NOUS REVOILÀ: C’EST LA SAISON DU BAC

juin 12, 2017

Ceux qui sont des lecteurs de longue date de mon blog vont peut-être se demander pourquoi, presque chaque année au mois de juin, je me sens obligée d’écrire un article au sujet du bac. Quelqu’un qui, en général, n’est pas en faveur des examens.

Deux raisons me viennent à l’esprit: d’abord, le baccalauréat est une institution française, un monument national selon certains et un rite de passage entre l’enfance et l’âge adulte. Deuxièmement, j’adore le mot baccalauréat qui provient du latin bacca (baie, olive, arbre à baies) et laureatus (couvert de laurier). Quelqu’un qui réussit l’examen s’appelle un bachelier ou une bachelière. À noter aussi que passer un examen n’est pas équivalent à l’anglais to pass an exam. En fait, ça veut dire to sit an exam. On dit réussir un examen pour to pass an exam.C’est un tantinet déroutant.

Le taux de réussite au bac ne cesse de progresser: en 2016, 88,5% des candidats sont admis. Historiquement, le bac est le premier grade universitaire, mais la moitié des candidats reçus va ensuite échouer dans le supérieur, ce qui montre que le bac n’est en réalité qu’un certificat de fin d’études secondaires.

Quoi qu’il en soit, plus de 800 000 candidats vont plancher les épreuves du bac à partir de cette semaine. Comme chaque année, c’est la philo qui va ouvrir le bal. Le bonheur, le désir, la morale, la liberté, la conscience, la vérité … Si les étudiants ont bien fait leurs révisions, l’épreuve ne contiendra pas de surprises. Tout ce que vous avez à faire c’est de rédiger une copie soignée et de faire une bonne dissertation. Fastoche!

D’autres articles au sujet du bac dans l’archive de saliannefrenchfocus.wordpress.com :
Le Bac Philo en date du 18 juin 2013, La Philo sur Twitter du 20 juin 2014, Des demeurés ou des victimes de l’injustice? du 23 juin 2015 et Réflexions sur le bac du 19 juin 2016.

HERE WE ARE AGAIN: IT’S TIME FOR THE BAC

Longtime readers of my blog may wonder why, practically every year during June, I feel compelled to write an article about the bac. Someone who, generally speaking, is not in favour of exams.

Two reasons spring to mind: first of all, the baccalauréat is a French institution, a national monument according to some people and a rite of passage between childhood and adulthood. Secondly, I love the word ‘baccalauréat’ which comes from the Latin ‘bacca’ (berry, olive, berry tree) and ‘laureatus’ (covered in glory). People who have passed the exam are known as bachelors. Note also that ‘passer un examen’ isn’t equivalent to the English ‘to pass an exam’, Actually, it means ‘to sit an exam’. You say ‘réussir un examen’ for ‘to pass an exam’. It’s a tad confusing.

The pass rate for the bac keeps on going up: in 2016, 88.5% of candidates were successful. Historically, the bac is the first grade of university, but half the bachelors go on to fail in further education, which shows that the bac is really only a certificate of having completed your secondary education.

Whatever the case, over 800,000 candidates will sit the bac papers beginning this week. It’s the same every year, philosophy will open the proceedings. Happiness, desire, ethics, freedom, conscience, truth … If students have done their revision well, there won’t be any surprises in the paper. All you have to do is produce a neat paper and write a good essay. Dead easy!

Other articles about the bac in the saliannefrenchfocus.wordpress.com archive: ‘The Philosophy Bac’ dated 18 June 2013, ‘Philosophy on Twitter’ dated 20 June 2014, ‘Half-wits or victims of injustice?’ dated 23 June 2015 and ‘Thoughts on the Bac’ dated 19 June 2016.


LE BAC PHILO

juin 18, 2013

C’est une pensée qui donne à réfléchir. Hier, en France, 664 709 candidats au bac, âgés de 13 à 91 ans, ont planché l’épreuve philo. Je n’ai pas pu trouver le nombre exact de gens qui passeront l’examen anglais A-level Philosophy au Royaume-Uni cette année, mais il paraît qu’en 2005, il n’y avait que 2,459 candidats et le sujet n’est offert que par un seul comité d’examens.

La philosophie fait partie du programme du bac français presque sans interruption depuis sa création sous Napoléon en 1808. En Angleterre, une telle tradition n’existe guère.

Même si on discute beaucoup au sujet du coût élevé du bac à l’État (estimé par un syndicat à 1,5 milliard d’euros), la plupart des gens restent convaincu de sa valeur dans l’ensemble. Et en ce qui concerne la philo, ce n’est pas une promenade de santé certes, mais n’est-il pas important d’encourager les jeunes à se débattre avec des sujets aussi importants, de pouvoir argumenter et exprimer leurs opinions ?

Dans un article du Figaro ‘Étudiant’, le philosophe Luc Ferry vous donne ses idées sur trois sujets qui ont figuré dans l’épreuve 2013 :

Le travail, permet-il de prendre conscience de soi ?

Le langage n’est-il qu’un outil ?

Peut-on agir moralement sans s’intéresser à la politique ?

Si ça vous intéresse, vous pouvez lire ses ébauches de réponses à ces questions ici :

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/le-corrige-des-epreuves-de-philo-de-luc-ferry-2176/

My Philosophy Bookshelf(top)

Philosophy Bookshelf (Photo credit: jddunn)

 

LE BAC PHILO

It’s a sobering thought. Yesterday, in France, 664 709 candidates for the baccalaureate, aged from 13 to 91, sat the philosophy test. I haven’t been able to find the exact number of people who’ll be sitting A-level Philosophy in the UK this year, but it seems that in 2005 there were only 2,459 candidates and that the subject is only offered by one exam board.

Philosophy has been part of the French bac syllabus almost without interruption since its creation under Napoleon in 1808. In England, such a tradition scarcely exists.

Even if there’s a lot of discussion about the high cost to the State of the bac (estimated by one union to amount to 1.5 billion euros), most people remain convinced of its overall value. And as far as philosophy’s concerned, admittedly it’s not an easy ride, but isn’t it important to encourage young people to wrestle with such important subjects, to be able to discuss and express their opinions?

In an article on the Figaro ‘Student’ website, philosopher Luc Ferry gives his ideas on three of the subjects which featured in the 2013 exam:

Does work enable you to become self-aware?

Is language just a tool?

Can we act morally without taking an interest in politics?

 If you’re interested, you can read his outline replies to these questions here:

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/le-corrige-des-epreuves-de-philo-de-luc-ferry-2176/