PARLER DE LA MORT

avril 24, 2015

Quand j’ai intitulé mon article de mardi Mort d’Anne-Marie Peysson, je l’ai fait exprès, pour éviter les euphémismes habituels des médias français autour de la mort: disparition, décès etc. Pourtant, je me suis rappelé que la langue française a beaucoup de belles expressions pour parler de la mort.

Rejoindre ses aïeux nous rappelle notre place dans l’histoire de l’humanité, tandis que aller vers d’autres soleils nous transforme en astronautes. Passer de l’autre côté illustre le mystère de la mort, tandis que manger des pissenlits par la racine nous fait revenir sur terre, ou plutôt sous terre.

Pour les passionnés du pain, comme moi,  perdre le goût du pain  renforce la finalité de la mort car on ne peut guère imaginer une situation où on ne voudrait plus manger de pain. Mais malheureusement au Boulevard des allongés (le cimetière), il n’y a pas de boulangerie.

Avez-vous des expressions françaises préférées pour parler de la mort ? Vous êtes invités à les partager avec d’autres lecteurs et lectrices de ce blog en laissant un commentaire.

Mon site web : http://www.saliannefrenchfocus.com

TOMBE DE PIAF

la tombe d’Édith Piaf au cimetière Père Lachasie à Paris

TALKING ABOUT DEATH

When I entitled Tuesday’s blog post ‘Death of Anne-Marie Peysson’, I did it intentionally, to avoid the usual euphemisms of the French media around death : disappearance, deceased etc. And yet, I remembered that the French language has a lot of lovely expressions for talking about death.

‘Rejoining one’s ancestors’ reminds us of our place in the history of mankind, whereas ‘to travel towards different suns’  turns us into astronauts. ‘Pass over to the other side’ illustrates the mystery of death, whereas ‘eat dandelion roots’ brings us back to earth, or rather under earth.

For bread fans like me ‘to lose the taste for bread’ stresses the finality of death, as one can scarcely imagine a situation where one would no longer want to eat bread. But unfortunaely on the ‘Boulevard of the prostrate’ (the cemetery), there’s no bakery.

Do you have any favourite French expressions for talking about death? Do share them with other readers of this blog by leaving a comment.

My website : http://www.saliannefrenchfocus.com


EN VOITURE, SIMONE!

novembre 28, 2014

On y va! Allons-y! Des expressions de tous les jours chez les Français qui veulent encourager quelqu’un. Mais, de temps en temps, vous avez peut-être aussi entendu En voiture, Simone ! et vous vous êtes demandé peut-être de quoi il s’agit.

La Simone à l’origine de cette expression était Simone Louise de Pinet de Borde des Forest – bigre, quel joli nom – qui était une des premières femmes-pilotes d’automobile dans les années 30. Elle a réussi son permis de conduire en 1929 et s’est immédiatement lancée dans la course automobile et participait à de nombreuses courses et à des rallyes jusqu’en 1957, sans avoir le moindre accident. Une femme pionnière dans un domaine dominé par les hommes, elle est morte en 2004 à l’âge de 94 ans.

L’expression complète est En voiture, Simone, c’est toi qui conduis, c’est moi qui klaxonne ! Elle est devenue populaire dans les années 60, grâce à un jeu télévisé Intervilles. L’animateur Guy Lux disait souvent à son coanimateur Simone Garnier ‘En voiture Simone !’ et la formule est restée dans le lexique des Français.

 

en voiture simone 1

 Simone Louise de Pinet de Borde des Forest

LET’S GET GOING !

‘On y va!’, ‘Allons y!’(Let’s get going !). Everyday expressions for French people who want to encourage someone to get going. But, from time to time, you may have also heard ‘En voiture, Simone!’ (In the car, Simone!) and you may have wondered what it’s all about.

The Simone behind this expression was Simone Louise de Pinet de Borde des Forest – oh boy, what a lovely name – who was one of the first female racing car drivers in the thirties. She passed her driving test in 1929, immediately went into motor racing and took part in numerous races and rallies up until 1957, without having a single accident. A trailblazer in a field which was dominated by men, she died in 2004 aged 94.

