VACANCES D’ÉTÉ TROP LONGUES?

septembre 2, 2019

Ouf! Finalement c’est la rentrée et les parents, les enseignants et même les enfants poussent un gros soupir de soulagement.

Chez les parents, le sentiment de soulagement est palpable. Après deux mois de vacances, les enfants s’ennuient ferme et tournent en rond dans la maison. Bien sûr tout le monde a besoin de se détendre et de se reposer, mais une pause de huit semaines est trop longue pour la plupart des familles. Si les parents travaillent, ils n’ont pas des congés aussi prolongés que les enfants et doivent s’arranger pour les faire garder. Beaucoup de jeunes des quartiers défavorisés n’ont pas la possibilité de partir en vacances et souvent leur entourage ne leur permet pas d’étudier à la maison.

Après une si longue pause, il est souvent difficile pour les enfants de retrouver leur rythme. Ils mettent au moins deux semaines pour se remettre dans le bain.

Mieux répartir les vacances durant l’année scolaire serait beaucoup plus équilibré. Raccourcir les vacances d’été et, pour compenser, envisager des semaines moins chargées pendant l’année scolaire aurait un effet bénéfique sur tout le monde.

Pour lire plus au sujet de la rentrée, voir dans l’archive : Fini les vacances du 01 septembre 2015, Le Jour J du 2 septembre 2014 et La rentrée du 30 août 2013.

SUMMER HOLIDAYS TOO LONG?

Phew! It’s back to school at last and parents, teachers and even children breathe a big sigh of relief.

As far as parents are concerned, the feeling of relief is palpable. After two months of holidays, the children are bored stiff and don’t know what to do with themselves. Of course everyone needs to relax and rest, but an eight-week break is too long for most families. If the parents are working, they don’t have as long holidays as the children and have to make arrangements for them to be looked after. Many young people in poor neighbourhoods don’t get the chance to go away on holiday and are often in a set-up that doesn’t enable them to study.

After such a long break, it’s often difficult for children to get back into their rhythm. They take at least two weeks to get back into the swing of things.

Spreading the holidays out over the school year would be much more balanced. Shortening the summer holidays and, to compensate, planning a less busy timetable during the school year would have a beneficial effect on everyone.

For further reading about ‘la rentrée’, see in the archive: ‘The end of the holidays’ (1 September 2015), ‘The big day’ (2 September 2014) and ‘Back to school’ (30 August 2013).

Publicités

LA BRADERIE DE LILLE

septembre 5, 2016

C’est la rentrée et chaque premier week-end de septembre la ville de Lille est l’endroit idéal pour les chineurs. La ville est en fête et le plus grand des marchés aux puces d’Europe attire 2,5 millions de visiteurs et dix mille exposants qui s’étendent sur 10 km2. Mais malheureusement cette année la braderie a été annulée pour des raisons de sécurité.

La braderie remonte au XIIe siècle: une ‘franche foire’ se tenait sur la place du marché. Des commerçants venus de l’extérieur étaient autorisés exceptionnellement à vendre leurs marchandises à Lille sans taxes. La foire s’est développée au cours des années: au XVIe siècle, les domestiques avaient la possibilité annuelle de vendre les objets usagés accumulés dans les greniers de leurs maîtres, les premiers ‘vide-greniers’.

L’événement a décliné quelque peu entre 1914 et 1960, mais aprés mai 1968, Lille est devenue une grande ville étudiante et avec le dynamisme des jeunes, la braderie est devenue plus festive et a regagné sa popularité.

La décision de Martine Aubry, maire de Lille, d’annuler la braderie a contrarié les antiquaires et brocanteurs qui gagnent leur vie à ces événements, les chineurs qui sont à l’affût de bonnes affaires et les badauds qui consomment des milliers de tonnes de moules frites et de litres de bière. Autrefois, la foire a parfois été annulée à cause des guerres et des pestes. En 2016 c’est la menace de terrorisme qui l’a détournée.

Des articles au sujet de la rentrée se trouvent dans l’archive:

Fini les vacances (01 septembre 2015)

Le jour J (02 septembre 2014)

La rentrée (30 août 2013)

THE LILLE STREET MARKET

It’s the end of the holidays and every first weekend of September, the town of Lille is the place to be for bargain-hunters. The town celebrates and Europe’s biggest flea market attracts 2.5 million visitors and 10,000 traders who spread over an area of 10 km2. But unfortunately this year the street market has been cancelled for security reasons.

