LE SMIC

avril 18, 2014

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance est plus connu sous son acronyme le SMIC. Le SMIC garantit un salaire minimum, en dessous duquel il est interdit de rémunérer un travailler. On appelle quelqu’un qui gagne le SMIC un smicard.

Contrairement à l’Angleterre ou le montant du ‘salaire minimum’ dépend de l’âge du salarié, en France à présent le SMIC s’applique à toutes les tranches d’âge. Mais Pierre Gattaz, le patron du Medef (Mouvement des entreprises de France), l’équivalent de la CBI anglaise, vient de suggérer que l’on instaure, ‘à titre temporaire’, un salaire ‘transitoire’ inférieur au SMIC, censément pour permettre aux jeunes et aux chômeurs d’entrer sur le marché du travail. Ses opposants parlent de ‘la logique esclavagiste’, tandis que d’autres plaident pour des ‘petits boulots’ qui ressembleraient aux ‘mini-jobs’ allemands auxquels le SMIC ne s’appliquerait pas.

Le SMIC net horaire au 1er janvier 2014 s’élevait à 7,45 euros. En France, plus de 2,2 millions  de travailleurs sont payés au SMIC et ils ont déjà du mal à boucler leur fin de mois. Pour un smicard, il suffit d’avoir une dépense inattendue pour avoir de gros problèmes financiers. Le premier ministre assure qu’il ne va pas toucher au SMIC. Espérons-le, car cette érosion d’un droit en vigueur depuis 1970 semblerait comme la fin des haricots .

Votre blogueuse va prendre des vacances. J’espère vous retrouver à partir du début mai.

Bonne continuation !

 

SMIC 1

 

THE SMIC

‘Le salaire minimum interprofessionel de croissance’ is more commonly known by it’s acronym the SMIC. The SMIC guarantees a minimum wage, below which it is illegal to pay a worker. Someone who earns the SMIC is known as a ‘smicard’.

Unlike England where the minimum wage depends on the age of the worker, in France at present the SMIC applies to all age groups. But Pierre Gattaz, the head of the Medef (Movement of French businesses), the equivalent of the English CBI, has just suggested the instigation ‘on a temporary basis’ of a ‘transitional’ wage lower than the SMIC, supposedly to allow young people and the unemployed to gain access to the labour market. His critics are talking of a ‘slavery mentality’, whilst others are calling for ‘little jobs’ which would be similar to the German ‘mini-jobs’, to which the SMIC wouldn’t apply.

The hourly net SMIC rate as at 1st January 2014 amounted to 7.45 euros. In France, more than 2.2 million workers are paid the SMIC and they already find it hard to make ends meet. If you’re a minimum wage earner, all that’s needed is some unexpected expenditure for you to have big financial problems. The prime minister assures us that he’s not going to touch the SMIC. Let’s hope this is the case, as this erosion of a right which has been in existence since 1970 would seem like the last straw.

Your blogger is off on holiday, but I hope to be in touch with you again at the beginning of May.

Best wishes


DIVISER POUR RÉGNER?

avril 15, 2014

Le nouveau premier ministre, Manuel Valls, veut diviser par deux le nombre de régions dans l’Hexagone (actuellement 22 en France métropolitaine). D’ici 2021, le redécoupage des régions va-t-il changer non seulement la carte de la France mais aussi l’identité régionale de ses habitants ?

Cette réforme est-elle juste pour le plaisir ou va-t-on vraiment réaliser des économies ? Pas facile à dire,  mais il y a quelque chose qui cloche. Déjà en 2009, un comité de réforme dirigé par l’ancien premier ministre Édouard Balladur proposait une réduction à 15 régions. On est tenté de penser que Valls ne sait plus que faire et a ressuscité l’idée pour distraire les Français de leurs soucis quotidiens.

Le journal Libération du 11 avril se permet de se livrer à des fantasmes avec la formulation de plusieurs possibilités selon divers critères, parfois sur un ton pince-sans-rire. Pourquoi – demandent-ils – ne pas mettre ensemble les départements qui consomment les mêmes produits ? La dernière carte divise le pays en mangeurs de pains au chocolat et mangeurs de chocolatines. Une division peut-être qui ne s’avérerait ni plus ni moins arbitraire que celle attendue du gouvernement ?

Empêcher la France d’aller à vau l’eau, c’est l’important. Vive le pain au chocolat !

http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/11/redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748?xtor=EPR-450206

Pour faire des progrès en conversation française, regardez et écoutez mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

 

map-france-regions

 

DIVIDE AND RULE

The new prime minister, Manuel Valls, wants to halve the number of regions in ‘the Hexagon’ (currently 22 in mainland France). Between now and 2021, will the regional boundary changes make a difference not only to the map of France but also to the regional identity of its inhabitants?

