LE SPARADRAP DU CAPITAINE HADDOCK

Un petit tour d’Internet vous révélera un tas de références au sparadrap du Capitaine Haddock, surtout à propos d’hommes politiques français bien connus. Mais que veut dire ce dicton mystérieux? Peut-être seuls les Tintinophiles parmi vous seront à la page là-dessus.

C’est une référence à un personnage qui figure dans les BD d’Hergé, Les Aventures de Tintin. Le Capitaine Haddock a fait sa première apparition dans Le Crabe aux Pinces d’Or, mais c’est dans l’Affaire Tournesol que l’on trouve la scène mémorable où le Capitaine Haddock tente en vain de se débarrasser d’un pansement qui lui colle partout. Le marin bien-aimé devient rapidement de plus un plus énervé.

De nos jours, la phrase est appliquée à une affaire gênante qui refuse de se calmer. Emplois fictifs (Alain Juppé), l’affaire Bettencourt (Nicolas Sarkozy), la déchéance de nationalité (François Hollande), l’aéroport de Notre Dame des Landes (Jean-Marc Ayrault), TTIP (la commission Européenne) et j’en passe, des questions controversées qui attrapent comme un papier tue-mouche et semblent retourner pour l’éternité. Vous trouverez sans doute plusieurs exemples pareils dans votre propre pays.

Le caricaturiste belge Hergé, mort en 1983, (de son vrai nom Georges Remi – il a simplement inversé ses initiales) serait ravi de savoir que le gag du sparadrap a perduré jusqu’au XXIe siècle.

Pour regarder un extrait gratuit de la vidéo de l’Affaire Tournesol : http://www.ina.fr/video/VDD13011133

CAPTAIN HADDOCK’S ELASTOPLAST

A quick whizz round the Internet will produce a load of references to Captain Haddock’s elastoplast, especially concerning well-known French politicians. But what does this mysterious saying mean? Maybe only the Tintin lovers amongst you will be up to speed on it.

It’s a reference to a character who appears in the Hergé cartoons, The Adventures of Tintin. Captain Haddock made his debut in The Crab with the Golden Claws, but it’s in The Calculus Affair that you find the memorable scene where Captain Haddock tries in vain to get rid of an elastoplast which sticks all over him. The beloved sailor quickly gets more and more annoyed.

These days, the phrase is applied to an embarrassing affair that just won’t go away. Fictional posts (Alain Juppé), the Bettencourt affair (Nicolas Sarkozy), the loss of nationality issue (François Hollande), Notre Dame des Landes airport (Jean-Marc Ayrault), TTIP (the European Commission) and so on, controversial issues which stick like fly paper and seem to keep coming back forever. Doubtless you’ll find lots of similar examples in your own country.

The Belgian cartoonist Hergé, who died in 1983 (real name Georges Remi – he simply reversed his initials) would be delighted to know that the elastoplast gag has survived into the 21st century.

To see a free extract from the video of l’Affaire Tournesol:

http://www.ina.fr/video/VDD13011133

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :