À L’ORÉE D’UNE SOCIÉTÉ SANS LIQUIDE?

août 7, 2017

À Stockholm en Suède, impossible de payer pour un ticket de métro en espèces. Les détaillants ont légalement le droit de refuser les pièces et les billets de banque. Même les églises préfèrent recevoir des dons par carte bancaire ou smartphone. On prédit que, d’ici cinq ans, la Suède sera une société sans cash.

Par rapport à la Suède, la France prend du retard: près d’un paiement sur deux est encore réalisé en liquide. Pourtant les autorités ne sont pas portées sur le cash, comme en témoigne la fin des billets de 500 euros et l’interdiction depuis 2015 des transactions en liquide au-delà d’un montant de 1000 euros. C’est le fait que le cash est anonyme et intraçable qui a provoqué ces restrictions.

Les moyens de paiement dématérialisés se multiplient: paiements mobiles, sans contact et sur Internet. Ces types de dispositif sont plutôt pratiques pour les gens bien insérés. Mais pour les SDF qui n’ont ni de compte bancaire ni de smartphone, qui souvent font la manche dans la rue, la disparition du cash serait une catastrophe.

D’accord, les pièces déforment les poches de votre pantalon et glissent sous les coussins du canapé mais on y est quand même drôlement attaché. Jusqu’à présent, le chèque a résisté à la carte bancaire, peut-être le cash va résister encore quelques décennies au smartphone?

Qu’en pensez-vous? Vous vous accrochez au cash ou êtes-vous prêt à dire au revoir aux pièces de monnaie et aux billets de banque?

ON THE CUSP OF A CASHLESS SOCIETY?

In Stockholm in Sweden, it’s impossible to pay for an underground ticket in cash. Retailers are legallly allowed to refuse coins and bank notes. Even churches prefer to receive donations by card or smartphone. It’s predicted that, within five years, Sweden will be a cashless society.

Compared to Sweden, France is dragging its heels: almost one in two payments is still made in cash. However, the authorities aren’t keen on cash, as shown by the withdrawal of 500 euro notes and the 2015 ban on cash transactions over 1000 euros. It’s the fact that cash is anonymous and untraceable which has brought about these restrictions.

Cash-free payment methods are on the increase: mobile phone payments, contactless and on the Internet. These types of device are rather handy for people who are well set up. But for homeless people who haven’t got either a bank account or a smartphone, who are often begging in the street, the disappearance of cash would be a disaster.

OK, coins distort your trouser pocket and slide down the sofa cushions, but we’re still awfully attached to them. So far, the cheque has fought off the bank card, perhaps cash will stand up to the smartphone for a few more decades?

What do you think? Are you still clinging to cash or are you ready to say goodbye to coins and bank notes?