LA RÉSERVE CITOYENNE

avril 25, 2016

Au lendemain des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, le gouvernement français a eu l’idée de convoquer des bénévoles pour intervenir dans les écoles. Ils parleraient surtout de citoyenneté et des valeurs de la République, mais aussi de thèmes variés comme monde professionel, actualité et médias, histoire et mémoire, arts et culture, droit, santé, international et environnement. Le projet a été lancé en mai 2015.

Les cyniques protestaient que cette sorte de dispositif était déjà en place dans de nombreuses écoles comme par exemple des représentants de la police qui viennent sensibiliser les jeunes aux problèmes de la drogue etc. et que, en fait, on essayait de gérer la pénurie d’enseignants en faisant recours à des bénévoles.

Quels que soient les motifs du ministère de l’Éducation, la réserve citoyenne est une bonne idée qui semble avoir tourné ma, au moins dans certains cas L’écrivain Karine Miermont, une des 5000 bénévoles inscrits au projet, écrit dans un article de Libération, que l’initiative est une mascarade. Avec la dizaine d’autres réservistes qu’elle connaît à Paris, elle n’a jamais été appelé à se présenter dans une école. Elle accuse la réserve citoyenne de n’être que de l’affichage.

Si la réserve citoyenne sera couronnée de succès, l’avenir le dira. Qu’en pensez-vous?

THE CITIZEN RESERVE

Immediately after the January 2015 attacks on Charlie Hebdo and the Kosher Supermarket, the French government came up with the idea of inviting volunteers to give talks in schools. They would talk particularly about citizenship and the values of the Republic, but also on various topics such as the professional world, current affairs and media, history and memory, arts and culture, law, health, international and environment. The project was launched in May 2015.

Cynics protested that this sort of provision was already in place in numerous schools, like for example police representatives who come to raise awareness amongst young people of the danger of drugs etc., and that, actually, it was an attempt to deal with the shortage of teachers by resorting to volunteers.

Whatever the motives of the Ministry of Education, the citizen reserve is a good idea which, at least in certain cases, seems to have gone wrong. The writer Karine Miermont, one of the 5000 volunteers enrolled in the project, writes in an article in ‘Libération’ that the initiative is a farce. Along with the ten or so other reservists who she knows in Paris, she’s never been called on to show up at a school. She accuses the citizen reserve of being just for show.

Whether the citizen reserve will be a big success, only time will tell. What do you think?

Publicités

CHARLIE COURT TOUJOURS

janvier 11, 2016

Un an après le massacre à Charlie Hebdo, le journal a sorti un numéro spécial de 32 pages, tiré à un million d’exemplaires. Ce numéro commémoratif a fait un tabac, et non seulement en France, car des dixaines de milliers d’exemplaires ont été expédiés à l’étranger. Pour faire face à la demande, le journal a eu droit à un nouveau tirage pour réapprovisionner les kiosques.

Le canard, bourré d’humour satirique, comprend, entre autres, l’histoire des événements du 7 janvier 2015 rapportée par les survivants, une édito du caricaturiste Riss, blessé lors de l’attaque maintenant directeur de Charlie, une parodie des trophées reçus pour leur défense de la liberté d’expression, une BD hilarante Comment je l’explique à mon enfant, des dessins des victimes disparus (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré) et des messages de soutien de personnalités.

Le journal, aujourd’hui bunkerisé dans de nouveaux locaux ultra-sécurisés à une adresse secrète continue de promouvoir un monde laïc et de défendre le droit de déconner à propos de n’importe quel sujet. Un journal qui faisait des petits dessins comme le décrit Riss est devenu un bastion de la liberté et de la laïcité. La une du numéro spécial montre un dieu taché de sang, un kalachnikov sur le dos, avec les mots Un an après, l’assassin court toujours.

Malgré les événements du 13 novembre à Paris et le chaos à Cologne le soir de la Saint Sylvestre, Charlie, lui, court toujours, sa tendance provocatrice et ses principes athées et libres-penseurs intacts. Un numéro à ne pas manquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHARLIE’S STILL UP AND RUNNING

One year after the Charlie Hebdo massacre, the paper has brought out a special 32-page edition, with a print-run of a million copies. This commemorative issue has been a big success, and not only in France, as tens of thousands of copies have been sent abroad. To cope with demand, the paper has had to print more copies to replenish stocks in the kiosks.

