kg of grapes. The profits from the annual sales of 1800 bottles of Clos Montmartre go to charities run by the Festival & Social Action Committee in Montmartre.

Every year for the past 80 years, on the second weekend in October, more than 400,000 people join in the Montmartre Grape Harvest Festival. Cheers!


PAS DE PORTABLES À TABLE

octobre 2, 2017

En juillet 2014, j’ai écrit au sujet du café la Petite Syrah à Nice où le prix d’un café varie selon votre niveau de politesse.

Dans le même ordre d’idées, le restaurant Le Petit Jardin à Saint Guilhem le Désert dans l’Hérault est en effet un désert pour les portables.

Le patron, Jean Noël Fleury, ne supporte pas les coups de fil ou les textos à table. Il n’accepte pas que les gens n’aient rien à se dire à table. Donc, afin d’empêcher ce comportement antisocial, il distribue d’abord une carte jaune d’avertissement suivie, si nécessaire, d’un carton rouge qui signifie l’exclusion du resto.

Ceux qui ne respectent pas la règle, tant pis, ils iront dîner ailleurs” explique le patron qui ne distribue que quatre ou cinq cartes par saison. L’interdiction s’applique aussi aux enfants qui sont obligés de se passer de leurs consoles de jeux pendant le repas.

Le Petit Jardin se targue d’être un restaurant non conventionnel. Il y a un menu unique et tous les plats sont cuisinés à partir de produits locaux. Vous n’y trouverez ni soda, ni ketchup. Mais vous allez retrouver l’art de la conversation, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Bon appétit!

NO MOBILES AT TABLE

In July 2014, I wrote about the Petite Syrah café in Nice where the price of a coffee varies according to how polite you are.

In the same vein, the “Little Garden” restaurant in Saint Guilhem le Désert in the Hérault is indeed a desert for mobile phones.

The owner, Jean Noël Fleury, can’t stand people making phone calls or sending texts at table. He doesn’t accept that people have nothing to say to each other when eating. So, in order to counter this antisocial behaviour, he hands out, in the first instance, a yellow warning card, followed, if necessary, by a red card which means you’re banned from the restaurant.

People who don’t abide by the rule, too bad, they can go and eat elsewhere” explains the proprietor, who only gives out four or five cards per season. The ban extends to children who are also made to go without their games consoles during the meal.

The Little Garden describes itself as an unconventional restaurant. There’s a single menu and all dishes are prepared with local produce. You won’t find any fizzy drinks or ketchup there. But you will rediscover the art of conversation, which isn’t a bad thing. Enjoy your meal!


DES CROISSANTS OU DÉCROISSANCE?

juin 19, 2017

Est-ce que les croissants et la décroissance s’excluent l’un l’autre? Bien sur que non. Même si on oubliait ce saint-graal de tous les gouvernements, le maintien d’un taux de croissance économique positif, il y aurait toujours une place réservée aux croissants dans un brunch anglais, comme dans un brunch français. Et aux pains au chocolat d’ailleurs.

Kenneth Boulding (1910-1993), Président de l’American Economic Association, a dit «Celui que croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.»

Nous sommes tous coupables d’être sous l’influence du jargon des économistes. Mais pourquoi on entend parler si rarement dans les médias des alternatives à la croissance économique à l’infini? Le mot ‘degrowth’ ne se prononce presque jamais en anglais.

Le mouvement français de décroissance gagne en puissance avec même un parti politique Parti pour la Décroissance. Ça ressemble un peu au mouvement des Transition Towns en Angleterre. On pense à l’après-pétrole et on essaie de démontrer que le développement durable ne nécessitera pas forcément des sacrifices de la part de Monsieur Tout le monde.

Entretemps, le Guardian du 14 juin prévient que le prix du beurre en France a augmenté de 92 % en un an. C’est peut-être le moment pour de nouvelles recettes ? Espérons qu’on va continuer à manger des croissants quelconques: ça fait du bien le dimanche matin!

CROISSANTS OR DEGROWTH?

Are croissants and ‘décroissance’ (degrowth) mutually exclusive? Of course not. Even if we were to forget about the holy grail of all governments, maintaining an increased rate of economic growth, there would still be a place for croissants at an English brunch or indeed a French one. And for pains au chocolat for that matter.

Kenneth Boulding (1910-1993), President of the American Economic Association, said “Anyone who thinks that growth can be infinite in a finite world is either a madman or an economist.”

We’re all guilty of being influenced by economists’ jargon. But why do the media so rarely talk about alternatives to never-ending economic growth? The word ‘degrowth’ is almost never heard in English.

The French ‘décroissance’ movement is going from strength to strength and now even has its own political party, the Degrowth Party. There’s a certain similarity to the English Transition Towns movement. People are thinking about the post-oil period and are trying to show that sustainable development need not necessarily involve sacrifices for the man in the street.

Meanwhile, the Guardian on 14 June warns that the price of butter in France has gone up by 92% in a year. Perhaps it’s the moment for some new recipes? Let’s hope we keep on eating some sort of croissants: they make you feel good on a Sunday morning!