DEVENIR PARISIEN EN UNE HEURE

mars 28, 2022

Comprendre et apprécier l’humour dans une langue étrangère n’est pas chose facile. Les humoristes français les plus connus en dehors de la France sont ceux dont le numéro se repose aussi bien sur le visuel que sur les paroles. Monsieur Hulot de Jacques Tati ne parle presque pas. Le sketch de Coluche, le mec timide vêtu d’un pantalon rose et d’un gilet en laine avec son nom brodé dessus, présenté au grand public pour la première fois en 1974, compte fortement sur l’apparence plutôt comique du raconteur. Rien qu’à le regarder et on se tord de rire.

Olivier Giraud, lui, a trouvé un autre moyen de faire rire les étrangers. Son spectacle, How to become a Parisian in one hour, se joue pour la plupart en anglais. Je n’avais jamais entendu parler de lui, mais l’autre soir j’ai regardé une émission de la chaîne britannique ITV, Joanna Lumley’s Great Cities of the World. Pendant le tour d’horizon de Paris de la comédienne, elle a pris un café avec Olivier Giraud afin d’apprendre comment devenir parisienne.

C’est Coco Chanel qui a un jour prononcé la célèbre phrase “J’aime la couleur tant que c’est du noir”. Olivier a lancé en boutade qu’il conseillait à Joanna de ne porter que le noir, de toujours porter un foulard, même en été, et de ne jamais sourire. Par le biais de la comédie, il fait ressortir les différences culturelles entre les Français et les Anglo-Saxons. Son spectacle fait un tabac depuis plusieurs années au Théâtre des Nouveautés à Paris. Il a même écrit un livre: Guide (très) pratique du parfait Parisien.

BECOME A PARISIAN IN AN HOUR

Understanding and enjoying humour in a foreign language is no easy thing. The French comedians best known outside of France are those whose acts rely as much on the visual as the words. Jacques Tati’s Mr Hulot hardly speaks. Coluche’s sketch, the shy guy in pink trousers and a woollen pullover with his name embroidered on it, first done in public in 1974, relies heavily on the rather funny appearance of the storyteller. You’ve only got to look at him to fall about laughing.

Olivier Giraud has found a different way of making foreigners laugh. His show “How to become a Parisian in one hour” is mostly in English. I’d never heard of him but the other evening I watched a programme on the British channel ITV, Joanna Lumley’s “Great Cities of the World”. During the actress’ overview of Paris, she had coffee with Olivier Giraud in order to learn how to become Parisian.

It was Coco Chanel who famously said “I like colour as long as it’s black”. Olivier quipped that he advised Joanna to wear nothing but black, to always wear a scarf, even in summer, and to avoid smiling. By means of comedy, he points out the cultural differences between the French and Anglo-Saxons. His show has been a big hit at the Théâtre des Nouveautés in Paris. He’s even written a book: A (very) practical guide to the perfect Parisian.


PIERRE RABHI ET LE MOUVEMENT COLIBRIS

décembre 13, 2021

Pierre Rabhi, un grand homme de l’écologie, est décédé le 4 décembre à l’âge de 83 ans. Pionnier de l’agriculture raisonnée et promoteur de la décroissance et de la sobriété heureuse, il voulait changer la société en une société écologique et solidaire, inventer un nouveau mode de vie en harmonie avec la nature. Il a fondé le mouvement Colibris pour relier celles et ceux qui voulaient s’engager à ces idées car, selon lui, chacune et chacun a un rôle à jouer.

Pourquoi Colibris? Le mouvement tire son nom d’une légende amérindienne. Un jour, dit la légende, il y avait un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui a dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  » Et le colibri lui a répondu: « Je le sais, mais je fais ma part. »

Rabhi a créé une oasis de verdure du sol caillouteux de sa ferme, où il s’est installé en 1960. Pendant près de 60 ans, le ‘paysan sans frontières’ a formé des milliers de paysans dans plusieurs pays aux pratiques agricoles écologiques, tout en trouvant le temps d’écrire une vingtaine de livres.

On l’a souvent critiqué à cause de ses prises de position sur certaines questions comme la place des femmes, le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée. Mais l’agroécologie lui doit beaucoup et les jardins pédagogiques de Terre et Humanisme au mas de Beaulieu qu’il a inspirés lui sont un témoignage approprié.

PIERRE RABHI AND THE HUMMINGBIRD MOVEMENT

Pierre Rabhi, a leading figure in ecology, died on 4 December aged 83. A pioneer of rational agriculture and an advocate of degrowth and joyful moderation, he wanted to change society into a green mutually supportive society, to invent a new way of living in harmony with nature. He founded the Colilbris movement to connect people who wanted to commit to these ideas since, in his opinion, each and every one of us has a part to play.