The full expression is ‘In the car, Simone, you drive, I’ll sound the horn!’ It became popular in the sixties, thanks to a TV game ‘Intervilles’. The presenter, Guy Lux, would often say to his co-presenter, Simone Garnier, ‘En voiture, Simone’ and the catch phrase took root in French people’s vocabulary.


DÈS POTRON-MINET

avril 12, 2013

C’est une de ces phrases charmantes que l’on entend de temps en temps à la radio ou que l’on lit dans un journal, sans vraiment savoir de quoi il s’agit. Même si on a pigé que la phrase est synonyme de dès l’aube ou au point du jour ou simplement de bonne heure, on se demande ce que c’est que ce potron et comment un chat se mêle de l’affaire.

À l’origine, on disait dès potron-jacquet. Le mot potron est venu du latin posterio qui veut dire le popotin. Jacquet était le mot normand pour écureuil. Donc dès que l’écureuil montre son popotin.

Mais dans le milieu urbain du 20e siècle, l’écureuil a été remplacé par le chat, souvent appelé minet en français. Certains disent que dès potron-pigeon  serait encore plus approprié aujourd’hui. Une autre corruption rigolo est dès patron-minet, mais l’origine n’est pas claire.

Les journos aiment beaucoup la phrase. Par exemple, dans Le Monde du 14 novembre 2012, on peut lire, dans un article qui parle d’une conférence de presse de François Hollande, ‘Dès potron-minet, tout le monde était sur le coup’.

 

Le Monde front page

Le Monde front page (Photo credit: Wikipedia)

 

DÈS POTRON-MINET

It’s one of those delightful phrases that you hear from time to time on the radio or you read in a newspaper, without really knowing what it’s all about. Even if one’s understood that it’s a synonym for ‘at daybreak’, ‘at the crack of dawn’

or simply ‘early in the morning’, you can’t help wondering what this ‘potron’ thing is and what a cat has to do with it.

The original phrase was’ dès potron-jacquet’. The word ‘potron’ comes from the Latin ‘posterio’ which means ‘bottom’. ‘Jacquet’ was the Norman word for squirrel. So it meant as soon as the squirrel shows its bottom.

But in the urban environment of the 20th century, the squirrel has been replaced by the cat, often called ‘minet’ in French. Some people say that ‘dès potron-pigeon’  would be more appropriate today. Another jokey corruption is ‘ dès patron-minet’, (as soon as the boss shows his bottom) but the origin of this is obscure.

Journalists really like the phrase. For example in ‘Le Monde’ on 14 November 2012, there’s an article about one of François Hollande’s press conferences which states ‘Dès potron-minet, tout le monde était sur le coup’ (Everybody was on the spot at the crack of dawn’).

 

 

 


CONNAÎTRE LA TENTATION DE VENISE

avril 2, 2013

Beaucoup des idiotismes sur lesquels les apprenants de français adorent revenir remontent au 19e, au 18e voire même au 17e siècle, mais en voilà un qui date de la fin du 20e siècle.

C’est plus souvent les comiques qui sont responsables des phrases d’accroche, mais dans ce cas c’est un politique qui en est l’auteur. L’expression vient du titre d’un livre publié en 1993 par le politique Alain Juppé, ancien Premier Ministre et actuellement Maire de Bordeaux.

Venise : trop de touristes, des prix exorbitants, une odeur pas des plus odorantes… Malgré tout ça, la ville maintient un attrait romantique pour plusieurs et surtout pour Alain Juppé, reconnu coupable en 2004 de détournement de fonds publics dans l’affaire des ‘emplois fictifs du RPR’ et condamné avec sursis.

Quand ça tourne mal, il y a toujours la tentation de penser que la vie pourrait être mieux ailleurs. Alain Juppé ne fait pas exception. Il va souvent se ressourcer à Venise et y réfléchit sur la vie d’un homme politique, une vie qu’il est parfois tenté de lâcher en faveur de quelque chose de tout à fait différent et moins stressant.