The market dates from the twelfth century: a ‘free fair’ took place on the market square. On this occasion, traders from outside of the town were allowed to sell their wares in Lille without taxes. The fair developed over the years: in the sixteenth century, servants had the once a year chance to sell second-hand items which had accumulated in their masters’ attics: the first ‘attic sales’.

The event declined somewhat between 1914 and 1960, but after May 68, Lille became a big student town and with the young people’s dynamism, the street market became more festive and regained its popularity.

Maire of Lille Martine Aubry’s decision to cancel the fair has upset the antique sellers and dealers who make their living at these events, the bargain hunters who hunt for good deals and the onlookers who consume thousands of tons of mussels and chips and litres of beer. In the past, the fair was sometimes cancelled due to wars and plagues. In 2016, it’s the threat of terrorism which has hijacked it.

Articles about ‘la rentrée’ can be found in the archive:

Fini les vacances (01September 2015)

Le jour J (02 September 2014)

La rentrée (30 August 2013)


FINI LES VACANCES

septembre 1, 2015

Fini les vacances, fini les grasses matinées, c’est la rentrée!

Pour les familles, et surtout les familles nombreuses, c’est une période qui pousse à la dépense. Fourniture scolaire, sacoches, vêtements … du shopping sans fin.

Et ça signale une véritable guerre de prix dans les grandes surfaces françaises. Des campagnes de pub pour les articles de papeterie envahissent les écrans. Auchan a même décidé de vous rembourser deux fois la différence si vous trouvez le même article moins cher ailleurs. Un artifice de relations publiques sournois.

Pour ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois, l’ARS (l’allocation de rentrée scolaire) est une aubaine. Destinée à aider les parents à payer la rentrée de leurs enfants, on touche cette allocation (de 362,63 € à 395,90 € selon l’âge de l’enfant) sous condition de ressources chaque année à la fin du mois d’août.

Les parents d’enfants âgés de 6 à 18 ans, élèves ou apprentis dans l’enseignement public ou privé, sont éligibles. En 2014, environ 3 millions de familles ont bénéficié de ce versement.

Pour lire plus au sujet de la rentrée, voir mes articles Le Jour J du 2 septembre 2014 et La rentrée du 30 août 2013 .

rentree 3

THE HOLIDAYS ARE OVER

The holidays are over, no more lie-ins, it’s back to school !

For families, particularly large ones, it’s a time of heavy spending. School stationery, school bags, clothes … endless shopping.

And it’s the moment for a real price war in the supermarkets. Advertising campaigns for stationery are invading the TV screens. Auchan has even decided to refund you twice the difference if you find the same item cheaper elsewhere. A sneaky PR stunt.

For people on tight budgets, the ARS (Back to school benefit) is a godsend. Designed to help parents pay for their kids’ back-to-school expenses, this means-tested benefit (from 362,63 € to 395,90 € depending on the age of the child) is payable every year at the end of August.

Parents of children aged 6 to 18, students or apprentices in public or private schools, are eligible. In 2014, around 3 million families benefitted from this payment.

For more about ‘la rentrée’, see my articles Le Jour J dated 2 September 2014 and La rentrée dated 30 August 2013 .


LE JOUR J

septembre 2, 2014

Le jour J est arrivé. Des millions de familles françaises se réveillent avec la même pensée en tête : la rentrée.

Cette date magique engendre beaucoup de stress chez les parents comme chez les enfants. Même un ange n’aurait pas la patience de supporter tous ces préparatifs sans fin, la pub sans arrêt qui rend chaque article indispensable, les plaintes sans cesse des gosses qui ont l’impression d’être mal traités .

Après avoir passé une nuit blanche à craindre une panne d’oreiller, les mamans et parfois les papas aussi, doivent se reprendre en main afin de lever les enfants, préparer leur petit déj, rassembler toutes leurs affaires et assurer qu’ils arrivent à l’école à l’heure. Ils doivent savoir ne pas faire d’une mouche un éléphant quand des maux de ventre soudains menacent de ficher en l’air le programme si bien organisé la veille. Pour leur part, les enfants doivent reprendre les habitudes du trimestre oubliées pendant les grandes vacances et apprendre à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Et on n’a même pas parlé des profs.

Pour comble de malheur, il paraît qu’il y a un pic épidémique de poux de tête quelques jours avant la rentrée, grâce à des brassages de population dans les campings et les colonies de vacances. Encore quelque chose de quoi s’inquiéter. Courage ! Vous allez vite reprendre vos esprits et rétablir la routine. Haut les cœurs, il reste une année entière avant la prochaine rentrée.

