EXPRESSIONS DE FOOT

juillet 2, 2018

C’est le moment de la coupe du monde et les amateurs de foot français ont un vocabulaire qui leur est propre avec plein d’expressions colorées. En voici quelques-unes pour vous permettre de parsemer vos conversations foot de quelques pépites.

Quand l’arbitre omet de siffler une faute qui vous paraît évidente, on s’exclame: Il a avalé son sifflet. Si quelqu’un reçoit un carton, on dit que l’arbitre a sorti une biscotte.

Faire trembler les filets veut dire qu’on a marqué un but. On prend une valise quand une équipe subit une lourde défaite: aller-retour aux vestiaires!

Les remplaçants cirent le banc ou font banquette. Un surnom amusant pour les réservistes: les coiffeurs. Cela a ses origines dans la coupe du monde de 1958 où les remplaçants étaient obligés de couper les cheveux des titulaires.

Après leur défaite stupéfiante de l’Argentine, espérons que les Bleus vont continuer à mouiller le maillot, c’est-à-dire qu’ils vont faire un grand effort et transpirer beaucoup! Vas-y Mbappé, fonce!

FOOTBALL EXPRESSIONS

It’s World Cup time and French football fans have a vocabulary all their own with loads of colourful expressions. Here are a few to allow you to sprinkle your football conversations with a few nuggets.

When the referee omits to blow his whistle for a foul which seems obvious to you, people say “He’s swallowed his whistle”. If someone is given a card, you say that the referee has got his rusk out.

To make the nets tremble” means to score a goal. You “take your suitcase” when a team suffers a heavy defeat: a speedy return to the locker room!

The subs “wax the bench” or “make the back seat”. An amusing nickname for the subs: the hairdressers. This has its origins in the 1958 World Cup when the subs had to cut the team players’ hair.

After their stunning defeat of Argentina, let’s hope that the Blues will at least “wet their shirts”, i.e. they’ll make a big effort and sweat a lot! Go for it, Mbappé!

Publicités

MERCI PATRON

juillet 1, 2014

Pour beaucoup de supporteurs des Bleus, le coup d’envoi à 18 heures hier soir, à un moment où des milliers étaient encore au boulot ou dans les transports pour rentrer chez eux, a posé un problème.

Mais quelques patrons français se sont montrés compréhensifs. Certaines entreprises se sont organisées avec des fermetures anticipées. D’autres ont installé des écrans de télévision dans les bureaux pour assurer que personne ne raterait le grand match. Aucun rendez-vous professionnel après 17h, le créneau de 18h à 20h barré dans l’agenda de la journée. Une aubaine pour les salariés assidus, comme un peu de beurre dans les épinards.

Les pauvres supporteurs des Bleus qui savaient d’avance qu’ils seraient obligés de rester au taf et n’auraient pas l’occasion de regarder le match se sentaient vexés par cette exclusion et ne se privaient pas de s’en plaindre sur les réseaux sociaux.

Et le résultat ? Vous n’avez pas pu le rater. La France a gagné 2-0 contre la Nigeria et va rejouer dans les quarts de finale vendredi soir contre l’Allemagne. Encore une occasion pour remercier le patron.

 

les bleus 1

 

THANKS BOSS !

For many supporters of the Blues, the six o’clock kick-off yesterday evening, at a time when thousands were still at work or on the way home, was a problem.

But some French bosses showed themselves to be understanding. Some firms organised early closures. Others installed TV screens in the offices to ensure that no-one would miss the big match. No professional appointments after 5 pm, the 6-8 pm slot blocked off in the day’s diary. A godsend for hardworking employees, like an extra bonus.

The poor supporters of the French team who knew in advance that they had to stay at work and wouldn’t have the chance to watch the match felt peeved at being left out and didn’t hesitate to complain about it on social media.

And the result? You can’t have missed it. France won 2-0 against Nigeria and will play again in the quarter-finals on Friday evening against Germany. Another chance to thank the boss.

 

 


LA PÉTANQUE AU BRÉSIL

mars 7, 2014

Les organisateurs de la Coupe du Monde 2014 doivent revoir leurs copies en ce qui concerne les équipements sportifs qu’ils mettent à la disposition de l’équipe française.

Lors d’une visite de l’encadrement français à l’Hôtel JP à Ribeirao Preto, qui va héberger les bleus pendant le grand festival du foot, il a éclaté au grand jour que les Français n’étaient pas satisfaits. Il leur manquait quelque chose qu’ils tenaient vraiment à cœur.

L’hôtel est déjà doté de trois piscines, de plusieurs courts de tennis et d’un terrain de beach-volley. Installer un terrain de pétanque, ce n’est pas la mer à boire et heureusement ce besoin supplémentaire n’est pas hors de prix. Mais les Brésiliens sont quand même mystifiés car la pétanque ne se joue pas au Brésil. Cependant ils sont bien d’accord pour bricoler quelque chose, même si les plaisirs du jeu leur restent inconnus.

En plus des matchs de football les plus importants de leur vie, les bleus auront un deuxième défi : convertir leurs hôtes à ce moyen typiquement français de se détendre. Même si la pétanque n’est pas encore le truc des Latino-Américains, vaille que vaille, les Français qui auront envie de jouer ne seront pas déçus.

Des nouveautés sur mon site Internet http://www.saliannefrenchfocus.com

Mes Héros et Dans la Maison : deux nouvelles critiques de film, écrites par Mary, une lectrice

petanque_1

PÉTANQUE IN BRAZIL

The organisers of the 2014 World Cup are having to go back to the drawing board as far as the sporting facilities they’re making available to the French team are concerned.

When French management visited the Hotel JP in Riberiao Preto, where the blues will be staying during the big football festival, it was plain for all to see that the French weren’t satisfied. They were missing something which was close to their hearts.

The hotel is already equipped with three swimming pools, several tennis courts and a beach volleyball court. Installing a pétanque pitch is no big deal and luckily this extra requirement is not outrageously expensive. But the Brazilians are nonetheless mystified as pétanque is not played in Brazil. However, they’re quite happy to cobble something together, even if they’re not familiar with the pleasures of the game.

As well as the most important football matches of their lives, the ‘blues’ will face a second challenge: converting their hosts to this typically French way of chilling out. Even if pétanque is not yet Latin Americans’ ‘thing’, come what may, the French players who fancy a game won’t be disappointed.

New on my website http://www.saliannefrenchfocus.com 

Mes Héros and  Dans la Maison – two new film reviews written by a reader, Mary.