DES DESSERTS À GOGO

décembre 21, 2020

Si vous avez un faible pour les sucreries, vous devriez essayer un jour de passer Noël en Provence. Bon, puisqu’il n’est pas possible pour la plupart des gens de voyager en ce moment, pourquoi pas organiser une fête provençale vous-mêmes?

Servir treize desserts est une vieille tradition provençale. Ça représente le nombre de convives pour la Cène, c’est-à-dire les douze apôtres et le Christ. Même les familles non croyantes pratiquent souvent la coutume. En fait, le mot dessert est un terme impropre dans ce contexte, car il ne s’agit pas de desserts lourds comme une mousse au chocolat, une crêpe Suzette, un diplomate ou une tarte Tatin. Désolée de vous décevoir.

Les desserts varient d’une ville à l’autre mais tout le monde prévoit les quatre mendiants, des figues sèches, des raisins secs, des amandes et des noisettes. Ces quatre aliments de base représentent les principaux ordres religieux. Ensuite, on trouve les dernières grappes de raisins de la saison, du melon, des oranges (un signe de richesse), des dattes et des fruits exotiques comme les kiwis, ananas ou mangues. Finalement, les confiseries et les pâtisseries sont au rendez-vous: une pompe à l’huile, délicieusement parfumée à l’eau der fleur d’oranger, et des nougats blancs, rouges et noirs.

Un coin de la table est réservé à un invité surprise. Autrefois, surtout dans les campagnes isolées, un vagabond qui toquait à la porte trouverait toujours son assiette réservée.

Pour un moment de nostalgie sans masques et sans distanciation sociale, regardez cette courte vidéo qui date de 2014 au marché des 13 desserts à Aix-en-Provence. https://www.youtube.com/watch?v=hVBcuGfshyY Notez bien le petit accent du Midi du présentateur.

Je souhaite de très bonnes fêtes à tous mes lecteurs et lectrices. Malgré les restrictions, seuls ou en famille, j’espère que vous passerez de bons moments.

DESSERTS GALORE

If you have a sweet tooth, you should try spending Christmas in Provence one day. OK, since it’s not possible for most people to travel at the moment, why not organise a Provençal celebration yourselves?

Serving up thirteen desserts is a Provençal tradition. This represents the number of guests at the Last Supper, i.e. the twelve apostles and Christ. Even non-Christian families often follow this custom. Actually, the word dessert is a misnomer in this context, as we’re not talking about rich puddings such as a chocolate mousse, a Suzette pancake, a trifle or an apple tart. Sorry to disappoint you.

The desserts vary from town to town, but everybody includes “the four beggars”: dried figs, raisins, almonds and hazelnuts. These four staple foods represent the main religious orders. Next you have the last bunches of grapes of the season, melon, oranges (a sign of wealth), dates and exotic fruits like kiwis, pineapples or mangoes. Finally, there are sweets and pastries: an “oil pump” (Provençal cake), deliciously flavoured with orange blossom, and white, red and black nougats.

A corner of the table is always reserved for a surprise guest. In the past, especially in isolated rural areas, a tramp who knocked at the door would always find a place set for him.

For a nostalgic moment without masks and social distancing, watch this short video from 2014 at the 13 desserts market in Aix-en-Provence. https://www.youtube.com/watch?v=hVBcuGfshyY Note the presenter’s slight southern accent.

Season’s Greetings to all my readers. Despite the restrictions, on your own or with family, I hope you have a good time.


CHAUD DEVANT!

décembre 14, 2020

Une bonne petite nouvelle pour vous remonter le moral pendant ces temps sombres.

À partir d’aujourd’hui, et jusqu’au 15 mars prochain, les bêtes sautillantes auront la priorité dans la commune de Lamballe dans les Côtes d’Armor en Bretagne. Pour la deuxième année consécutive, une petite route départementale sera barrée afin de permettre aux amphibiens de traverser la route en sécurité.

Beaucoup de communes ont des panneaux qui prient aux automobilistes de ralentir à cause de cette migration, mais malheureusement, beaucoup n’y prêtent pas attention. Une seule voiture passant au mauvais moment peut écraser et tuer plusieurs grenouilles, crapauds ou tritons. En fait, pendant la période de reproduction, onze espèces protégées ont été repérées.

Autrefois, pendant trois hivers, des bénévoles venaient quotidiennement ramasser plus de 4000 individus et les aider à traverser la route. Le barrage semble une mesure qui vaut bien la peine.

La déviation ne rallonge que d’une minute le trajet des 400 véhicules qui passent en moyenne chaque jour.

