APÉRO OU PETIT DÉJ AUX HEURES DE JOUR?

mars 25, 2019

La question du changement d’heure biannuel (c’est-à-dire heure d’été / heure d’hiver) date de Mathusalem. C’est une idée suggérée par Benjamin Franklin en 1784. L’esprit universel américain y voyait une façon efficace de réaliser de substantielles économies de bougies.

Cette mesure avait été adoptée en France au milieu de la première guerre mondiale en 1916 . En 1940, les nazis ont imposé ‘l’heure allemande’ à la zone occupée (ensuite abandonnée en 1945), mais la France libre au sud a gardé le décalage.

À la suite du choc pétrolier de 1973, le changement d’heure a été remis en place en France en 1976, essentiellement pour économiser l’énergie.

Mais maintenant c’est le moment de choisir. L’Union Européenne a décidé d’abolir le changement d’heure mais laquelle choisir: l’heure d’été ou l’heure d’hiver? On laisse la liberté aux pays de choisir, mais s’ils ne se concertent pas, surtout chez les pays frontaliers, on risque pas mal de confusion. Surtout au Royaume-Uni qui n’a pas l’intention d’abandonner le changement d’heure, mais avec le Brexit on pourrait voir un décalage entre l’Irlande du Nord et l’Irlande.

De toute façon, n’oubliez pas d’avancer vos montres samedi. J’espère que votre horloge biologique va se réajuster rapidement.

APERITIF OR BREAKFAST IN DAYLIGHT?

The question of the twice yearly time change (i.e. summer time / winter time) is as old as the hills. It’s an idea suggested by Benjamin Franklin in 1784. The American polymath saw it as an effective way of making substantial savings on candles.

The measure was adopted in France in the middle of the first world war in 1916. In 1940, the Nazis imposed ‘German time’ in the occupied zone (abandoned in 1945), but free France in the south maintained the time difference.

Following the oil crisis of 1973, the time change was reinstated in France in 1976, basically in order to save energy.

But now it’s time to make a choice. The European Union has decided to abolish the time change, but which time to choose: summer time or winter time? Countries are allowed to make up their own minds, but if they aren’t aligned, particularly border countries, there’s a risk of quite a bit of confusion. Particularly in the UK which doesn’t intend to abolish the time change, but with Brexit, we might see a time difference between Northern Ireland and Ireland.

In any event, don’t forget to put your clocks forward on Saturday. I hope your body clock will quickly readjust.

Publicités

UN NOUVEL ASPHALTE ÉCOLO: QUELQUE CHOSE À REDIRE?

février 18, 2019

Beaucoup de Parisiens se plaignent des nuisances sonores et c’est surtout le bruit de la circulation qui les énerve.

Le projet Cool&Low Noise Asphalt, soutenu financièrement par l’Union européenne, vient d’entrer en phase de test dans quelques rue parisiennes, choisies pour leur forte exposition au soleil et l’absence d’espaces verts.

Le matériau révolutionnaire a pour objectif de faire d’une pierre deux coups, ou même trois coups. Avant tout, on prévoit que l’asphalte va réduire les nuisances sonores. On espère faire chuter le bruit d’au moins 5 décibels. Mais l’asphalte écolo a deux avantages supplémentaires: il réduit la chaleur aux moments de canicule et, étant perméable, la pluie s’infiltre plus facilement, ce qui réduit le risque d’inondation.

Les sites des essais se trouvent dans la rue Frémicourt et la rue Lecourbe dans le XVème et dans la rue Courcelles dans le VIIIème. On a mis les nouveaux enrobés sur 200 mètres de route, accolés à 200 mètres tapissés de bitume classique, afin de faire une comparaison entre les deux matériaux.

Si l’expérience réussit, d’ici 2022 toutes les routes de la capitale française pourraient bénéficier de cette innovation. Moins de bruit égale moins de stress pour les citadins. C’est une solution gagnant-gagnant.

NEW ECOFRIENDLY ASPHALT: WHAT’S NOT TO LIKE?

