L’AFFAIRE DU SIÈCLE

février 9, 2021

Mercredi dernier, le tribunal administratif de Paris a jugé que l’État français n’a pas fait assez pour la lutte contre le réchauffement climatique. C’est une décision historique de ce qui est maintenant connu comme “l’affaire du siècle”.

C’est un groupe de quatre ONG qui a saisi le tribunal (Notre affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot et Oxfam France), soutenu par une pétition signée par plus de 2,3 millions de citoyens inquiets. Décidément, ils ne plaisantaient pas. La trajectoire fixée dans l’accord de Paris en 2015 n’a pas été suivie. L’État a été condamné à verser un euro symbolique aux associations.

Cependant, pour l’instant, il n’y a aucune obligation juridique à agir. Que va-t-il se passer alors? Encore de l’inaction? On dit que le gouvernement se trouve au pied du mur. La proposition de loi issue des mesures avancées par la Convention citoyenne sur le climat doit être présentée en conseil des ministres cette semaine.

« Je ne vois pas comment, aujourd’hui, le gouvernement pourrait rester les bras ballants », dit Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. « Ce serait une faute politique incompréhensible si Emmanuel Macron ne faisait rien suite à un tel jugement”. L’avenir le dira.

THE CASE OF THE CENTURY

Last Wednesday, the Paris administrative court ruled that the French state has not done enough in the fight against global warming. It’s an historic decision in what is now commonly known as “the case of the century”.

It was a group of 4 NGOs who took the matter to court (Notre affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot and Oxfam France), supported by a petition signed by over 2.3 million concerned citizens. They certainly meant business. The path determined in the Paris agreement of 2015 hasn’t been followed. The state was sentenced to pay a symbolic amount of one euro to the organisations.

However, for the time being, there’s no legal obligation to do anything about it. What’s going to happen then? More inaction? It’s said that the government has its back to the wall. The bill which was the result of the proposals put forward by the Citizens convention on the climate is due to be presented to the council of ministers this week.

I can’t see how, today, the government could just do nothing” says Jean-François Julliard, the head of Greenpeace France. “It would be an incomprehensible political mistake if Emmanuel Macron were to do nothing following such a judgement”. Time will tell.


COUVRE-FEU À PARIS ET DANS HUIT MÉTROPOLES

octobre 19, 2020

Que pensez-vous du couvre-feu imposé par Emmanuel Macron en Île de France et et dans les villes de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Étienne? Le couvre-feu est entré en vigueur samedi pour contrer l’accélération de l’épidémie de coronavirus.

Près de 20 millions de Français sont concernés. Le couvre-feu entre 21h et 6h sera appliqué pour au moins quatre semaines et sera peut-être prolongé de deux semaines jusqu’au début de décembre. Tous les bars, restaurants, cinémas, théâtres etc. doivent fermer à 21h. Les transports en commun continuent de fonctionner et les déplacements entre régions pendant les vacances d’octobre sont permis. La règle des six dans les milieux publics et privés est recommandée mais n’a pas de cadre juridiquement contraignant.

D’où vient le mot couvre-feu? Les couvre-feux puisent leur origine au Moyen Âge quand l’usage était d’éteindre le feu avant de se coucher. Le couvre-feu était en fait un ustensile en terre cuite ou fer pour couvrir le feu et idéalement le conserver, en évitant un incendie dans une maison en bois pendant la nuit. L’expression sonner le couvre-feu signifiait une cloche qui sonnait pour signifier le moment de couvrir le feu.

Couvre-feu est un de ces noms composés où on se demande toujours comment l’épeler au pluriel. Couvre-feux est correct. Pour une bonne explication des pluriels des noms composés: https://www.lawlessfrench.com/grammar/compound-noun-plurals/

Pour ceux qui aiment écouter du français, je vous recommande cet extrait de RFI (Radio France International):

https://savoirs.rfi.fr/fr/apprendre-enseigner/langue-francaise/couvre-feu

Si vous préférez lire, essayez: https://www.caminteresse.fr/histoire/le-couvre-feu-une-tradition-heritee-du-moyen-age-11149849/

CURFEW IN PARIS AND EIGHT BIG CITIES

What do you think of the curfew imposed by Emmanuel Macron on Île de France and Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse and Saint-Étienne? The curfew came into force on Saturday in an attempt to slow the spread of the coronavirus epidemic.

Around 20 million French people are affected. The curfew between 9pm and 6am will be in place for at least four weeks and may be extended for a further two weeks until the beginning of December. All bars, restaurants, cinemas, theatres etc. must close at 9pm. Public transport is still available and inter-region travel over the half-term holiday is permitted. The rule of six in both public and private spheres is recommended but is not legally enforceable.

