INFOX

décembre 17, 2018

Vous avez peut-être entendu parler de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts? Signée en 1539, c’était le premier pas vers la généralisation de l’usage du français. Parmi ses articles concernant tous les aspects de la justice, les articles 110 et 111 obligeaient les officiels à employer le ‘langage maternel françois et non aultrement’, notamment pour permettre une meilleure compréhension des jugements. Mais le français n’était pas généralisé dans le royaume de France: dans le nord, on parlait la langue d’oïl et dans le sud la langue d’oc.

L’Académie Française, gardienne encore aujourd’hui de la pureté du français, a été créé en 1635. Ses 40 membres, les Immortels, remettent constamment à jour leur dictionnaire et luttent contre la prolifération d’anglicismes et d’américainismes.

La Commission d’enrichissement de la langue française a été etablie en 1996 et a pour mission de créer des néologismes, en favorisant le français, dans les domaines économiques, juridiques, scientifiques et techniques. La Commission vient d’autoriser le terme infox (information/intoxication) qui signifie information fallacieuse ou fausse et s’avère préférable à l’expression anglo-saxonne fake news.

Je vois que le mot infox est déjà listé dans l’excellent dictionnaire en ligne Reverso. Si vous pensez vous acheter un dictionnaire en papier comme cadeau de Noël, laissez-vous tenter par un dictionnaire français monolingue, afin d’essayer de comprendre le sens d’un mot sans la traduction anglaise : un très bon exercice qui vaudra le coup. On dit que le Larousse est sans égal.

Lecture complémentaire:

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/10/29/pourquoi-ordinateur-et-pas-computer/

Votre blogueuse va marquer une petite pause de fin d’année. Je vous souhaite à tous et à toutes de très bonnes fêtes.

INFOX

Maybe you’ve heard of the Ordonnance de Villers-Cotterêts? Signed in 1539, it was the first step towards the generalisation of the use of French. Amongst its articles about all aspects of justice, articles 110 and 111 obliged officials to use ‘the maternal French language and no other’, notably to enable people to better understand judgements. But French wasn’t that widespread in the kingdom of France: in the north, people spoke the ‘oïl ‘ language and in the south, ‘oc’.

The Académie Française (French Academy), still today the guardian of the purety of French, was set up in 1635. Its 40 members, the Immortals, are constantly updating their dictionary and fighting against the proliferation of Anglicisms and Americanisms.

La Commission d’enrichissement de la langue française (the Commission for the enrichment of the French language) was established in 1996 with a remit to make up new words, favouring French, in the fields of economics, justice, science and technology. The Commission has just authorised the term infox (information/intoxication) which means fake or false news and is proving preferable to the Anglo-Saxon expression ‘fake news’.

I see that the word ‘infox’ is already listed in the excellent Reverso on line dictionary. If you’re thinking of buying yourself a paper dictionary as a Christmas present, treat yourself to a monolingual French dictionary, so that you can try to understand the meaning of a word without an English translation: a very good exercise which will be worth the effort. The Larousse apparently can’t be beaten.

Further reading:

https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/10/29/pourquoi-ordinateur-et-pas-computer/

Your blogger is going to have a short end of year break. I wish you all a happy holiday season.

Publicités

MADAME LE PRÉSIDENT

novembre 7, 2014

Comment devrait-on s’adresser à la Socialiste Sandrine Mazetier quand elle préside l’Assemblée Nationale ?

Au début octobre, le député UMP Julien Aubert a continué à l’adresser comme Madame le Président (au lieu de Madame la Présidente), malgré un rappel de l’inacceptabilité de cette forme d’adresse. Le coupable s’est défendu en rappelant que l’Académie Française s’oppose à la féminisation des professions et a tranché en faveur du titre Madame le Président. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée, a déclaré que ce n’est pas l’Académie Française qui est responsable des règles de l’Assemblée et le provocateur Aubert a écopé d’une amende à hauteur de 1378 euros.

Ça ressemble à la polémique autour de la désignation de ‘chairperson’ en anglais. En France, certains métiers ont des versions masculines et féminines qui sont bien d’usage dans la langue courante : instituteur/institutrice, directeur/directrice, acteur/actrice, gérant/   gérante… Mais l’Académie Française s’oppose à la féminisation des titres professionnels.

Les arguments des académiciens (et académiciennes !) sont d’abord linguistiques : le masculin en français est l’équivalent du neutre, et ensuite politiques et sociologiques :  les femmes accèdent de plus en plus  à des positions de responsabilité et  il est important, pour l’égalité hommes/femmes, de ne pas marquer le genre du titulaire.

