LES VIGNOBLES DE MONTMARTRE

octobre 16, 2017

Le temps des vendanges est sur le point de se terminer. Saviez-vous qu’il y a des vignobles à Montmartre en plein centre de Paris?

On ne sait pas exactement à quelle date la présence de vignes sur la butte Montmartre remonte, mais c’est probablement à l’époque gallo-romaine.

Autrefois, il faut le dire, le Clos Montmartre, comme on l’appelle, était considéré comme de la piquette. Mais aujourd’hui, un oenologue et un vigneron s’occupent des vignes et de la vinification de ce vin bio qui est d’une qualité excellente. Le vignoble de poche contient plusieurs variétés des vignes les plus classiques de France, ainsi que des hybrides vigoureux.

Des agents de la ville de Paris et des bénévoles se retrouvent chaque année pour récolter 1000 kg de raisins. Les bénéfices des 1800 bouteilles annuelles de Clos Montmartre vendues vont aux oeuvres sociales du Comité des Fêtes et D’Action Sociale de Montmartre.

Chaque année depuis 80 ans, le deuxième week-end d’octobre, plus de 400 000 personnes assistent à la Fête des Vendanges de Montmartre. À votre santé!

THE VINEYARDS OF MONTMARTRE

The grape-picking season is about to end. Did you know that there are vineyards in Montmartre right in the middle of Paris?

It’s not known exactly how long there have been vines on the Montmartre Hill, but it’s probably since the Gallo-Roman period.

In the past, it must be said, the Clos Montmartre, as the wine is known, was considered to be plonk. But today, a wine expert and a winemaker look after the vines and the production of this excellent quality organic wine. The pocket-sized vineyard contains several varieties of France’s most classic vines, as well as some vigorous hybrids.

Paris city council workers and volunteers meet up every year to harvest 1000 kg of grapes. The profits from the annual sales of 1800 bottles of Clos Montmartre go to charities run by the Festival & Social Action Committee in Montmartre.

Every year for the past 80 years, on the second weekend in October, more than 400,000 people join in the Montmartre Grape Harvest Festival. Cheers!

Publicités

PAS DE PORTABLES À TABLE

octobre 2, 2017

En juillet 2014, j’ai écrit au sujet du café la Petite Syrah à Nice où le prix d’un café varie selon votre niveau de politesse.

Dans le même ordre d’idées, le restaurant Le Petit Jardin à Saint Guilhem le Désert dans l’Hérault est en effet un désert pour les portables.

Le patron, Jean Noël Fleury, ne supporte pas les coups de fil ou les textos à table. Il n’accepte pas que les gens n’aient rien à se dire à table. Donc, afin d’empêcher ce comportement antisocial, il distribue d’abord une carte jaune d’avertissement suivie, si nécessaire, d’un carton rouge qui signifie l’exclusion du resto.

Ceux qui ne respectent pas la règle, tant pis, ils iront dîner ailleurs” explique le patron qui ne distribue que quatre ou cinq cartes par saison. L’interdiction s’applique aussi aux enfants qui sont obligés de se passer de leurs consoles de jeux pendant le repas.

Le Petit Jardin se targue d’être un restaurant non conventionnel. Il y a un menu unique et tous les plats sont cuisinés à partir de produits locaux. Vous n’y trouverez ni soda, ni ketchup. Mais vous allez retrouver l’art de la conversation, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Bon appétit!

NO MOBILES AT TABLE

In July 2014, I wrote about the Petite Syrah café in Nice where the price of a coffee varies according to how polite you are.

In the same vein, the “Little Garden” restaurant in Saint Guilhem le Désert in the Hérault is indeed a desert for mobile phones.

The owner, Jean Noël Fleury, can’t stand people making phone calls or sending texts at table. He doesn’t accept that people have nothing to say to each other when eating. So, in order to counter this antisocial behaviour, he hands out, in the first instance, a yellow warning card, followed, if necessary, by a red card which means you’re banned from the restaurant.