Voir mon article La rentrée du 30 août 2013 : https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/08/30/

 

la rentree 

 

THE BIG DAY

The Big Day has arrived. Millions of French families are waking up with the same thought in their heads : back to school.

This magic date causes a lot of stress for parents and children alike. It’s enough to try the patience of a saint, having to put up with the endless build-up, the non-stop advertising which makes everything a must-have, the continual complaints of the kids who feel they’re being hard done by.

After a sleepless night worrying about oversleeping, mums and sometimes dads too have to get their act together in order to get the children up, get their breakfast ready, get all their stuff together and make sure they arrive at school on time. They have to know how to avoid making a mountain out of a molehill when sudden tummy-aches threaten to mess up the schedule which had been so carefully planned the day before. For their part, the children have to get back into the termtime routine forgotten during the summer holidays and learn to grin and bear it. And we haven’t even talked about the teachers.

To crown it all, it seems that there’s a head lice epidemic a few days before the return to school, thanks to populations mixing at campsites and summer camps. Something else to worry about. Good luck! You’ll soon pull yourself together and get back into the routine. Take heart, the next ‘rentrée’ is a year away.

See my article ‘La rentrée’ of 30 August 2013: https://saliannefrenchfocus.wordpress.com/2013/08/30/

My website: www.saliannefrenchfocus.com


LA RENTRÉE

août 30, 2013

La rentrée : un des mots les plus galvaudés de la langue française. En plus de la rentrée scolaire et la rentrée au travail, on parle maintenant des rentrées littéraires, politiques et du cinéma. Ces jours de fin d’août/début septembre, où on peut s’attendre à un retour « à la normale », sont presque devenus une saison elle-même, coincée entre l’été et l’automne.

On a parfois l’impression que, pendant tout le mois d’août, on se prépare pour cette fameuse rentrée. Pour les familles, munies de leur ARS*, c’est l’occasion de reprendre le rythme quotidien, accompagné de l’odeur du neuf. Car, au fond, la rentrée n’est souvent rien d’autre qu’un festival de consommation. Ça ne m’étonnerait pas de voir surgir des cartes de vœux de rentrée dans ma boite à lettres. Les médias regorgent de la pub pour les bonnes affaires de la rentrée et mêmes les sonals publicitaires changent. Nos présentateurs préférés reviennent tout bronzés de leurs vacances pour reprendre les rênes et la place qui leur revient.

Mais attention ! La rentrée n’a rien à voir avec Les Revenants, cette série télévisée qui a fait un malheur (une de ces expressions françaises completement contraires à l’intuition) sur Canal+ et qui a ensuite passionné les spectateurs de la Chaîne 4 britannique. Revenir d’entre les morts, c’est encore pire que la rentrée des grandes vacances !

*Allocation de Rentrée Scolaire, versée sous conditions de ressources aux familles ayant au moins un enfant scolarisé âgé de 6 à 18 ans pour les aider à financer la rentrée scolaire.

 

Français : Bus décoré pour la rentrée universi...

Bus décoré pour la rentrée universitaire (devant la faculté de droit de Strasbourg) (Photo credit: Wikipedia)

BACK TO SCHOOL

‘La rentrée’ (the return) : one of the most overused words in the French language. As well as the new school year and the return to work, we now talk about the literary ‘return’, the political ‘return’ and the ‘return’ of the cinema. These days at the end of August/early September, when you can expect to get back to ‘normal’, have almost become a season in their own right, jammed between summer and autumn.

You sometimes get the feeling that throughout the whole of August, people are preparing for this famous ‘return’. For families, armed with their ARS*, it’s the moment to take up the rhythm of daily life again, accompanied by the smell of the new. Because, in actual fact, the ‘return’ is often nothing more nor less than a consumer fest. It wouldn’t surprise me to see ‘rentrée’ greetings cards popping up in my letter box. The media is overflowing with adverts for good deals and even the jingles change. Our favourite presenters come back from holiday tanned and ready to take up the reins and resume their rightful places.

But beware ! The ‘return’ is nothing to do with ‘The Returned’, the smash hit TV series(‘faire un malheur’ – one of those completely counter-intuitive French expressions) on Canal+ which also found its devotees on the British Channel 4. Coming back from the dead, that’s even worse than coming back from your summer holiday!

*Allocation de Rentrée Scolaire, a means-tested benefit paid to families with at least one child of school age between 6 and 18 to help them with the expense of going back to school.