Is this reform just for the sake of it or will there really be savings to be made? It’s not easy to say, but there’s something which seems not quite right. As far back as 2009, a commission headed by former prime minister Édouard Balladur was suggesting a reduction to 15 regions. It’s tempting to think that Valls is at his wits’ end and has revived the idea in order to distract the French people from their day-to-day worries.

The newspaper ‘Libération’ dated 11 April has been indulging in fantasies by formulating several possibilities according to various criteria, some of them distinctly tongue-in-cheek. Why not – they ask – put together ‘départements’ which consume the same products? The last map divides the country into ‘pain au chocolat’ eaters and ‘chocolatine’ eaters (chocolate croissants). A division which might not turn out to be any more arbitrary than the one expected from the government?

Stopping France from going to wrack and ruin, that’s the main thing. Long live the ‘pain au chocolat’ !

http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/11/redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748?xtor=EPR-450206

For help with your French conversation skills, take a look and a listen to my website www.saliannefrenchfocus.com

 


L’ÉGALITÉ HOMMES-FEMMES

avril 11, 2014

Le 7 avril, c’était la journée de l’égalité salariale mais en France la diminution des écarts salariaux reste fragile. Depuis 2009, la date est censée célébrer le jour où les Françaises avaient droit aux mêmes salaires que leurs collègues masculins. Bien sûr on doit prendre en compte le fait que beaucoup de femmes travaillent à temps partiel, mais pour un travail complet, l’écart est toujours de 14%. Par contre, depuis la crise financière, le chômage a augmenté beaucoup plus chez les hommes.

Le gouvernement vient de lancer une application pour Smartphone qui encourage l’estime de soi. Mais dans les milieux populaires, on n’a pas de Smartphone et les web apps restent mystérieux.

Les Éditions Belin eux ont lancé une nouvelle collection de livres dédiée à l’égalité homme-femmes, appelée Égale à égal, avec l’objectif de sensibiliser le grand public aux questions d’égalité professionnelle et aux stéréotypes. Les trois premiers livres abordent d’une manière accessible les différents aspects des inégalités dans la vie politique, économique, domestique et dans l’éducation, le sport et la culture. À la télé, par exemple, les femmes sont deux fois moins nombreuses que les hommes. Comme dit l’auteur Arnaud Bihel ‘les hommes parlent, les femmes écoutent’.

Il paraît que l’idée de l’égalité fait tache d’huile, mais il y a encore un long chemin à parcourir.

Pour faire des progrès en conversation française, regardez et écoutez mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

 

egalite homme femme

 

GENDER EQUALITY

The 7th of April was equal pay day, but in France, the narrowing of the salary gap remains fragile. Since 2009, the date is supposed to celebrate the day when French women were entitled to the same pay as their male colleagues. Of course, you have to take into account the fact that a lot of women work part-time, but for full-time jobs, the differential is still 14%. On the other hand, since the financial crisis, unemployment amongst men has risen much more quickly.

The government has just launched a Smartphone application which encourages self-esteem. But in working-class areas, people don’t have Smartphones and apps remain a mystery.

Les Éditions Belin have launched a new book collection dedicated to gender equality called ‘Égale à égal’ (Equal to equal) with the aim of raising awareness of matters of professional equality and stereotypes. The first three books tackle in an accessible way the different aspects of inequality in politics, economics, the home, education, sport and culture. On TV, for example, there are half as many women as men. As the author Arnaud Bihel says; ‘men speak, women listen’.

It seems that the idea of equality is gaining ground, but there’s still a long way to go.

For help with your French conversation skills, take a look and a listen to my website www.saliannefrenchfocus.com


ON SE TUTOIE?

avril 8, 2014

C’est un vrai terrain miné pour les étrangers et parfois pour les Français eux-mêmes. Tout le monde sait que l’on tutoie sa famille, ses amis et les enfants et que les jeunes se tutoient entre eux. Le tu est plus court, plus facile à prononcer, mais savoir quand est arrivé le bon moment pour passer de vous à tu  est un problème délicat.

La popularisation du tu remonte à mai 68 et la volonté d’abolir les hiérarchies. La majorité des profs tutoient leurs élèves mais, dans l’enseignement secondaire, n’accepteraient pas qu’ils en fassent autant. Peut-être le tu encourage une intimité et le vous une distance, mais vouvoyer de jeunes adultes, c’est leur montrer du respect et reconnaître que ce ne sont plus des enfants.

Entre vendeuse et cliente dans une boutique de vêtements par exemple, on peut se permettre de se tutoyer. Mais dans le café d’à côté on pourrait considérer un serveur qui emploie tu avec les clients comme insolent. Chez la police, l’emploie du tu avec quelqu’un qui est en garde à vue sert à dégrader l’individu.