The paper, which is jam-packed with satirical humour, contains, amongst other things, an account of the events of 7 January 2015 by the survivors, an editorial by the cartoonist Riss who was injured in the attack and is now the director of Charlie, a spoof on the awards received for their defence of freedom of expression, a hilarious strip cartoon ‘How to explain to my child’, cartoons by dead victims (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré) and messages of support from celebrities.

The paper, now ‘bunkerised’ in new ultra-secure premises at a secret address, continues to promote a secular world and to defend the right to make fun of any subject. ‘A paper with little cartoons’ as Riss describes it, has become a stronghold of freedom and secularism. The front page of the special edition shows a blood-stained god, a kalachnikov on his back, with the words ‘One year on, the assassin is still on the loose’.

Despite the events of 13 November in Paris and the mayhem in Cologne on New Year’s Eve, Charlie, its provocative streak and atheist and free-thinking principles intact, is still around. A must-read edition.


TROISIÈME ANNIVERSAIRE DE SALIANNE FRENCH FOCUS

septembre 29, 2015

Salut! J’écris aujourd’hui mon trois-centième article pour saliannefrenchfocus, quelques jours après le troisième anniversaire du blog.

Mon premier article, publié le 26 septembre 2012, était au sujet de Charlie Hebdo, accusé d’avoir mis de l’huile sur le feu avec ses caricatures controversées. Ils ont sorti un numéro ‘responsable’ avec des pages blanches et une édition ‘irresponsable’ avec les articles et les dessins satiriques traditionnels. Début septembre 2015, l’hebdo est toujours au premier plan de l’actualité. Le dilemme des migrants vu par Coco était récemment à la une. Bon à savoir que l’hebdo n’a pas été intimidé par les événements de janvier 2015.

Si parfois il vous arrive de vouloir retrouver un vieil article mais vous ne le trouvez pas dans l’archive (j’avoue que c’est surtout difficile sous la rubrique Actualité), envoyez un mail à savoir-faire@phonecoop.coop et je vous enverrai une liste de tous les articles avec un court résumé de chacun.

À tous mes lecteurs et lectrices, fidèles, occasionnels ou nouveaux, je souhaite bonne lecture.

le dilemme des migrants

THIRD ANNIVERSARY OF SALIANNE FRENCH FOCUS

Hi there ! Today I’m writing my three hundredth article for saliannefrenchfocus, a few days after the third anniversary of the blog.

My first article, published on 26 September 2012, was about Charlie Hebdo, accused of pouring oil on the fire with its controversial cartoons. They brought out a ‘responsible’ edition with blank pages and an ‘irresponsible’ edition with the traditional satirical articles and drawings. Early in September 2015, the weekly is still in the forefront of the news. The migrants’ dilemma as seen by Coco was recently on the front page. Good to know that the magazine hasn’t been intimidated by the events of January 2015.

If it sometimes happens that you are trying to find an old article but you can’t spot it in the archive (I admit this is particularly difficult in the ‘Actualité’ section), send an email to savoir-faire@phonecoop.coop and I will send you a list of all the articles with a brief summary of each one.

I wish all my readers, regular, occasional or new, happy reading.


QUEL AVENIR POUR CHARLIE?

mars 24, 2015

Soyez honnête : aviez-vous déjà entendu parler de Charlie Hebdo avant le 7 janvier ? Curieusement, l’hebdo satirique était le sujet de mon tout premier article de blog le 26 septembre 2012, quand Charlie tenait les manchettes à cause de ses caricatures controversées. (voir archive)

Désormais mondialement connus, les onze salariés de la rédaction décimée demandent que tous les collaborateurs deviennent actionnaires du journal à parts égales. Prime de risque peut-être. L’hebdo qui était au bord de la faillite a recueilli près de 30 millions d’euros depuis l’attaque et son tirage est monté en flèche. Ils ont vendu 7 millions d’exemplaires du numéro des survivants, tandis que le tirage normal était de 30 000.

Actuellement le magazine est détenu à 40% par les parents de Charb, une des victimes de la tuerie, à 40% par Riss, blessé le 7 janvier mais survivant et devenu le nouveau directeur, et à 20% par Eric Portheault, co-gérant.

