COMMENT FAIRE DE LA PUB POUR UN CIMETIÈRE?

août 24, 2020

Comment s’y prendre pour faire de la publicité pour un cimetière? C’est le problème auquel ont dû se confronter les administrateurs du nouveau cimetière parisien qui a ouvert ses portes en 1804, aujourd’hui connu comme Père-Lachaise, le cimetière le plus visité du monde.

Le lieu de convalescence jésuite de 17 hectares, dont l’occupant le plus illustre était le confesseur de Louis XIV, François d’Aix de la Chaise, a été transformé en cimetière en 1804. Malgré les beaux jardins à l’anglaise, les Parisiens ont rechigné le nouveau site qu’ils jugeaient trop éloigné du centre de Paris dans un quartier réputé pour être populaire et pauvre.

Les administrateurs ont eu une idée futée pour une campagne publicitaire par laquelle ils ont transféré les restes de personnes célèbres, notamment Jean de la Fontaine et Molière, au nouveau cimetière, lui donnant ainsi un certain prestige.

Personne ne semble savoir exactement combien de personnes y ont été enterrées au cours des années, parmi les environ 5 000 arbres. Les estimations varient entre 300 000 et 1 000 000, dont le compositeur Frédéric Chopin, l’écrivain Marcel Proust, le poète et dramaturge Oscar Wilde, la chanteuse Édith Piaf et la star du rock Jim Morrison.

HOW WOULD YOU MARKET A CEMETERY?

How would you go about marketing a cemetery? This was the problem facing the administrators of the new Paris cemetery opened in 1804 which came to be known as Père-Lachaise and is now the most visited cemetery in the world.

The 17 hectare Jesuit convalescent home, whose most illustrious occupant was Louis XIV’s confessor, François d’Aix de la Chaise, was converted into a cemetery in 1804. Despite the beautifully landscaped gardens, Parisians turned up their noses at the new site which they thought was too far from the centre of Paris and in an area reputed to be working-class and poor.

The administrators came up with a clever marketing campaign whereby they transferred the remains of famous people, notably Jean de la Fontaine and Molière, to the new cemetery thus giving it a certain cachet.

Nobody seems to know exactly how many people have been buried there over the years amongst the 5000 or so trees. Estimates vary from 300,000 to 1,000,000, including composer Frédéric Chopin, author Marcel Proust, poet and playwright Oscar Wilde, singer Édith Piaf and rock star Jim Morrison.


LES AMÉRICAINS À LA RESCOUSSE

juillet 16, 2018

Si Louis XIV le voyait aujourd’hui, il se retournerait dans sa tombe. Le potager du roi, créé à Versailles par Jean-Baptiste de la Quintinie en 1683 à la demande du roi et classé monument historique depuis 1926, est tombé en désuétude.

Le jardin contient plus de 450 variétés d’arbres fruitiers, mais beaucoup des arbres sont morts ou malades: la production annuelle de pommes et de poires est tombée de 40 tonnes à 4-6 tonnes. Les murs s’effondrent et le système de drainage ne marche plus.

C’est une situation alarmante, mais voilà les Américains qui viennent à la rescousse. Les Amis du Potager du Roi ont déposé un dossier auprès du World Monuments Fund, une ONG basée à New York, qui apporte de l’aide technique et financière à des ‘sites menacés’ partout dans le monde. Miracle! Le Potager du Roi figure sur la liste 2018 des sites qui recevront le soutien de cette organisation philanthropique.

Le jardin est ouvert à la visite toute l’année, tout à fait séparé de votre billet d’entrée du palais de Versailles. www.potager-du-roi.fr

La cathédrale Notre Dame de Paris est aussi menacée par les marques du temps. Elle faisait l’objet d’un cri de ralliement dans le célèbre roman de Victor Hugo et aujourd’hui encore elle a terriblement besoin de bienfaiteurs. L’église catholique espère recevoir des fonds de l’autre côté de l’Atlantique avec l’enregistrement des Amis de Notre Dame de Paris aux États-Unis. Mais ça, c’est une autre histoire …

THE AMERICANS TO THE RESCUE

If Louis XIV were to see it today, he would turn in his grave. The king’s kitchen garden, created at Versailles by Jean-Baptiste de la Quinitinie in 1683 at the king’s request and classified as an historic monument since 1926, has fallen into disrepair.