Vaut-il mieux faire face à cette question épineuse, ou bien adopter des stratégies pour éviter de devoir trancher ? On peut dire Ça va ? au lieu de Vous allez/Tu vas bien ? On peut éviter les verbes avec une phrase comme ‘Encore du café ? On peut employer on On se promène ?

En dernier recours on peut essayer de ne s’adresser qu’à plusieurs personnes. La vie est pleine de décisions lourdes de conséquences ….

Pour faire des progrès en conversation française, regardez et écoutez mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

tu vous 1

 

SHALL WE CALL EACH OTHER ‘TU’ ?

It’s an absolute minefield for foreigners and sometimes for the French themselves. Everyone knows that you use ‘tu’ with your family, friend and children and that young people use it amongst themselves. ‘Tu’ is shorter, easier to say, but knowing when the right moment has arrived to move from ‘vous’ to ‘tu’ is a tricky problem.

The popularity of ‘tu’ dates back to May 68 and the desire to abolish hierarchies. The majority of teachers use ‘tu’ with their pupils, but, in secondary schools, would not be happy if the pupils did the same. Perhaps using ‘tu’ encourages intimacy and ‘vous’ alienates, but using ‘vous’ with young adults shows respect and recognises that they’re no longer children.

Between sales assistant and customer in a clothes shop for example, you can get away with using ‘tu’. But in the café next door, you might think a waiter who addressed his customers as ‘tu’ was being cheeky. Amongst policemen, using ‘tu’ to address someone in custody is a way of degrading the person.

Is it better to try to cope with this vexed issue or to adopt strategies to avoid having to make a decision? You can say ‘Ça va ?’instead of ‘ Vous allez/Tu vas bien’? You can avoid verbs with a phrase like ‘Encore du café ?’ (More coffee?’ You can use ‘on’ as in ‘On se promène ?’ (Would you like to go for a walk?)

As a last resort, you can try to only ever address several people at once. Life’s fraught with difficulties …

For help with your French conversation skills, take a look and a listen to my website www.saliannefrenchfocus.com

 

 


LES FRANÇAIS JOUENT GROS JEU

avril 4, 2014

Il paraît que les Français n’ont jamais claqué autant de fric aux jeux. Un rapport sur les jeux d’argent de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) publié mercredi brosse un tableau sombre. Que ce soit le poker, les jeux de grattage, le PMU, les jeux en ligne – ça représente une part de plus en plus importante des budgets des ménages. Aucune surprise alors que Monsieur tout-le-monde n’arrive pas à boucler ses fins de mois. Faut-il sonner le tocsin avant que des milliers de Français se ruinent ?

L’industrie des paris est en plein essor, malgré la crise. Gagner le gros lot semble être l’ambition d’une majorité des Français. Les sommes misées ont atteint 46 milliards d’euros en 2012 (76% de plus qu’en 2000).

Entre 1% et 2 % de la population sont des joueurs pathologiques, mais très peu d’entre eux gagnent au change. Figurez-vous, ils mettent en danger leurs couples et leurs amitiés en mentant à leur entourage pour dissimuler la fréquence à laquelle ils jouent et les sommes qu’ils y consacrent. Des situations catastrophiques s’ensuivent avec l’endettement et souvent la perte des emplois.

Et je vous parie ma selle et mes bottes que la situation va s’aggraver avant de s’améliorer. L’association SOS Joueurs offre de l’aide gratuite pour les accros et leurs entourages.

Pour faire des progrès en conversation française, regardez et écoutez mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

 

 grattage

 

FRENCH PLAY FOR HIGH STAKES

It seems that French people have never blown so much cash on betting. A report on gambling by INSEE (National Statistics Office) published on Wednesday paints a grim picture. Whether it’s poker, scratch cards, the PMU (Pari Mutuel Urbain – similar to the Tote)or online games – it represents a bigger and bigger proportion of household expenditure. No surprise then that Mister Average can’t manage to make ends meet at the end of the month. Should we be sounding the alarm before thousands of French people ruin themselves?

The betting industry is rapidly expanding, despite the financial crisis. Winning the jackpot seems to be the ambition of a majority of French people. The amounts gambled reached 46 billion euros in 2012 (76% up on 2000).

Between 1% and 2% of the population are gambling addicts, but very few of them are better off for it. Would you believe that they endanger their partnerships and friendships by lying to those around them in order to cover up how often they gamble and the amounts they spend? Catastrophic situations follow with big debts and often the loss of jobs.

And I bet you anything that the situation will get worse before it gets better. The charity SOS Joueurs (SOS Gamblers) offers free help to addicts and their families.

For help with your French conversation skills, take a look and a listen to my website www.saliannefrenchfocus.com

 

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 482 followers