DIRE AU REVOIR AUX CABINES TÉLÉPHONIQUES

décembre 18, 2017

Ça y est. Les téléphones portables règnent en maîtres. Le 31 décembre marque la fin d’une époque. À partir de cette date, il n’y aura plus de cabines téléphoniques publiques en France.

Dans les années 1990, il y en avait quelque 300 000. Vers la fin de 2017, il ne restait que 5 450, dont la disparition est maintenant programmée. De nos jours, la plupart des gens, équipés de leurs smartphones, boudent les cabines téléphoniques. Même les sans-abri ont souvent un mobile élémentaire sans abonnement.

Par contre, au Royaume-Uni, la BT planifie de mettre à la casse la moitié des cabines téléphoniques, dont l’usage a diminué de 90% pendant la dernière décennie. Personne ne va déplorer la disparition de beaucoup de ces dépôts malodorants de pigeons morts et de plats à emporter à moitié mangés. Et pourtant, les cabines rouges sont vraiment emblématiques de la vie britannique et leur présence réconfortante va beaucoup manquer à certains.

Mais que deviennent les anciennes cabines françaises? À Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine, on a transformé huit cabines en bibliothèques de rue. Les collectionneurs sortent d’un peu partout: on peut en trouver sur Internet au prix de 300 euros! Les plasticiens, eux aussi, se font remarquer, comme le Lyonnais Benedetto Bufalino qui circule sur la voie publique dans une cabine Publiphone à roulettes, appelée, bien sûr, le téléphone mobile. Une vidéo Youtube à ne pas manquer: https://www.youtube.com/watch?v=47-DkukSZWc

Je souhaite à tous mes lecteurs et lectrices de bonnes fêtes et vous remercie de votre fidélité.

SAY GOODBYE TO PHONE BOXES

That’s it. Mobile phones reign supreme. The 31st December will mark the end of an era. From this date, there will no longer be any public telephone boxes in France.

In the nineties, there were some 300,000. By the end of 2017, there were only 5,450 left and they are now due to disappear. These days, most people, armed with their smartphones, turn their noses up at telephone boxes. Even the homeless often have a basic pay-as-you-go mobile.

On the other hand, in the UK, BT is planning to scrap half of phone boxes, whose use has gone down by 90% in the last ten years. No-one will bemoan the disappearance of a lot of these smelly repositories of dead pigeons and half-eaten takeaways. However, the red boxes are symbolic of British life and some people will really miss their comforting presence.

But what’s happening to the old French boxes? In Rueil-Malmaison in the Hauts-de-Seine eight have been made into street libraries. Collectors are coming out of the woodwork: you can find them on the Internet at a price of 300 euros! Visual artists are also coming to the fore, such as Benedetto Bufalino from Lyon, who goes around on public roads in a Publiphone box on wheels, of course called a mobile phone. An unmissable Youtube video: https://www.youtube.com/watch?v=47-DkukSZWc

Season’s greetings to all my readers and thanks for continuing to follow the blog.

Publicités

ROUEN PREND DE L’AVANCE

décembre 11, 2017

Deux ans après l’accord international sur le climat, la lutte contre le réchauffement climatique a fait un pas en avant à Rouen avec le lancement d’une mini COP21. Cette COP21 locale vise à réduire la consommation énergétique en rénovant 100% des logements et convertir totalement en énergie renouvelable avant 2050.

On espère rattraper le retard d’une ville marquée par la pétrochimie et le tout bagnole. En partenariat avec l’ONG WWF, la métropole, qui compte plus de 500 000 habitants, veut créer des conditions de mobilisation pour encourager les citoyens à participer à cette révolution indispensable pour la planète.

Capitale administrative de la région Normandie, la ville de Rouen a été désignée sous le nom de “ville aux cent clochers” par Victor Hugo. Elle est aussi surnommée irrévérencieusement “le pot de chambre de la Normandie” à cause de sa réputation d’être la ville la plus pluvieuse de Normandie. Sa cathédrale, dont la flèche est la plus haute de France à 151 mètres, a inspiré Claude Monet qui l’a immortalisée dans sa série “Cathédrales”. Le Gros Horloge est aussi un monument emblématique de la ville qui est jumelée avec la ville anglaise de Norwich.