A lot of Parisians complain of noise pollution and it’s predominantly traffic noise which drives them mad.

The Cool&Low Noise Asphalt project, which has financial support from the European Union, has just entered its test phase in a few Parisian streets, selected for their high exposure to sunlight and lack of green spaces.

The revolutionary material aims to kill two birds with one stone, or even three birds. First and foremost, it’s anticipated that the asphalt will reduce noise pollution. It’s hoped to obtain a reduction of at least 5 decibels. But the eco-friendly asphalt has two further advantages: it reduces heat when there’s a heatwave and, as it’s permeable, rain penetrates more easily, which reduces the flood risk.

The trial sites are in the rue Frémicourt and the rue Lecourbes in the fifteenth arrondissement and in the rue Courcelles in the eighth. The new coatings have been put on 200 meters of road, right next to 200 metres covered with classic asphalt, in order to make a comparison between the two materials.

If the experiment is a success, by 2022 all the French capital’s roads could benefit from this innovation. Less noise equals less stress for the town’s inhabitants. It’s a win-win situation.


LE RÉFÉRENDUM BRITANNIQUE

mai 30, 2016

Que pensent les Français du référendum sur l’adhésion de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne? Sont-ils déconcertés par l’euro-bashing de la presse écrite britannique? Mon petit doigt m’a dit qu’ils se moquent de toutes les rumeurs et exagérations qui dominent les canards du Royaume-Uni.

L’euroscepticisme de ces soi-disant journaux était si fort que, en 2005, le bureau londonien de la Commission européenne a créé un site web qui décode les fables et rétablit la vérité. Quelque 650 affabulations se sont dévoilées, y compris les célèbres bananes et concombres en courbe qui, en fait, n’ont pas été interdits, seulement classifiés. Les journalistes feraient bien d’étudier ce site avant d’affirmer n’importe quoi: http://blogs.ec.europa.eu/ECintheUK/euromyths-a-z-index/

Selon une étude menée par l’université d’Édimbourg, les Européens ne sont pas en faveur d’un Brexit. Pourtant, une majorité des Français, eux, souhaitent un référendum sur le maintien ou non de la France dans l’UE. Ils se sentent à l’écart comme l’enfant dans la cour de récré avec qui personne ne veut jouer, ou le joueur de foot qui n’a pas été sélectionné pour l’équipe? D’après le sondage, dans un tel référendum, le “oui” au maintien de la France l’emporterait. Entretemps, les Espagnols (81%) sont les plus passionnés de la présence des Britanniques dans l’UE, suivis par les Polonais (80%), les Irlandais (79%) et les Allemands (73%).

Si mes lecteurs français voudraient nous donner leur avis de ce cirque, ils sont toujours les bienvenus. Et vous citoyens britanniques qui habitent en France, allez-vous quand même voter?

 

THE BRITISH REFERENDUM

What do French people think of the referendum on Britain’s membership of the European Union? Are they disconcerted by the euro-bashing in the British print media? A little bird told me that they laugh about the rumours and exaggerations which fill the UK rags.

The euroscepticism of these so-called newspapers was so strong that, in 2005, the London office of the European commission created a website to banish myths and reestablish the truth. Some 650 fabrications are revealed, including the famous curved bananas and cucumbers which, in fact, weren’t banned, only classified. Journalists would do well to study this site before asserting all kinds of rubbish: http://blogs.ec.europa.eu/ECintheUK/euromyths-a-z-index/

According to a study carried out by Edinburgh University, Europeans are not in favour of a Brexit. However, a majority of French people are keen to have a referendum on whether or not France should remain in the EU. Do they feel left out like the child in the playground who nobody wants to play with or the footballer who’s not selected for the team? According to the poll, in such a referendum, the remain camp would win. Meanwhile, the Spanish (81%) are the most in favour of Britain staying in the EU, followed by the Polish (80%), the Irish (79%) and the Germans (73%).

If my French readers would like to give us their views on this circus, they’re always welcome. And British citizens living in France, are you still going to vote?