DONNER UNE SECONDE VIE À VOS CHEVEUX

avril 11, 2022

Si votre salon de coiffure prétend être écoresponsable, il aura peut-être déjà rejoint la démarche Capillum en recyclant les cheveux coupés de ses clients, plutôt que de les jeter.

On est déjà bien entraînés à réduire le plastique, ne pas gaspiller l’eau, faire le tri des ordures ménagères etc., mais ce n’est pas tout le monde qui a réalisé la valeur des cheveux coupés.

Il y a plus de 5000 ans, les Mongols utilisaient le cheveu pour isoler leurs yourtes. Aujourd’hui on peut en fabriquer des coussins de dépollution des eaux et des sols contaminés, car le cheveu a la capacité d’absorber jusqu’à huit fois son poids en hydrocarbures. Les possibilités en agriculture sont aussi considérables en utilisant le cheveu comme paillage bio car c’est 100% biodégradable, il libère de l’azote et est très bon pour le sol.

Capillum participe aussi à la recherche médicale dans le but d’améliorer les soins de la peau, en extrayant la kératine qui constitue 95% du cheveu. Capillum a déjà récupéré 70 tonnes de cheveux auprès de 2000 coiffeurs, un petit pourcentage des 4000 tonnes coupés tous les ans dans 85 000 salons en France.

Un engouement pour les coiffures courtes chez les écolos? Ça m’étonnerait, mais on ne sait jamais. Faire recycler le cheveu est un geste simple qui valorise l’or qui se trouve sur nos têtes, même si on n’est pas blonde.

À propos, voici encore une belle expression française pour quelqu’un qui cherche la petite bête: il coupe les cheveux en quatre.

GIVE YOUR HAIR A SECOND LIFE

If your hairdressing salon purports to be environmentally responsible, maybe it’s already joined the Capillum movement by recycling its clients’ hair rather than throwing it in the bin.

We’re already well schooled in reducing plastic use, not wasting water, separating household recyclables etc., but not everybody realises the value of hair cuttings.

Over 5000 years ago, the Mongols used hair to insulate their yurts. Today you can make

cleaning cushions for contaminated water and soil, as hair can absorb up to eight times its weight in hydrocarbons. The possibilities for farming are also extensive by using hair as an organic mulch as it is 100% biodegradable, it releases nitrogen and is very good for the soil.

Capillum is also taking part in medical research with the aim of improving skincare by extracting keratine which constitutes 95% of hair. Capillum has already recoved 70 tons of hair from 2000 hairdressers, a small percentage of the 4000 tons cut ever year in 85,000 French salons.

A craze for short hairstyles amongst greens? I’d be surprised, but you never know. Recycling your hair is a simple measure which gives value to the gold on our heads, even if you’re not blonde.

By the way, here’s another nice French expression when someone is nitpicking: he’s cutting hairs in four (splitting hairs).


LES BULLDOZERS DES OCÉANS: UNE ABÉRRATION ÉCOLOGIQUE

février 7, 2022

On sait depuis longtemps que la surpêche est hors contrôle dans nos océans et que la pêche “durable” n’est qu’une chimère.

Des images choquantes qui font le tour d’Internet depuis jeudi dernier, suite à une opération de Sea Shepherd dans le golfe de Gascogne au large de La Rochelle, illustrent le problème. Une centaine de milliers de poissons morts rejetés à la mer par un des quatre navires-usines géants qui opèrent dans la zone. C’est un incident qui n’a rien de rare et illustre graphiquement les conséquences de la surpêche.

Le chalutage de fond, où les pêcheurs raclent le fond marin, représente 26% de la pêche dans le monde. Naturellement ces opérations sont entre les mains de quelques grandes entreprises. 70% des poissons sauvages que les Français achètent, soit chez le poissonnier, soit en supermarché, proviennent du chalutage de fond.

Les ONG de protection de l’océan réclament l’interdiction longtemps attendue de la pêche industrielle dans les zones marines protégées de l’Europe. À noter que la pêche électrique est interdite dans l’ensemble des eaux européennes depuis juillet 2021.