Il me semble que cette affaire n’est au fond qu’une tempête dans un verre d’eau. L’Assemblée Nationale n’a-t-elle pas d’autres chats à fouetter ?

 

HEMICYCLE 2

L’hémicycle de l’Assemblée Nationale

MADAME LE PRÉSIDENT

How should you address the Socialist Sandrine Mazetier when she’s chairing the National Assembly (Parliament)?

At the beginning of October, the UMP MP Julien Aubert kept on calling her Madame le Président (instead of  Madame la Présidente), despite being reminded that this form of address was unacceptable. The culprit defended himself by pointing out that the Académie Française is opposed to the feminisation of job titles and favours the title Madame le Président. Claude Bartolone, chairman of the Assembly, stated that the Académie Française isn’t in charge of the rules of the Assembly and the controversial Aubert got fined to the tune of 1378 euros.

This is like the controversy surrounding the designation ‘chairperson’ in English. In France, some professions have masculine and feminine versions which are in common usage: instituteur/institutrice (teacher), directeur/directrice (director), acteur/actrice (actor/actress), gérant/gérante (manager/manageress). But the Académie Française is opposed to the feminisation of professional titles.

The arguments of academy members (male and female!) are firstly linguistic: in French the masculine gender is equivalent to the neuter, and then political and sociological: women are gaining positions of responsibility more and more often and  it’s important, for gender equality, not to emphasise the gender of the incumbent.

It seems to me that this affair is basically nothing more than a storm  in a teacup. Hasn’t the National Assembly got other fish to fry?


ORTHOGRAPHE : LES ACCENTS EN FRANÇAIS

janvier 17, 2014

Contrairement à ce que pensent certains, les accents ne sont pas là pour embellir la page ! Ils sont apparus dans l’orthographe française pendant la Renaissance. Alors que, jusque-là, on écrivait les mots comme on les entendait, on a commencé à différencier les mots qui avaient plusieurs sens, par exemple ou et , du et dû.

L’accent aigu ne s’emploie que sur le ‘é’. Le son ressemble à l’anglais ‘ay’ de ‘say’, mais il est plus court et il ne faut pas glisser là-dessus.

Vous trouverez l’accent grave sur le ‘à’, le ‘è’ ou le ‘ù’. En générale, ça sert à différencier les homographes.

L’accent circonflexe peut s’attacher au ‘â’, au ‘ê’, au ‘î’, au ‘ô’ ou au ‘û’. Souvent ça indique la disparition d’un ‘s’ – une forêt, une enquête

La cédille se limite au ‘ç’ pour changer la consonne dure (comme ‘k’) en consonne douce (comme ‘s’) – le garçon, le glaçon. À noter que la cédille ne se place jamais avant un ‘e’ ou un ‘i’, parce que le ‘c’ se prononce toujours comme un ‘s’ devant ces voyelles.

Quand il y a deux voyelles l’une à côté de l’autre, le tréma indique que les deux voyelles doivent être prononcées – maïs, Noël, naïf, Citroën.

L’Académie Française déplore la tendance actuelle d’omettre les accents sur les majuscules, en observant que l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence peut ralentir la lecture et faire hésiter sur la prononciation.

Mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

accents 2

SPELLING : ACCENTS IN FRENCH

Contrary to what some people think, accents aren’t there to prettify the page! They first appeared in French spelling during the Renaissance. Whereas, until then, they used to write words as they sounded, people began to differentiate between words which had several meanings, for example ‘ou’ and ‘où’, ‘du’ and ‘dû’.

The acute accent is only used on ‘é’. It sounds like the English ‘ay’ as in ‘say’, but it’s shorter and you should avoid gliding on it.

You’ll find the grave accent on on à, è or ù. Generally this serves to distinguish between homographs.

The circumflex accent is used on ‘â’, ‘ê’, ‘î’, ‘‘ô’ or ‘û’. It can often indicate the disappearance of an s’ – une forêt, une enquête.

The cedilla only appears on the ‘ç’ in order to make the hard consonant (like ‘k’) into a soft consonant (like ‘s’) – le garçon, le glaçon. Note that there’s never a cedilla in front of an ‘e’ or an ‘i’, because ‘c’ always sounds like an ‘s’ in front of these vowels.

When there are two vowels next to each other, the ‘tréma’ (diaeresis) indicates that both vowels must be pronounced – maïs, Noël, naïf, Citroën.

The Académie Française deplores the current tendency to omit accents on capital letters, observing that the accent has full spelling value. Its absence can slow down reading and lead to hesitation in pronunciation.

My website: www.saliannefrenchfocus.com