People who don’t abide by the rule, too bad, they can go and eat elsewhere” explains the proprietor, who only gives out four or five cards per season. The ban extends to children who are also made to go without their games consoles during the meal.

The Little Garden describes itself as an unconventional restaurant. There’s a single menu and all dishes are prepared with local produce. You won’t find any fizzy drinks or ketchup there. But you will rediscover the art of conversation, which isn’t a bad thing. Enjoy your meal!


DES CROISSANTS OU DÉCROISSANCE?

juin 19, 2017

Est-ce que les croissants et la décroissance s’excluent l’un l’autre? Bien sur que non. Même si on oubliait ce saint-graal de tous les gouvernements, le maintien d’un taux de croissance économique positif, il y aurait toujours une place réservée aux croissants dans un brunch anglais, comme dans un brunch français. Et aux pains au chocolat d’ailleurs.

Kenneth Boulding (1910-1993), Président de l’American Economic Association, a dit «Celui que croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.»

Nous sommes tous coupables d’être sous l’influence du jargon des économistes. Mais pourquoi on entend parler si rarement dans les médias des alternatives à la croissance économique à l’infini? Le mot ‘degrowth’ ne se prononce presque jamais en anglais.

Le mouvement français de décroissance gagne en puissance avec même un parti politique Parti pour la Décroissance. Ça ressemble un peu au mouvement des Transition Towns en Angleterre. On pense à l’après-pétrole et on essaie de démontrer que le développement durable ne nécessitera pas forcément des sacrifices de la part de Monsieur Tout le monde.

Entretemps, le Guardian du 14 juin prévient que le prix du beurre en France a augmenté de 92 % en un an. C’est peut-être le moment pour de nouvelles recettes ? Espérons qu’on va continuer à manger des croissants quelconques: ça fait du bien le dimanche matin!

CROISSANTS OR DEGROWTH?

Are croissants and ‘décroissance’ (degrowth) mutually exclusive? Of course not. Even if we were to forget about the holy grail of all governments, maintaining an increased rate of economic growth, there would still be a place for croissants at an English brunch or indeed a French one. And for pains au chocolat for that matter.

Kenneth Boulding (1910-1993), President of the American Economic Association, said “Anyone who thinks that growth can be infinite in a finite world is either a madman or an economist.”

We’re all guilty of being influenced by economists’ jargon. But why do the media so rarely talk about alternatives to never-ending economic growth? The word ‘degrowth’ is almost never heard in English.

The French ‘décroissance’ movement is going from strength to strength and now even has its own political party, the Degrowth Party. There’s a certain similarity to the English Transition Towns movement. People are thinking about the post-oil period and are trying to show that sustainable development need not necessarily involve sacrifices for the man in the street.

Meanwhile, the Guardian on 14 June warns that the price of butter in France has gone up by 92% in a year. Perhaps it’s the moment for some new recipes? Let’s hope we keep on eating some sort of croissants: they make you feel good on a Sunday morning!


BONJOUR, UN CAFÉ, S’IL VOUS PLAÎT

avril 10, 2017

Je viens de commencer d’organiser de nouveaux cours de conversation française pour les débutants. Donc, pendant les semaines qui viennent, je vais revoir quelques articles populaires et les récrire en français simple. Pour voir l’article original, visiter l’archive en date du 18 juillet 2014 (catégorie Bon Appétit)

I’ve just started to run a new beginners French conversation course. So, for the next few weeks, I’ll be revisiting some of my most popular posts and putting them into simple French. To see the original article, visit the archive for 18 July 2014 (Bon Appétit section).

BONJOUR, UN CAFÉ, S’IL VOUS PLAÎT

Au café «La Petite Syrah» à Nice, le prix d’un café varie selon votre niveau de politesse.