«Les poissons sont bas sur l’échelle de l’empathie» dit Frédéric Le Manach de Bloom, une association qui fait campagne pour la préservation des écosystèmes et la biodiversité des océans. Espérons que l’exposition photographie opportune « L’Océan, c’est Vivant !» qu’ils organisent sur les quais de la Seine à Paris entre le 15 février et le 15 mars va contribuer à redresser la situation et que cette hécatombe inutile va bientôt se terminer.

Les ressources ne sont pas inépuisables et quant à la pisciculture, avec ces sérieux problèmes d’épidémies …… eh bien, ça c’est une autre histoire.

THE BULLDOZERS OF THE OCEANS: AN ECOLOGICAL ABERRATION

We’ve known for a long time that overfishing is out of control in our oceans and that “sustainable” fishing is nothing but a dream.

Shocking images which have been going viral on the Internet since last Thursday, following a Sea Shepherd operation in the gulf of Gascony off the coast of La Rochelle, illustrate the problem. Hundreds of thousands of dead fish thrown back into the sea by one of the four giant factory ships which operate in the zone. This kind of incident is not at all rare and graphically illustrates the consequences of overfishing.

Deep sea trawling, where fishermen scour the sea bed, represents 26% of global fishing. Of course these operations are in the hands of a few large companies. 70% of the wild fish bought by French people, either at the fishmongers or in supermarkets, comes from deep sea trawling.

NGOs protecting the oceans are calling for a long overdue ban on industrial fishing in Europe’s marine protection zones. Note that electrofishing has been banned in all European waters since July 2021.

Fish are low down the empathy scale” says Frédéric Le Manach of Bloom, a charity which campaigns for the preservation of ecosystems and ocean biodiversity. Let’s hope that « L’Océan, c’est Vivant !» (The ocean is alive), the timely photographic exhibition which they’re organising on the banks of Seine in Paris between 15 February and 15 March, will help to redress the situation and that this pointless slaughter will soon come to an end.

Resources are not unlimited and as for fish farming, with its serious disease problems …… well, that’s another story.


NOURRIR LES OISEAUX DE JARDIN

janvier 24, 2022

Notre psyché est programmée: donner à manger aux oiseaux. Depuis sa petite enfance, on a aimé nourrir les canards du parc et remplir la mangeoire du jardin. Ce passe-temps national est encouragé par les ONG de protection de la nature pour le bien des oiseaux et pour la santé mentale des êtres humains qui renouent avec la nature. Rien de mal à cela, je vous entends dire.

Mais saviez-vous que nos actions bien intentionnées ne sont pas forcément une bonne idée? On doit réaliser que cette pratique a des conséquences imprévues, voire néfastes. La concurrence entre les espèces a des gagnants et des perdants. Les espèces dominantes qui se nourrissent habituellement des aliments fournis par l’homme ont vu leurs populations exploser. Les mésanges pinsonnières, les sitelles et les épeiches n’ont jamais eu la vie si belle. Par contre, les espèces subordonnées, comme par exemple les mésanges boréales, les pics épeichettes et les moucherolles voient leurs sites de nidification volés par les espèces dominantes et, par conséquence, leurs populations diminuent.

On pense rendre service aux oiseaux, mais cela entraîne une dépendance sur l’homme, surtout chez les plus jeunes, qui n’est pas raisonnable et pas du tout naturel. En outre, les mangeoires sont souvent un foyer de maladie pour certaines espèces qui les visitent? Une maladie parasitaire trichonomosis a anéanti plus de 60% des verdiers britanniques depuis 2006. D’autres espèces sont affectées dans une moindre mesure dont les pinsons et les moineaux. À propos, le pain serait nocif pour certaines espèces, notamment les canards.