Where does the word ‘curfew’ come from? Curfews originated in the Middle Ages when it was customary to put out the fire before going to bed. The curfew was in fact a copper utensil made of terra cotta or iron used to cover the fire and ideally keep it going whilst avoiding a fire in a wooden house during the night. The expression ‘sonner le couvre-feu’ referred to a bell which was rung to signify that it was time to cover the fire.

Couvre-feu is’ one of those compound nouns where you’re always wondering how to spell the plural. ‘Couvre-feux’ is correct. For a good explanation of compound noun plurals, see https://www.lawlessfrench.com/grammar/compound-noun-plurals/

For people who like listening to French, I recommend this extract from RFI (Radio France International):

https://savoirs.rfi.fr/fr/apprendre-enseigner/langue-francaise/couvre-feu

If you prefer to read, try https://www.caminteresse.fr/histoire/le-couvre-feu-une-tradition-heritee-du-moyen-age-11149849/


L’INSTRUCTION À DOMICILE MENACÉE

octobre 12, 2020

Emmanuel Macron vient d’annoncer que l’école deviendra obligatoire dès l’âge de trois ans à partir de la rentrée 2021 (sauf impératifs de santé). L’Allemagne est le seul pays en Europe qui interdit l’instruction à domicile (une loi du régime de Weimar en 1938 qui n’a jamais été abrogée).

Dans le but de sévir durement contre le radicalisme islamiste, Macron vise à fermer définitivement les écoles clandestines, à cause de leur endoctrinement indésirable. N’oublions pas que l’éducation en France est laïque.

Les familles qui ne jurent que par l’instruction en famille ont fait un choix conscient d’assumer elles-mêmes la responsabilité de l’éducation de leurs enfants. Le nombre d’enfants déclarés en instruction à domicile est en hausse en France: 50 000 élèves (0,5% du total des élèves français). Depuis le confinement, de plus en plus de familles se sont ralliées aux avantages de cette idée.

Selon Les enfants d’abord, une association de familles pratiquant l’instruction à la maison, l’école obligatoire est une fausse solution et une atteinte aux libertés fondamentales. À leur avis, Monsieur Macron se trompe de cible dans sa lutte contre la radicalisation. Leurs membres sont prêts à en découdre pour sauver le droit à l’instruction à domicile. Entretemps, plusieurs familles britanniques actuellement résidentes en France seront obligées de retourner au Royaume-Uni s’ils veulent continuer à instruire leurs enfants à la maison.

HOME SCHOOLING UNDER THREAT

Emmanuel Macron has just announced that school will be compulsory from the age of three from September 2021 (except in cases of ill health). Germany is the only country in Europe which prohibits home schooling (a law made by the Weimar regime in 1938 which has never been rescinded).

With the aim of clamping down on islamist radicalism, Macron is intending to shut down illegal schools because of their undesirable indoctrination. Don’t let’s forget that education is secular in France.

Families who swear by home schooling have made a conscious choice to take on the responsibility of their own children’s education. The number of children known to be in home education is on the increase in France: 50 000 pupils (0.5% of the total of French pupils). Since lockdown, more and more families have come round to the advantages of this idea.

According to “Children First”, an association of families engaged in home education, compulsory schooling is a false solution and an attack on fundamental liberties. In their view, Mr Macron has got the wrong target in his fight against radicalisation. Their members are ready to do battle to save the right to home education. Meanwhile, several British families currently living in France will be forced to return to the UK if they want to continue to teach their children at home.


LE SPARADRAP DU CAPITAINE HADDOCK REVISITÉ

avril 24, 2020

C’est l’article le plus populaire de mon blog depuis son début en 2012. Je me demande pourquoi? Est-ce simplement le titre qui vous intrigue ou est-ce qu’il y a un tas de passionnés de Tintin parmi mes lecteurs? J’en sais rien. En voici une version actualisée.

Un petit tour d’Internet vous révélera des références au sparadrap du Capitaine Haddock, surtout à propos d’hommes politiques français bien connus. Mais que veut dire ce dicton mystérieux? Peut-être seuls les Tintinophiles parmi vous seront à la page là-dessus.

C’est une référence à un personnage qui figure dans les BD d’Hergé, Les Aventures de Tintin. Le Capitaine Haddock a fait sa première apparition dans Le Crabe aux Pinces d’Or, mais c’est dans l’Affaire Tournesol que l’on trouve la scène mémorable où le Capitaine Haddock tente en vain de se débarrasser d’un pansement qui lui colle partout. Le marin bien-aimé devient rapidement de plus un plus énervé.

De nos jours, la phrase est appliquée à une affaire gênante qui refuse de se calmer. Dans Le Figaro International du 2 avril 2020, on trouve le titre Municipales: comme le sparadrap du Capitaine Haddock. Ça concerne le dilemme d’Emmanuel Macron devant le report du deuxième tour des élections municipales à une date encore inconnue, à cause du Coronavirus. Il y a plein de questions controversées qui attrapent comme un papier tue-mouche et qui semblent retourner pour l’éternité.