The garden contains over 450 varieties of fruit tree, but many of the trees are dead or diseased: annual production of apples and pears has fallen from 40 tons to 4-6 tons. The walls are collapsing and the drainage system no longer works.

It’s an alarming situation but here come the Americans to the rescue. The Friends of the King’s Kitchen Garden applied to the World Monuments Fund, an NGO based in New York, which gives technical and financial aid to ‘threatened sites’ all around the world. A miracle! The King’s Kitchen Garden is on the 2018 list of sites which are due to receive the support of this philanthropic organisation.

The garden is open to the public all year round, completely separate from your entrance ticket to the Versailles palace. www.potager-du-roi.fr

Notre Dame cathedral in Paris is also in desperate need of restoration. It was the subject of a rallying call in Victor Hugo’s famous novel and today is still in dire need of benefactors. The catholic church is hoping to get funds from the other side of the Atlantic with the registration of the Friends of Notre Dame de Paris in the United States. But that’s another story …


LES CONSÉQUENCES INATTENDUES DE LA GUERRE

octobre 2, 2015

Les boîtes de munitions apportées en France par les militaires américaines au cours de la seconde guerre mondiale hébergeaient des colonies du champignon ceratocystis plantani, le chancre coloré. Aujourd’hui on est obligé d’abattre des milliers de platanes le long du Canal du Midi colonisés par le champignon.

Ce canal long de 250 km, un des plus célèbres au monde, relie l’Atlantique à la Méditerranée. Construit sur ordre de Louis XIV, les travaux ont commencé en 1667. Pendant les années 1830, quelque 42000 platanes ont été plantés pour renforcer les bords, réduire l’évaporation et donner de l’ombre à ses usagers.

Depuis 2006, les Voies Navigables de France (VNF) ont dû abattre plus de 13 850 d’arbres en dernier recours pour essayer de limiter la propagation du champignon. Entre août et novembre 2015, encore 2 200 de ces majestueux gardiens du canal seront abattus dans trente endroits différents.

On va replanter diverses espèces, comme le pin, le peuplier et le chêne. Un appel des VNF au public a provoqué une bonne réponse avec des dons de plus de 500 000 € pour soutenir ce travail.

Voir mon article au sujet du Canal de la Garonne dans l’archive du 14 mai 2013.

canal du midi

THE UNEXPECTED CONSEQUENCES OF WAR

The ammunition boxes brought to France by American troops during the second world war harboured colonies of the ceratocystis plantani fungus. Today we’re having to cut down thousands of plane trees along the Canal du Midi which have been infected by the fungus.

This 250 km long canal, one of the most famous in the world, links the Atlantic to the Mediterranean. Built at the behest of Louis XIV, work began in 1667. During the 1830s, some 42,000 plane trees were planted to strengthen the banks, reduce evaporation and provide shade for its users.

Since 2006, Voies Navigables de France (VNF) have had to cut down more than 13,850 trees as a last-ditch attempt to prevent the spread of the fungus. Between August and November 2015, a further 2,200 of these majestic guardians of the canal will be cut down in thirty different places.

Various species will be replanted, such as pine, poplar and oak. An appeal by the VNF to the public got a good response with over 500,000 euros raised to support this work.

See my article about the Canal de la Garonne in the archive dated 14 May 2013.


UN ATTENTAT À LA PUDEUR ?

juin 9, 2015

Un vagin géant en plein cœur du plus beau fleuron du patrimoine français. De la provocation ou de l’art ?

On avait quand même l’impression que les Français n’étaient pas facilement choqués, surtout pour ce qui est de questions sexuelles. Et pourtant, l’arrivée à Versailles de certaines oeuvres du sculpteur britannique Anish Kapoor dans les jardins d’un des monuments les plus chéris des Français semble provoquer une réaction bégueule, même un tollé général.