Aujourd’hui Rouen prend la balle au bond. Espérons que d’autres villes vont vite suivre l’exemple. Encore un sommet international aura lieu à Paris le 12 décembre 2017, exactement 2 ans après l’accord de Paris.

ROUEN TAKES THE LEAD

Two years after the international climate agreement, the fight against climate change has taken a step forward in Rouen with the launch of a mini COP21. This local COP21 aims to reduce energy consumption by renovating 100% of housing and to convert completely to renewable energy by 2050.

It’s hoped to make up for having fallen behind in this town characterised by the petrochemical industry and overrun with cars. In partnership with the NGO WWF, the metropolis, which has more than 500,000 inhabitants, wants to create the conditions to mobilise its citizens to join in this revolution essential for the planet.

The administrative capital of the Normandy region, the town of Rouen was given the name of “town of a hundred bells” by Victor Hugo. It was also irreverently nicknamed “the chamber pot of Normandy” because of its reputation for being the rainiest town in Normandy. Its cathedral, whose spire is the highest in France at 151 metres, inspired Claude Monet who immortalised it in his “Cathedral” series. The Big Clock is another iconic monument in the town which is twinned with the English town of Norwich.

Today Rouen is seizing the opportunity. Let’s hope that other towns will soon follow suit. Another international summit will be taking place in Paris on 12 December 2017, exactly two years after the Paris agreement.


LA FRANCE EN DEUIL

décembre 6, 2017

La France est en deuil: Johnny Hallyday, le roi du rock français, est mort d’un cancer du poumon cette nuit, à l’âge de 74 ans.

Depuis son arrivée sur la scène rock en 1960, il a fait partie de la vie de tous les Français et tout le monde pleure sa disparition. On a tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday” a dit le Président de la République, Emmanuel Macron, ce matin, nous rappelant les paroles d’un des plus grands tubes de Johnny “Quelque chose de Tennessee”.

Johnny a eu une enfance difficile sans chez lui stable. Il a eu un accrochage avec les paparazzi à l’âge de 18 ans, au moment de sa première rencontre avec son père Léon Smet. Cinq mariages, une tentative de suicide, des problèmes avec le fisc … le rockeur mythique a toujours été plus grand que nature. Pourtant, pudique, il ne parlait que rarement de lui.

N’oublions pas que Johnny était aussi acteur. Sa représentation de l’homme mystérieux dans “L’homme du train” était un véritable tour de force. Jean Rochefort (mort, lui aussi, il y a deux mois) a joué le rôle de l’ancien enseignant qui se rêvait aventurier, et Johnny le rôle du voyageur qui s’envisageait pantouflard. Un film de 2002 qu’il vaut la peine de revoir.

Ses chansons ont bercé l’enfance et la jeunesse de beaucoup de Britanniques francophiles. Quel est votre titre préféré de Johnny?

FRANCE IN MOURNING

France is in mourning: Johnny Hallyday, the king of French rock, died last night from lung cancer at the age of 74.

Since his arrival on the rock scene in 1960, he has been part of every French person’s life and everybody is mourning his death. “We all have something of Johnny Hallyday in us” said President Emmanuel Macron this morning, echoing the words of one of Johnny’s biggest hits “Quelque chose de Tennessee” (Something of Tennessee).

Johnny had a difficult childhood with no stable home. He had a run-in with the paparazzi at the age of 18 when he first met his father Léon Smet. Five marriages, a suicide attempt, problems with the tax authorities … the mythical rocker was always larger than life. And yet, he was modest and rarely spoke about himself.

Don’t let’s forget that Johnny was also an actor. His performance as the mysterious man in “L’homme du train” (The Man on the train) was a real tour de force. Jean Rochefort (who also died two months ago) played the role of the former teacher who dreamt of being an adventurer and Johnny the role of the traveller who saw himself as a stay-at-home. A 2002 film which is well worth seeing again.

Many francophile Brits grew up on his songs. What’s your favourite Johnny track?