Donc, si vous avez une mangeoire chez vous, nettoyez-la régulièrement et assurez-vous que la nourriture reste sèche. Pensez à la remplir uniquement quand il fait vraiment mauvais temps au coeur de l’hiver, pas pendant toute l’année. Les mangeoires attirent souvent les chats du coin, encore une raison pour les éviter. Une alternative beaucoup plus utile aux oiseaux serait d’améliorer leur habitat en plantant des plantes indigènes bénéfiques, en creusant des bassins, en substituant des haies aux clôtures. Réensauvager votre jardin va porter des fruits et nos amis à plumes vont vous en remercier.

FEEDING GARDEN BIRDS

Our psyche is hard-wired: feed the birds. Since we were small, we’ve loved feeding the ducks in the park and filling the birdfeeder in the garden. This national pastime is encouraged by nature protection NGOs for the good of the birds and for the mental health of human beings who reconnect with nature. Nothing wrong with that, I hear you say.

But did you know that our well-meaning actions are not necessarily a good idea? We should be aware that this practice has unexpected, even harmful consequences. Competition between species has winners and losers. The dominant species which regularly feed on food supplied by man have seen their populations explode. Great tits, nuthatches and great spotted woodpeckers have never had it so good. On the other hand, subordinate species, like for example willow tits, lesser-spotted woodpeckers and flycatchers are seeing their nest sites stolen by the dominant species and consequently their populations are declining.

We think we’re helping the birds, but this causes a dependence on man, particularly amongst young birds, which is not sensible and not at all natural. Also, bird feeders are often the cause of outbreaks of disease for some species which visit them? A parasitic disease trichonomosis has wiped out 60% of British greenfinches since 2006. Some other species are affected but less severely, including chaffinches and sparrows. By the way, bread is said to be harmful to certain species, especially ducks.

So, if you have a birdfeeder at your place, clean it regularly and make sure that the food stays dry. Try filling it only when the weather is really bad in the depths of winter, not all year round. Birdfeeders often attract the neighbourhood cats, another reason to avoid them. An alternative which is much more useful for birds is to improve their habitat by planting beneficial native species, digging ponds, replacing fences with hedges. Rewilding your garden will bear fruit and our feathered friends will thank you for it.


CLAP DE FIN POUR LES EMBALLAGES PLASTIQUES DES FRUITS ET LÉGUMES

janvier 3, 2022

Ça vous énerve de voir deux courgettes reposant sur un petit plateau en plastique entouré en plus d’un film alimentaire? Plus maintenant dans les supermarchés français! Dans le rayon des fruits et légumes une petite révolution est au rendez-vous. À partir du 1er janvier, le suremballage d’une trentaine de fruits et légumes est derrière nous.

Une nouvelle loi interdit les emballages plastiques pour les fruits et légumes frais. Au lieu de cela, vous verrez sur les étals des produits en vrac ou emballés dans des barquettes carton ou cellulose ou des petits coffrets à anse.

Quels que soient vos préférés, des poireaux aux choux-fleurs, des pommes aux kiwis, ils seront désormais libérés du plastique. Même les concombres ne porteront plus leurs gaines ajustées moches. Mais (il y a toujours un mais) les paquets de plus de 1,5 kg sont exempts, ainsi que les fruits ou légumes hachés ou transformés. Les baies et autres fruits à peau tendre auront jusqu’à 2026 pour trouver des alternatives d’emballage écolo.

Le gouvernement français espère ainsi réduire le nombre d’emballages en plastique à usage unique de plus d’un billion par an. Ce n’est pas rien!

Bonne Année!

OFFRE SPÉCIALE

Chers lecteurs et lectrices

Vous vous trouvez coincés à la maison et vos cours de français vous manquent? Vous voulez améliorer vos compétences en conversation française ou dérouiller votre français?

Pendant le mois de janvier 2022, Salianne propose à ses abonnés une séance d’essai gratuite sur Zoom. Essayez un cours adapté à vos besoins à n’importe quel niveau, des débutants aux avancés. (Prix normal d’une séance d’une heure: £20).

Contactez-moi par mail (en français ou en anglais): savoir-faire@phonecoop.coop

IT’S CURTAINS FOR PLASTIC PACKAGING OF FRUIT & VEGETABLES

Does it drive you mad seeing two courgettes lying on a little plastic tray, then wrapped in cling film?