Allez, les grenouilles! Chauffe, Marcel!

MIND YOUR BACKS!

A little piece of good news to cheer you up in these dark times.

From today, and until the 15th of March, hopping creatures will have priority in the commune of Lamballe in the Côtes d’Armor in Brittany. For the second year running, a small minor road will be closed in order to allow amphibians to cross the road safely.

A lot of communes have signs asking motorists to slow down because of this migration, but unfortunately, many people don’t take any notice. A single car going by at the wrong moment can squash and kill several frogs, toads or newts. In fact, during the breeding season, eleven protected species have been spotted.

In the past, for three winters, volunteers used to come daily to pick up more than 4000 individuals and help them to cross the road. The road block seems to be a well worthwhile measure. The diversion only adds one minute to the journeys of the 400 vehicles which use the road daily on average.

Go ahead, frogs! Let’s go!


SAPIN DE NOËL FAIT COULER BEAUCOUP D’ENCRE

décembre 7, 2020

Il n’y aura pas de sapin de Noël cette année sur la place Pey-Berland à Bordeaux. Le nouveau maire écologiste de la ville, Pierre Hurmic, a annoncé en septembre qu’il allait renoncer au traditionnel sapin. Il boudait “l’arbre mort de Noël”, préférant organiser un spectacle visuel projeté sur les façades des immeubles de la place.

“Ce n’est pas du tout notre conception de la végétalisation” a-t-il dit. Fin 2020, la ville de Bordeaux va adopter ce qu’on appelle la charte des droits de l’arbre. C’est un règlement de protection des arbres qui n’existait pas auparavant. Donc, installer un arbre mort en plein centre-ville ne cadrerait pas avec cette idée.

Comme vous pouvez l’imaginer, cette démarche a suscité la polémique, non seulement parmi les riverains, mais aussi sur les réseaux sociaux partout en France. Comme sur beaucoup de questions de nos jours, le public semble être divisé à 50/50.

D’ici 2025, 20 000 arbres seront plantés dans la ville qui permettront de créer des ilots de fraîcheur pendant l’été et d’améliorer la qualité de l’air.

À propos, le conifère de 19 mètres qu’avait commandé Bordeaux va trouver son destin. Il sera installé à Malemort en Corrèze, son département de naissance.

CHRISTMAS TREE CAUSES CONTROVERSY

There won’t be a Christmas tree this year in Pey-Berland Square in Bordeaux. The town’s new green mayor, Pierre Hurmic, announced in September that he was going to abandon the traditional fir tree. He refused to have anything to do with a “dead Christmas tree”, preferring to organise a visual entertainment projected on to the facades of buildings in the square.

It’s not at all our idea of greening” he said. At the end of 2020, the town of Bordeaux is going to adopt what’s being called the charter of rights for trees. It’s a tree protection by-law which didn’t exist before. So, installing a dead tree bang in the middle of town wouldn’t fit in with this idea.

As you can imagine, this move has caused controversy, not only amongst local residents, but also on social networks all over France. As with many things these days, the public seems to be divided 50/50.

By 2025, 20,000 trees will be planted in the town which will allow the creation of islands of coolness during summer and will improve air quality.

By the way, the 19 metre tree which had been ordered by Bordeaux will fulfil its destiny. It will be set up in Malemort in Corrèze, the department where it was grown.


LE VENDÉE GLOBE

novembre 30, 2020

C’est la plus grande course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance. La première édition date de 1989. Treize marins sont partis du port des Sables d’Olonne en Vendée, ils n’étaient que sept à compléter le voyage. En 2020, les marins intrépides ont compté 33.

Le parcours, surnommé l’Everest des mers, a lieu tous les 4 ans pour une seule catégorie de bateaux: des voiliers monocoques puissants de 60 pieds, capables de dépasser les 30 noeuds au portant. Un seul marin, Michel Desjoyaux, a réussi à gagner deux fois (en 2001 et 2009).

Cette neuvième édition est partie le 8 novembre 2020. 74 jours à la louche pour effectuer un périple de 44 996 kilomètres théoriques. En réalité, les concurrents peuvent parcourir jusqu’à 52 000 kilomètres. Parmi les partants cette année sont six femmes, dont deux françaises Clarisse Crémer et Alexia Barrier.

Contrairement à nous autres, confinés par nos gouvernements, ces skippers ont choisi l’isolation pendant plus de dix semaines. Même si on n’est pas amateur de la voile, on ne peut pas s’empêcher de se passionner pour ces actes de bravoure remarquables. Des études montrent que le public français se passionne plus pour le Vendée Globe que pour le Tour de France cycliste. Qui va remporter le trophée cette fois? Il faut attendre jusqu’à janvier 2021 pour savoir.