Entretemps, la place de la République à Paris, avec ses statues, allégories de la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, est devenue un lieu de pèlerinage pour ceux qui veulent rendre hommage aux victimes et un collectif s’est créé pour le protéger. À Angoulême, siège de la bande dessinée, une place a déjà été rebaptisée Place Charlie.

Mon site web : www.saliannefrenchfocus.com

charlie hebdo 2

Pour l’agrandir, cliquer sur la photo

WHAT’S THE FUTURE FOR CHARLIE ?

Be honest: had you heard of Charlie Hebdo before the seventh of January? Oddly enough, the satirical magazine was the subject of my first ever blog post on 26 September 2012, when Charlie was in the news because of its controversial cartoons. (see archive)

World-famous from then on, the eleven members of staff of the decimated editorial team are asking that all co-workers become equal shareholders in the paper. Danger money perhaps. The weekly, which was on the edge of bankruptcy, has made nearly 30 million euros since the attack and its circulation has shot up. They sold 7 million copies of the ‘survivors’ issue, whereas the normal figure was 30 000.

Currently 40% of shares in the magazine are held by Charb’s parents, Charb being one of the victims of the massacre, 40% by Riss, injured on the seventh of January, but surviving and now the new director, and 20% by Eric Portheault, co-manager.

Meanwhile, Paris’s place de la République, with its allegorical statues of Freedom, Equality and Brotherhood, has become a place of pilgrimage for people who want to pay hommage to the victims and a group has come together to look after it. In Angoulême, home of cartoons, a square has already been renamed ‘Place Charlie’.

My website: www.saliannefrenchfocus.com


LA FRANCE EN DEUIL

janvier 9, 2015

Mercredi soir, des rassemblements spontanés ont eu lieu partout en France pour condamner le massacre à Charlie Hebdo et rendre hommage aux victimes. Les placards portant les mots ‘Je suis Charlie’ ont poussé comme des champignons dans la rue et sur Internet.

Jeudi a été déclaré une journée de deuil national. Les drapeaux étaient en berne et on a observé une minute de silence à midi. Les deuils nationaux sont rares en France : en 1930 suite à des inondations dans le sud de la France, à l’occasion des décès de Présidents de la République, après les attentats du 11 septembre 2001 et à la mort du pape Jean Paul.

Je préfère mourir debout que vivre à genoux’  pour citer la formule célèbre de Charb, un des victimes de l’attaque meurtrière. Chez Charlie Hebdo, tout et tout le monde étaient cible légitime : des politiques au pape, des célébrités à Mohammed.

Qui seront les gagnants de ce triste épisode dans l’histoire de la France ? Les xénophobes ? Le Front National ? Les perdants seront sans doute le gouvernement actuel et les musulmans inoffensifs bien intégrés dans la société française.

L’ironie veut que cette semaine on ait vu la publication du dernier roman controversé de Michel Houllebecq ‘Soumission’ qui imagine une France sous la tutelle d’un Président islamiste. L’auteur nie toute accusation d’islamophobie.

 

je suis charlie 1

 

FRANCE IN MOURNING

On Wednesday evening, spontaneous gatherings took place all around France to condemn the Charlie Hebdo (Charlie Weekly) massacre and pay tribute to the vicitms. Signs bearing the words ‘I am Charlie’ sprang up in the streets and on the Internet.

Thursday was declared a day of national mourning. Flags were at half mast and a minute’s silence was observed at midday. National mourning is rare in France: in 1930 after floods in the south of France, on the deaths of French presidents, after the 9/11 attacks and on the death of Pope Jean Paul.

Charb, one of the victims of the murderous attack,  famously said ‘I prefer to die standing up than to live on my knees’ At Charlie Hebdo, everything and everyone was fair game: from politicians to the pope, from celebrities to Mohammed.  

Who will be the winners from this sad episode in French history? Xenophobes? The National Front? The losers will doubtless be the current government and harmless Muslims well integrated into French society.

It’s ironic that this week has seen the publication of Michel Houllebecq’s latest controversial novel ‘Submission’ which imagines France under an Islamist President. The author denies accusations of xenophobia.