Not any more in French supermarkets! A minor revolution is taking place in the fruit and vegetable department. From 1st January, the over-packaging of around thirty fruits and vegetables is a thing of the past.

A new law is banning plastic packaging for fresh fruit and veg. Instead, you’ll see bulk products on the shelves or cardboard or cellulose punnets or little boxes with handles.

Whatever your favourites, from leeks to cauliflowers, from apples to kiwis, from now on they’ll be free of plastic. Even cucumbers will shed their ugly tight-fitting sheaths. But (there’s always a but) packets weighing more than 1.5 kg are exempt, as well as chopped or processed fruit and veg. Berries and other soft-skinned fruit will have until 2026 to find eco-friendly packaging alternatives.

The French government hopes in this way to reduce the number of single-use plastic packages by more than a billion per year. That’s quite something!

Happy New Year!

SPECIAL OFFER

Dear readers

Find yourself stuck at home and missing your French classes? Want to improve your conversational skills or dust off your rusty French?

During January 2022, Salianne is offering subscribers a free introductory Zoom session. Try out a lesson tailored to your needs at any level, beginners to advanced. (Normal cost of a 1 hour session: £20).

Contact me by email (in French or English) : savoir-faire@phonecoop.coop


PIERRE RABHI ET LE MOUVEMENT COLIBRIS

décembre 13, 2021

Pierre Rabhi, un grand homme de l’écologie, est décédé le 4 décembre à l’âge de 83 ans. Pionnier de l’agriculture raisonnée et promoteur de la décroissance et de la sobriété heureuse, il voulait changer la société en une société écologique et solidaire, inventer un nouveau mode de vie en harmonie avec la nature. Il a fondé le mouvement Colibris pour relier celles et ceux qui voulaient s’engager à ces idées car, selon lui, chacune et chacun a un rôle à jouer.

Pourquoi Colibris? Le mouvement tire son nom d’une légende amérindienne. Un jour, dit la légende, il y avait un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui a dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  » Et le colibri lui a répondu: « Je le sais, mais je fais ma part. »

Rabhi a créé une oasis de verdure du sol caillouteux de sa ferme, où il s’est installé en 1960. Pendant près de 60 ans, le ‘paysan sans frontières’ a formé des milliers de paysans dans plusieurs pays aux pratiques agricoles écologiques, tout en trouvant le temps d’écrire une vingtaine de livres.

On l’a souvent critiqué à cause de ses prises de position sur certaines questions comme la place des femmes, le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée. Mais l’agroécologie lui doit beaucoup et les jardins pédagogiques de Terre et Humanisme au mas de Beaulieu qu’il a inspirés lui sont un témoignage approprié.

PIERRE RABHI AND THE HUMMINGBIRD MOVEMENT

Pierre Rabhi, a leading figure in ecology, died on 4 December aged 83. A pioneer of rational agriculture and an advocate of degrowth and joyful moderation, he wanted to change society into a green mutually supportive society, to invent a new way of living in harmony with nature. He founded the Colilbris movement to connect people who wanted to commit to these ideas since, in his opinion, each and every one of us has a part to play.

Why Colibris? The movement takes its name from a Native American legend. One day, says the legend, there was a huge forest fire. All the terrified animals looked on, powerless in the face of the disaster. Only the little hummingbird was buzzing about, collecting a few drops in its beak to throw them on the fire. The armadillo, annoyed by this ridiculous bustle, said to him: “Hummingbird? Are you crazy? You can’t put out the fire with a few drops of water!” And the hummingbird replied: “I know, but I’m doing my bit”.

Rabhi created a green oasis from the stony soil of his farm, where he settled in 1960. For nearly 60 years, the ‘peasant without borders’ trained thousands of peasants in several countries in practical, ecological agriculture, whilst finding the time to write about twenty books.

He’s often been criticised because of his views on certain topics such as the role of women, gay marriage and medically assisted reproduction. But agroecology owes him a lot and the educational gardens of ’Earth & Humanism’ at the Beaulieu farm which he inspired are a fitting testament to him.