DISPARITION DES TRAINS DE NUIT

juillet 25, 2016

Si vous avez quelquefois rêvé de traverser la France en train de nuit mais vous n’avez pas encore réalisé ce projet, dépêchez-vous, car beaucoup des liaisons vont bientôt disparaître, à moins qu’un opérateur privé ne reprenne les lignes qui seront supprimées à partir d’octobre 2016.

Cette expérience unique vous permet de vous coucher à Paris et de vous réveiller, par exemple, dans le Midi. Mais ce mode de transport pas cher, économe en temps et écologique est devenu un boulet pour la SNCF et le gouvernement. Les trains nocturnes ne transportent que 3% des voyageurs mais représentent à eux seuls 25% des déficits des Intercités (trains nationaux hors TGV). Selon le secrétaire d’État aux transports, chaque billet vendu encourt plus de 100 euros de subvention publique et la fréquentation a baissé de 25% depuis 2011.

Le syndicat CFDT-Cheminots n’est pas content. Son secrétaire général adjoint Philippe Beaumont juge que “rien n’a été fait depuis des années pour améliorer le service et inciter les voyageurs à les prendre, donc automatiquement ils sont vides”.

Dans les voitures-couchettes (qu’on appelle aussi les sleepings, ce qui fait rigoler les Britanniques), on trouve un oreiller propre, un sac de couchage léger, une liseuse, une petite bouteille d’eau minérale, des boules-Quiès et des mouchoirs en papier. Tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour une bonne nuit de sommeil. Pour les voyageuses nerveuses, il y a des compartiments réservés aux femmes.

La liaison Paris-Nice continuera jusqu’en octobre 2017 et celle qui relie Paris à Hendaye/Tarbes jusqu’en juillet 2017. Mais les liaisons qui portaient autrefois des noms si romantiques comme la Vallée blanche ou la Palombe bleue etc. ne seront plus qu’un souvenir lointain. Si vous avez la nostalgie du bon vieux temps, écoutez la chanson de Petula Clark Dans le train de nuit: https://www.youtube.com/watch?v=qyIehLKgA7M

To book your night trip: http://www.voyages-sncf.com/services-train/intercites-services-nuit

DISAPPEARANCE OF THE NIGHT TRAINS

If you’ve sometimes dreamt of crossing France on the night train, but have never got round to it, get a move on, as many of the routes are soon going to disappear, unless a private operator picks up the lines which are due to be dropped from October 2016.

This unique experience allows you to go to bed in Paris and to wake up, for example, in the south of France. But this cheap, time-efficient and green method of transport has become a millstone round the neck of the SNCF and the government. Night trains only account for 3% of passengers, but they alone represent 25% of ‘Intercité’ losses (intercity trains apart from TGV). According to the Transport Minister, each ticket sold incurs more than 100 euros of public subsidy and passenger numbers have gone down 25% since 2011.

The CFDT rail workers union isn’t happy. Their assistant general secretary Philippe Beaumont considers that “nothing’s been done for years to improve the service and encourage passengers to use them, so of course they’re empty”.

In the sleeping-cars (also known as ‘sleepings’ which makes British people laugh), you get a clean pillow, a light sleeping-bag, a reading-light, a small bottle of mineral water, earplugs and paper hankies. For nervous female passengers, there are women-only compartments.

The Paris-Nice route will continue until October 2017 and the one which links Paris and Hendaye/Tarbes until July 2017. But the routes which in the past had such romantic names, like ‘the White Valley’ or ‘the Blue Dove’ will be only a distant memory. If you’re nostalgic for the good old days, listen to the Petula Clark song ‘On the night train’: https://www.youtube.com/watch?v=qyIehLKgA7M

To book your night trip: http://www.voyages-sncf.com/services-train/intercites-services-nuit


JE T’AIME – L’HISTOIRE DE LA CHANSON FRANÇAISE

mai 22, 2015

Depuis les cabarets des années trente jusqu’aux artistes contemporains, cette histoire abrégée de la chanson française diffusée récemment par la BBC va vous plonger dans un bain de nostalgie.

L’émission est racontée par la chanteuse anglaise Petula Clark qui chantait très souvent des chansons françaises y compris des chansons de Jacques Brel et de Serge Gainsbourg.

Quelle est la grande différence entre la chanson populaire anglaise et française ? Selon la plupart des personnes interviewées pendant le programme, c’est l’importance des paroles par rapport à la musique et l’émotion que les chanteurs y consacrent. Pour citer la phrase célèbre d’Édith Piaf : ‘Je veux faire pleurer les gens, même quand ils ne comprennent pas mes mots.’

Si vous avez raté l’émission, c’est disponible sur BBC iplayer jusqu’au 17 juin. À ne pas manquer !

Mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

chanson 2

I LOVE YOU – THE HISTORY OF FRENCH SONG

From the cabarets of the nineteen thirties to contemporary artists, this potted history of French song recently broadcast by the BBC will plunge you into nostalgia.

The programme is related by the English singer Petula Clark who often used to sing French songs including songs by Jacques Brel and Serge Gainsbourg.

What’s the big difference between English and French popular music? According to most of the interviewees during the programme, it’s the importance of the lyrics as opposed to the music and the emotion which the singers put into them. Édith Piaf famously said: ‘I want to make people cry, even if they don’t understand my words.’

If you missed the programme, it’s available on BBC iplayer until 17 June. Not to be missed!

My website : www.saliannefrenchfocus.com