Qui parmi nous peut affirmer ne jamais avoir été tenté par un tel voyage, à Venise ou ailleurs ?

 

English: The Rialto Bridge over Venice's Grand...

The Rialto Bridge over Venice’s Grand Canal.    (Photo credit: Wikipedia)

 

TO BE TEMPTED BY VENICE

Many of the idioms which learners of French love to pick up on date back to the 19th, 18th or even the 17th centuries, but here’s one that originated at the end of the 20th century.

It’s more often comedians who are responsible for catch phrases, but in this case it was a politician who was behind it. The expression comes from the title of a book published in 1993 by Alain Juppé, former Prime Minister and currently Mayor of Bordeaux.

Venice: too many tourists, extortionate prices, a less than fragrant smell … Despite all this, the city has a romantic pull for many people and especially for Alain Juppé, who was found guilty of misappropriation of public funds in the RPR ‘fictitious jobs’ scandal and received a suspended prison sentence.

When things go badly, there’s always the temptation to think that life elsewhere might be better. Alain Juppé is no exception. He often goes to Venice to recharge his batteries and ponder over the life of a politician, a life which he is sometimes tempted to abandon in favour of something completely different and less stressful.

Which of us can claim that we’ve never been tempted by such a journey, to Venice or elsewhere?

 

 


LES IDIOTISMES 1

décembre 11, 2012

On pourrait définir un idiotisme comme une locution particulière à une langue qui porte un sens par son tout et non par chacun des mots qui la composent. Ce sont souvent des expressions métaphoriques, intraduisibles littéralement. Mais c’est en apprenant les idiotismes d’une langue que l’on commence à vraiment la connaître.

Par où commencer ? Si vous calquez ce que vous voulez dire sur l’anglais, ça ne va pas marcher. It’s not going to walk ! Pourtant, un bon point de départ serait peut-être de comparer des idiotismes français et anglais qui se ressemblent mais qui contiennent des différences fondamentales qui les distinguent.

On dit souvent en français comparaison n’est pas raison, mais dans ce cas, une étude des similarités entre les expressions des deux langues peut servir d’aide-mémoire. Je vous cite quelques exemples – vous en trouverez bien d’autres.

En anglais, si on a la voix enrouée, on dit qu’on a une grenouille dans la gorge, mais en français c’est un autre animal qui vous embête. On dit J’ai un chat dans la gorge. Un anglais qui a acheté quelque chose de très cher dirait que ça lui a coûté un bras et une jambe, mais un français dirait Ça m’a coûté les yeux de la tête. Quelle partie du corps vaut plus chère?

Si vous voulez citer d’autres exemples dans vos commentaires, ça serait super !

Idiotismes animaliers (animal phrases referrin...

Idiotismes animaliers (animal phrases referring to humans), by French illustrator Bertall (1820-1882) (Photo credit: Wikipedia)

 

IDIOMS    1

You might define an idiom as a phrase specific to a language which has meaning in its entirety, but not in the individual words which make it up. These are often metaphorical expressions which you can’t translate literally. But it’s by learning the idioms that you begin to really know the language.

Where to start? If you model what you want to say on the English, it’s not going to work. Or it’s not going to walk, as they say in French! And yet, a good starting point is a comparison of French and English idioms which are similar but which contain some basic difference.

In French it’s often said ‘comparison proves nothing’, but in this case, studying the similarities between expressions in the two languages can serve as a reminder. Here are a few examples – you’ll find plenty more.

In English, if you’re a bit hoarse, you say you’ve got a frog in your throat, but in French it’s a different animal that’s bothering you. You say ‘I’ve got a cat in my throat’. An English person who’s bought something very expensive might say that it cost him an arm and a leg, but a French person would say that it cost him his eyes. Which part of the body’s worth more?

If you’d like to quote further examples in comments, that would be great.