Why Colibris? The movement takes its name from a Native American legend. One day, says the legend, there was a huge forest fire. All the terrified animals looked on, powerless in the face of the disaster. Only the little hummingbird was buzzing about, collecting a few drops in its beak to throw them on the fire. The armadillo, annoyed by this ridiculous bustle, said to him: “Hummingbird? Are you crazy? You can’t put out the fire with a few drops of water!” And the hummingbird replied: “I know, but I’m doing my bit”.

Rabhi created a green oasis from the stony soil of his farm, where he settled in 1960. For nearly 60 years, the ‘peasant without borders’ trained thousands of peasants in several countries in practical, ecological agriculture, whilst finding the time to write about twenty books.

He’s often been criticised because of his views on certain topics such as the role of women, gay marriage and medically assisted reproduction. But agroecology owes him a lot and the educational gardens of ’Earth & Humanism’ at the Beaulieu farm which he inspired are a fitting testament to him.


DES FEMMES EXCEPTIONNELLES

mars 9, 2021

La journée internationale des femmes est célébrée chaque année le 8 mars dans de nombreux pays, sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU). En 2021 elle fête son centenaire en nous rappelant que dans certaines parties du monde, l’égalité des sexes est encore loin et en Europe, même si on a fait de grands progrès, elle n’est pas entièrement achevée.

Cette journée est souvent l’occasion dans la presse de rendre hommage à des femmes, peut-être celles qui sont méconnues du grand public, mais qui ont marqué l’histoire en étant les premières à faire quelque chose.

Un livre intitulé Elles ont été les premières: 100 femmes exceptionnelles vient d’être publié aux Éditions de la Martinière. https://www.editionsdelamartiniere.fr/livres/elles-ont-ete-les-premieres-18/ Un des portraits du livre concerne Jeanne Barret, la première femme à faire le tour du monde dès 1767. Pour y parvenir, elle a dû se déguiser en homme et se faire passer pour un valet.

Jeanne était la compagne de Philibert Commerson, botaniste du roi Louis XV, qui a été invité à accompagner l’explorateur Louis-Antoine de Bougainville à faire le tour du monde au recensement de plantes. Passionnée par la botanique, elle s’est coupé les cheveux très courts, a comprimé la poitrine et s’est fait appeler Jean Barré. Ça peut nous paraître un peu saugrenu ou barré (pardonnez le jeu de mots), mais elle s’en est tirée. Une des espèces recueillies par le couple était évidemment le bougainvillier.

Au cas où vous vous posiez la question, il y a une journée internationale des hommes, qui a lieu le 19 novembre, mais qui n’est pas reconnue par l’ONU.

EXCEPTIONAL WOMEN

International Women’s Day is celebrated annually on 8 March in numerous countries, under the auspirces of the United Nations (UN). In 2021 it’s celebrating its centenary, reminding us that in certain parts of the world, gender equality is a long way off and in Europe, even though we’ve made great strides, it hasn’t been completely achieved.

This day is often the occasion for the press to pay tribute to women, perhaps those not so well known by the general public but who have made history by being the first to do something.

A book called ‘They were the first: 100 exceptional women’ has just been published by Éditions de la Martinière. https://www.editionsdelamartiniere.fr/livres/elles-ont-ete-les-premieres-18/ One of the portraits in the book is of Jeanne Barret, the first woman to go round the world, as far back as 1767. In order to manage this, she had to dress as a man and pretend to be a valet.

Jeanne was the companion of Philibert Commerson, botanist to King Louis XV, who was invited to accompany the explorer Louis-Antoine de Bougainville on a round-the-world voyage making an inventory of plants. An enthusiastic botanist, she cut her hair very short, compressed her breasts and called herself Jean Barré. This might seem a bit preposterous or crazy to us (forgive the pun), but she got away with it. One of the species collected by the couple was obviously bougainvillea.

In case you were wondering, there is an international men’s day, which takes place on 19 November, but which is not recognised by the UN.


ÇA DÉPASSE LA FICTION

janvier 5, 2021

Sa biographie se lit comme un conte de fées. Une histoire qui finit mal. On ne pourrait pas l’inventer.

C’était une vie où la tragédie occupait toujours le devant de la scène. Mais l’ironie veut que ses souffrances personnelles aient conféré à sa voix l’émotion et la sincérité qui ont fait d’elle la chansonnière française de référence. Demander à n’importe qui, francophile ou non, de vous donner le nom d’une célèbre chanteuse française et il est très possible que, même aujourd’hui, ils vous répondent “Édith Piaf”.

Elle a grandi dans un bordel et a passé sa jeunesse à chanter dans les rues de Paris. Devenue mère à 17 ans, sa fille est morte deux ans plus tard. L’amour de sa vie a été tué dans un accident d’avion. L’homme qui l’a découvert et engagé pour son cabaret a été assassiné. Elle a été propulsée au rang de célébrité internationale avant d’être accusée de collaboration avec les occupants nazis devant lesquels elle a chanté. Plus tard on lui a donné raison. Après trois accidents de voiture, elle était dépendante de morphine et accro à l’alcool. Elle est morte à l’âge de 47 ans.