Les serveurs en avaient marre du manque de politesse de certains de leurs clients, donc ils ont écrit sur l’ardoise derrière le zinc:

Prix du café en terrasse

« Un café » ……………………………………………………… 7

« Un café, s’il vous plaît » ……………………………… 4,25

« Bonjour, un café, s’il vous plaît …………………… 1,40 €

Et si vous disiez « Bonjour, excusez-moi de vous déranger, mais je me demande s’il vous serait possible de m’apporter un café, j’en serais éternellement reconnaissante … » Peut-être ce serait le serveur qui vous paierait ?

Mon site web : Vous trouverez des ressources pour vous aider en français à www.saliannefrenchfocus.com


HELLO, A COFFEE PLEASE

At the “Petite Syrah” café in Nice, the price of a coffee varies according to how polite you are.

The waiters were fed up with the bad manners of some of their customers, so they wrote on the blackboard behind the bar:

Price of coffee on the terrace

«Coffee» ……………………………………………………… 7

«Coffee please» ………………………………………… 4,25

«Hello, coffee please ………………………………… 1,40 €

What if you were to say  « Hello, sorry to bother you, but I wonder if it would be possible for you to bring me a coffee, I’d be eternally grateful … » Maybe it would be the waiter who paid you ?

My website : You’ll find resources to help you with your French at www.saliannefrenchfocus.com


MICHELIN EMBROUILLE DEUX RESTOS

mars 6, 2017

Les bévues n’arrivent pas exclusivement à la cérémonie des Oscars. Le Guide Michelin* a récemment commis une boulette qui fait couler beaucoup d’encre français. Encore un cafouillage!

Le célèbre guide voulait décerner une de ses étoiles recherchées au restaurant Bouche à Oreille à Boutervilliers dans l’Essonne, mais sur le site Internet Michelin, c’était le resto Bouche à Oreille à Bourges dans le Cher qui a reçu l’étoile. Quelle bourde!

Le restaurant gastronomique francilien se trouve rue de la Chapelle à Boutervilliers, tandis que la petite brasserie de quartier sans prétention se trouve route de la Chapelle à Bourges. Ça peut arriver à n’importe qui et Michelin n’avait sans doute pas l’intention de semer la zizanie.

Le petit resto populaire a profité de ce coup de pub involontaire. Ouvert uniquement à midi, leur menu de buffet d’entrées à volonté, plat du jour, dessert et quart de vin coûte 12,50 euros. Sa clientèle habituelle est constituée des ouvriers du quartier. Maintenant il ne désemplit pas et est devenu la coqueluche des médias. Le menu gastronomique de l’autre, avec coupe de champagne, vous coûtera 48 euros.

Dans lequel des deux préfériez-vous déjeuner?

*Le guide Michelin, l’annuaire hôtelier et touristique, souvent surnommé le guide rouge, avec Bibendum en couverture, a été lancé au début du XXe siècle par la société des pneus Michelin.

MICHELIN MUDDLES UP TWO RESTAURANTS

Blunders don’t only happen at the Oscars ceremony. The Guide Michelin* recently dropped a clanger which has been much talked about in France. Another shambles!

The famous guide meant to give one of its much sought-after stars to the restaurant “Word of Mouth” in Boutervilliers in the Essonne, but on the Michelin website it was the restaurant “Word of Mouth” in Bourges in the Cher which got the star. What a boob!

The gourmet Île de France restaurant is located in the rue de la Chapelle in Boutervilliers, whereas the unpretentious little local restaurant is in the route de la Chapelle in Bourges. It could happen to anyone and Michelin certainly didn’t mean to upset people.

The working-class little restaurant has made the most of this unintentional publicity stunt. Only open at lunchtimes, their menu of unlimited starter buffet, dish of the day, dessert and a quarter-litre of wine costs 12.50 euros. Its usual clientele is made up of local workmen. Now it’s always full and has become the darling of the media. The gourmet menu of the other one, with a glass of champagne, will set you back 48 euros.

Where would you prefer to have lunch?

*The Michelin guide, the hotel and tourism yearbook, often known as the red guide, with Bibendum on the cover, was launched at the beginning of the twentieth century by the Michelin tyre company.