Un instituteur à Rabat au Maroc, Stéphane Bouron, a eu l’idée de génie de développer des cours spécialement adaptés à la course. Ainsi, ses élèves apprennent toute une gamme de matières en étudiant la course: les mathématiques, la géographie, l’histoire, la littérature, les arts plastiques. Pour écouter une courte émission sur France Inter: https://www.franceinter.fr/emissions/l-esprit-d-initiative/l-esprit-d-initiative-19-novembre-2020#xtor=EPR-5-[Meilleur19112020

THE VENDÉE GLOBE

It’s the biggest round the world single-handed non-stop yacht race, with no assistance allowed. It was first staged in 1989. Thirteen sailors left the port of Les Sables d’Olonne in the Vendée, only seven completed the course. In 2020, the intrepid sailors numbered 33.

The journey, nicknamed the Everest of the seas, takes place every 4 years for a single category of boat: single hull 60 foot sailing yachts, capable of doing 30 knots downwind. Only one sailor, Michel Desjoyaux, has managed to win twice (in 2001 and 2009).

This ninth running of the race set off on 8 November 2020. Approximately 74 days to do a voyage of 44,996 kilometres in theory. In reality, the competitors may cover as much as 52,000 kilometres. Amongst the starters this year are six women, including two French women Clarisse Crémer and Alexia Barrier.

Unlike the rest of us, locked down by our governments, these skippers have chosen isolation for more than ten weeks. Even if you’re not a lover of sailing, you can’t help but be fascinated by these acts of derring-do. Studies show that the French public are more interested in the Vendée Globe than the Tour de France cycling race. Who will carry off the trophy this time? We’ll have to wait until January 2021 to find out.

A teacher in Rabat in Morocco, Stéphane Bouron, had the brainwave of developing lessons specially adapted to the race. So, his pupils learn a whole range of subjects by studying the race: maths, geography, history, literature, visual arts. To hear a short broadcast on France Inter: https://www.franceinter.fr/emissions/l-esprit-d-initiative/l-esprit-d-initiative-19-novembre-2020#xtor=EPR-5-[Meilleur19112020


LA MAISON-BLANCHE EN DORDOGNE?

novembre 23, 2020

Entre Périgueux et Brive-La-Gaillarde en Dordogne se trouve un château qui va vous faire un choc si par hasard vous tombez dessus. Il faudra vous pincer, car le Château de Rastignac est le sosie de la résidence présidentielle des États-Unis à Washington.

Ce n’est pas une coïncidence si le château, situé dans la petite commune de La Bachellerie en pleine campagne périgordine, ressemble à s’y méprendre à la Maison-Blanche. Mais les experts ne sont pas d’accord sur lequel des deux est l’originel.

Il paraît qu’en 1789, Thomas Jefferson, alors ambassadeur des États-Unis en France, a visité l’école d’architecture de Bordeaux où il a vu les croquis de Rastignac et s’en serait inspiré pour la Maison- Blanche. Mais certains soutiennent mordicus que c’est le contraire et que les Français ont copié le bâtiment américain.

Avec ses six colonnes et sa rotonde, tous les historiens s’accordent: les deux bâtiments se ressemblent comme deux gouttes d’eau et la ressemblance est trop grande pour n’être que le pur hasard. Espérons que Donald Trump n’essaie pas d’acheter le château français quand il déménagera de la Maison-Blanche.

THE WHITE HOUSE IN THE DORGOGNE?

Between Périgueux and Brive La Gaillarde in the Dordogne there’s a château which will give you a jolt if you stumble upon it by chance. You’ll have to pinch yourself, as the Château de Rastignac is a dead ringer for the United States presidential residence in Washington.

It’s not a coincidence if the château, situated in the little ‘commune’ of La Bachellerie in the heart of the Perigord countryside, looks suspiciously like the White House. But the experts don’t agree as to which one is the original.

Apparently, in 1789, Thomas Jefferson, at that time United States ambassador to France, visited the Bordeaux school of architecture where he saw the plans for Rastignac and is said to have taken inspiration from them. But others stubbornly maintain that it’s the opposite and that the French copied the American building.

With its six columns and its rotunda, all historians are in agreement: the two buildings are as alike as two peas in a pod and the resemblance is too strong to just be chance. Let’s hope Donald Trump doesn’t try to buy the French château when he moves out of the White House.