Qui c’est qui s’indigne ? Les amateurs de l’art, les familles qui se promènent le dimanche ou la fachosphère, un univers Internet, dédié à une vision droitiste? Peut-être tous les trois.

Qu’en auraient pensé Louis XIV ou Marie-Antoinette ? Je n’en sais rien, mais si la polémique vous chante, allez voir l’exposition qui s’ouvre au grand public à partir d’aujourd’hui.

vagin a versailles

INDECENT EXPOSURE ?

A giant vagina right in the middle of the jewel in the crown of French cultural heritage. Provocation or art?

One did have the impression that the French weren’t easily shocked, especially when it comes to matters sexual. And yet, the arrival at Versailles of certain works by British sculptor Anish Kapoor in the gardens of one of France’s most cherished monuments seems to be causing a prudish reaction, a general outcry even.

Who is it that’s up in arms? Art fans, families out for a walk on a Sunday or the ‘fachosphere’, an Internet universe dedicated to right-wing views. Perhaps all three of them.

What would Louis XIV or Marie Antoinette have thought? I’ve no idea, but if you’re attracted to controversy, go and see the exhibition which opens to the general public today.


LE SAVON DE MARSEILLE

octobre 27, 2014

Vous avez sans doute déjà vu et peut-être acheté un de ces grands cubes verts de savon pur ? Le savon de Marseille traditionnel est un savon végétal, fabriqué à partir de l’huile d’olive qui est abondante dans la région. La soude qui assure la saponification provient des cendres des plantes des milieux salins, surtout la salicorne.

Le premier savonnier dans la région est recensé en 1370. Dans les savons de Marseille traditionnels, une teneur en masse de 72% d’acide gras était garantie, donc on voit souvent ce chiffre gravé dans le savon. Même aujourd’hui, ce savon ne doit pas contenir plus de six ingrédients naturels.

Au 17e siècle, la cité Phocéenne était le centre de la fabrication française de savon, suivie de Salon-de-Provence et Toulon. En 1688, par l’édit de Colbert, Louis XIV a institutionnalisé le savon de Marseille : les règles imposées obligeaient les fabricants à n’utiliser que des huiles d’olive pures, proscrivant toute graisse animale. Je suppose qu’il n’y avait pas beaucoup de végétariens dans le Midi à cette époque, mais s’il y en avait, ils en auraient été ravis.

L’âge d’or du savon à Marseille était au début du 20e siècle avec 180 000 tonnes produites. L’arrivée de nouvelles matières grasses d’outre-mer et des détergents de synthèse pendant les années cinquante ont précipité son déclin, mais aujourd’hui encore ce savon a toujours une image positive qui symbolise le naturel, la simplicité et la propreté à l’ancienne.

 

savon de marseille

 

LE SAVON DE MARSEILLE

You’ve doubtless already seen and perhaps bought one of those large green cubes of pure soap ? The traditional ‘savon de Marseille’ is a vegetable soap, made from olive oil which is plentiful in the area. The soda which causes the saponification comes from the ashes of plants which grow in the salt marshes, in particular samphire.

The first soapmaker in the area was recorded in 1370. In the traditional Marseille soaps, a fatty acid content of 72% was guaranteed, so you often see this figure engraved in the soap. Even today, the soap must not contain more than six natural ingredients.

In the 17th century, the Phocaean City (Marseille) was the centre of French soap production,  followed by Salon-de-Provence and Toulon. In 1688, Colbert’s edict allowed Louis XIV to institutionalise the Marseille soap: the rules imposed obliged manufacturers to use only pure olive oils and forbade any animal fats. I don’t suppose there were many vegetarians in the south of France at that time, but if there were any, they’d have been delighted.

The golden age of the Marseille soap was at the beginning of the 20th century when 180,000 tons were produced. The arrival of new fats from overseas and of synthetic detergents during the fifties speeded up its decline, but the soap still has a positive image today, symbolising nature, simplicity and traditional cleanliness.