L’archevêque de Paris a refusé de permettre les gens de dire la messe à ses obsèques à cause de la vie tumultueuse qu’elle a menée. Elle est enterrée au cimetière du Père Lachaise. Le convoi funèbre comptait des dizaines de milliers de personnes. Charles Aznavour a dit que c’était la seule fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu’il avait vu les rues de Paris complètement bloquées.

Connaissez-vous des chansons de Piaf? Parmi les plus célèbres sont : La vie en rose, Je ne regrette rien, La foule, Milord, L’hymne à l’amour, Padam Padam. Lesquelles sont vos préférées?

STRANGER THAN FICTION

Her life story reads like a fairy story. One with a bad ending. You couldn’t make it up.

It was a life in which tragedy was always centre stage. But ironically it was the tragedies of her personal life that lent her voice the emotion and sincerity which made her into the gold standard of French “chanson”. Ask anyone, francophile or not, to name a famous French female singer and the chances are, even today, that they’ll reply Édith Piaf.

She grew up in a brothel and spent her youth performing on the streets of Paris. She became a mother at 17, her daughter died two years later. The love of her life was killed in a plane crash, the man who discovered her and put her on the stage was murdered. She was catapulted to international stardom, and then accused of collaborating with the German occupiers in front of whom she sang. Later she was vindicated. After three road accidents, she became addicted to morphine and an alcoholic. She died aged 47.

The archbishop of Paris refused to allow mass to be said at her funeral because of her wild lifestyle. She was buried in the Père Lachaise cemetry. Tens of thousands of people took part in the funeral procession. Charles Aznavour said that it was the only time since world war two that he’d seen the streets of Paris completely at a standstill.

Do you know any of Piaf’s songs? Amongst the most famous are: La vie en rose, Je ne regrette rien, La foule, Milord, L’hymne à l’amour, Padam Padam. Which are your favourites?


JULIETTE GRÉCO

septembre 28, 2020

Cette semaine on pleure la disparition de la grande dame de la chanson française, Juliette Gréco. La chanteuse iconique est morte à l’âge de 93 ans.

L’incarnation musicale du mouvement existentialiste chantait depuis 70 ans. Elle a fait plusieurs tournées mondiales et, aussi incroyable que ça puisse paraître, sa dernière apparition sur scène était en mai 2017.

Vêtue de noir, avec ses mains expressives, son expression attendrissante et sa grosse voix, elle était immédiatement reconnaissable. « Ce dos, cette façon de bouger, je crois que je les reconnaîtrais n’importe où dans le monde » a dit Miles Davis qui l’a aimée mais qui ne l’a jamais épousée pour lui épargner le racisme inévitable de son Amérique natale.

Impossible de ne pas se livrer à du name-dropping en parlant de cette muse du Saint-Germain-des-Prés de l’après-guerre, l’interprète inoubliable de Brel, Gainsbourg, Vian, Prévert, Aznavour et bien d’autres. Selon Sartre “Gréco a des millions dans la gorge, des millions de poèmes qui ne sont pas encore écrits, on en écrira quelques-uns ». La chanteuse qui figure dans “Les Chemins de la Liberté” était basée sur Gréco.

Pendant les années 90, elle était présidente de l’association SOS Saint-Germain-des-Prés, le quartier, a-t-elle déclaré, qui l’avait rendue “commercialisable”.

Pour écouter Jolie Môme, une de ses chansons les plus célèbres, écrite par Léo Ferré: https://www.youtube.com/watch?v=8N-zGVcsW24

JULIETTE GRÉCO

This week we’re mourning the death of the great lady of French song, Juliette Gréco. The iconic singer has died aged 93.

The musical incarnation of the existentialist movement had been singing for 70 years. She made several world tours and, incredible as it may seem, her last stage appearance was in May 2017.

Dressed in black, with her expressive hands, her tender expression and her deep voice, she was immediately recognisable. “That back, that way of moving, I think I’d know them anywhere in the world” said Miles Davis who loved her but never married her in order to spare her the inevitable racism of his native America.

Impossible not to indulge in name-dropping when talking about this muse of post-war Saint-Germain-des-Prés, the unforgettable singer of Brel, Gainsbourg, Vian, Prévert, Aznavour and many others. According to Sartre, “Gréco has millions in her throat, millions of poems which haven’t yet been written, we’ll write some of them”. The singer who featured in his “The Roads to Freedom” was based on Gréco.

In the 90s, she was president of the SOS Saint-Germain-des-Prés preservation association, the district, she declared, which had made her “marketable”.

To listen to “Jôlie Mome” (Pretty Girl), one of her most famous songs, written by Léo Ferré:

Pour écouter Jolie Môme, une de ses chansons les plus célèbres, écrite par Léo Ferré: https://www.youtube.com/watch?v=8N-zGVcsW24