INTERDITS DE DÉCÉDER À DOMICILE

mai 29, 2017

Christophe Dietrich, maire sans étiquette de Laigneville dans l’Oise (4.247 habitants), vient de trouver une manière originale de rendre public le problème insupportable de la désertification médicale. C’est un phénomène national qui ne fait que se détériorer.

Afin de sensibiliser les gens au problème, il a promulgué un arrêté municipal qui interdit aux Laignevillois « de décéder à domicile sur le territoire de la commune ». Bien sûr c’est un canular, mais le maire a bien fait de mettre en avant l’absurdité de la situation.

Quand quelqu’un est décédé à domicile récemment, il a eu du mal à trouver un médecin pour faire constater le décès. Monsieur Dietrich a peur que « ce qu’il se passe pour les défunts est en train de préfigurer ce qu’il va se passer pour les vivants ». Les deux médecins de la ville partent en retraite à la fin de l’année et il ne trouve pas de remplaçant.

Il se trouve au pied du mur et on ne peut que partager ses sentiments de désespoir. Tout le monde se renvoie la balle et personne ne trouve une solution. Évidemment son arrêté ne sera pas rendu effectif, mais on espère qu’entretemps un généraliste aura pitié de Laigneville.

BANNED FROM DYING AT HOME

Christophe Dietrich, independent mayor of Laigneville in the Oise (4,247 inhabitants), has recently found an unusual way of publicising the intolerable problem of the shortage of doctors. It’s a national problem which is only getting worse.

In order to raise awareness of the problem, he has published a bylaw which forbids the people of Laigneville from “dying at home in the borough”. Of course it’s a spoof, but it was a good idea on the part of the mayor to highlight the absurdity of the situation.

When someone died at home recently, he had difficulty finding a doctor to register the death. Mr Dietrich is afraid that “what’s happening with the deceased is foreshadowing what’s going to happen with the living”. The town’s two doctors are retiring at the end of the year and he can’t find a replacement.

He’s got his back to the wall and you can only sympathise with his desperation. Everybody’s passing the buck and nobody’s finding a solution. Obviously his bylaw won’t come into effect, but it’s to be hoped that in the meantime a GP will take pity on Laigneville.

Publicités