Le caricaturiste belge Hergé, mort en 1983, (de son vrai nom Georges Remi – il a simplement inversé ses initiales) serait ravi de savoir que le gag du sparadrap a perduré jusqu’au XXIe siècle.

Pour regarder une vidéo de l’Affaire Tournesol : https://www.youtube.com/watch?v=nYNY743JI8I

CAPTAIN HADDOCK’S ELASTOPLAST REVISITED

It’s my blog’s most popular article since I started writing it in 2012. I wonder why? Is it simply the title which intrigues you or is it that there are loads of Tintin fans amongst my readers? I haven’t a clue. Here’s an updated version.

A quick whizz round the Internet will produce references to Captain Haddock’s elastoplast, especially concerning well-known French politicians. But what does this mysterious saying mean? Maybe only the Tintin lovers amongst you will be up to speed on it.

It’s a reference to a character who appears in the Hergé cartoons, The Adventures of Tintin. Captain Haddock made his debut in The Crab with the Golden Claws, but it’s in The Calculus Affair that you find the memorable scene where Captain Haddock tries in vain to get rid of an elastoplast which sticks all over him. The popular sailor quickly gets more and more annoyed.

These days, the phrase is applied to an embarassing affair which refuses to go away. In the Figaro International of 2 April 2020, there’s a headline “Municipales: comme le sparadrap du Capitaine Haddock”. This refers to Emmanuel Macron’s dilemma over the postponement of the second round of the municipal elections to an as yet unknown date due to the Coronavirus. There are plenty of controversial subjects which stick like fly paper and seem to come back haunt you.

The Belgian cartoonist Hergé, who died in 1983 (real name Georges Remi – he simply reversed his initials) would be delighted to know that the elastoplast gag has survived into the 21st century.

To see a video of l’Affaire Tournesol: https://www.youtube.com/watch?v=nYNY743JI8I


ON M’EMPÊCHE DE PROTÉGER MA POPULATION

novembre 11, 2019

Jusqu’où s’étendent les pouvoirs d’un élu local? Un maire a-t-il le droit d’interdire les pesticides afin de protéger ses villageois de l’exposition aux produits toxiques? Il paraît que non.

Un arrêté municipal récent du maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff, a été annulé par le tribunal administratif de Rennes. L’arrêté a imposé une distance d’éloignement de 150 mètres entre les zones d’habitation et l’épandage de pesticides.

L’État est en train de proposer de mettre en place une distance de 5-10 mètres. Monsieur Cueff trouve ça insuffisant et inutile. Il a poussé un coup de gueule en brandissant un bidon vide de 5 litres de fongicide. Même sur le bidon du produit, c’était indiqué de ne pas retourner au champ pendant 48 heures après la pulvérisation.

Une centaine de maires dans d’autres régions de la France (dont Paris et Lille) ont suivi son exemple et plusieurs se sont déplacés pour le soutenir au tribunal. Cependant le tribunal a jugé qu’un maire ne détient pas le pouvoir de police sanitaire. Ce pouvoir est réservé à l’État. Le rapporteur public a rappelé la différence entre légalité et légitimité.

La petite commune de 600 personnes accueille 14 agriculteurs. Monsieur Cueff souligne qu’il n’accuse pas les agriculteurs, mais les produits. Emmanuel Macron prétend soutenir dans ses intentions le maire breton, donc on attend la suite. Les conséquences pour les riverains restent à découvrir.

YOU WON’T LET ME PROTECT MY POPULATION

How far do the powers of a local representative extend? Does a mayor have the right to ban pesticides in order to protect his villagers from exposure to toxic products? Apparently not.

A recent municipal bye-law introduced by the mayor of Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff, was quashed by the Rennes administrative court. The bye-law imposed a distance of 150 metres between residential areas and the application of pesticides. The state is currently proposing the instigation of a 5-10 metre exclusion zone. Mr Cueff thinks this is insufficient and useless. He had a rant whilst brandishing an empty 5 litre container of fungicide. Even on the product’s container, there was a warning not to return to the field for 48 hours after spraying.

Around a hundred mayors in other parts of France (including Paris and Lille) have followed his example and many of them made the journey to support him at the court. However, the court ruled that the mayor doesn’t have the power to police sanitary matters. This power belongs solely to the state. The ‘public rapporteur’ pointed out the difference between legality and legitimacy.

The little ‘commune’ with 600 residents has 14 farmers. Mr Cueff emphasised that he’s not accusing the farmers, but the products. Emmanuel Macron claims to support the Breton mayor’s intentions, so we await developments. The consequences for the locals remain to be seen.