LES PARISIENNES

C’était comment pour les femmes qui vivaient à Paris entre 1939 et 1949? Si cette époque de l’histoire vous intéresse, le livre d’Anne Sebba “Les Parisiennes” (écrit en anglais) va vous plaire énormément. À une époque où les femmes n’avaient pas le droit de vote (seulement acquis en 1946), elles ont néanmoins joué un rôle important pendant “les années noires” de l’occupation allemande.

Sebba examine les collaboratrices et les résistantes, les actrices et les putes, les enseignantes et les écrivaines, les espionnes et les maîtresses, les grandes couturières et les coureuses automobiles (oui, vous l’avez lu correctement), afin de brosser un tableau des choix entre la vie et la mort auxquels les femmes étaient confrontées chaque jour.

L’exode de Paris de millions de personnes et les tribulations de la vie quotidienne de celles qui sont restées sont cataloguées en détail d’une façon fascinante. Il y a plusieurs photos intéressantes, dont une de chics femmes cyclistes qui pédalent à travers Paris pour la “Journée d’élégance à bicyclette” en juin 1942 (le pantalon était interdit mais des jupes-culottes contournaient le problème). Une autre photo montre les sacs cylindriques à la mode que les femmes portaient pour transporter leurs masques à gaz.

Au revers de la médaille, on voit aussi la photo d’une femme accusée de “collaboration horizontale”, humiliée en public, tondue et une croix gammée peinte sur le front.

Un bon livre à parcourir ou à lire de la première à la dernière page, selon le goût personnel.

LES PARISIENNES

What did it feel like to be a woman living in Paris from 1939 to 1949? If you’re interested in the history of this period, you’ll really like Anne Sebba’s book Les Parisiennes (written in English). At a time when French women didn’t have the vote (only acquired in 1946), they nevertheless played an important role during the ‘dark years’ of the German occupation.

Sebba looks at collaborators and resisters, actresses and prostitutes, teachers and writers, spies and mistresses, fashion designers and racing drivers (yes you read that correctly), to paint a picture of the life-and-death choices women had to face every day.

The flight from Paris of millions of people and the trials and tribulations of those who stayed behind are catalogued in fascinating detail. There are several interesting photos, including one of glamorous lady cyclists pedalling through Paris on the « Elegance on Bicycles Day » in June 1942 (trousers were officially prohibited but the divided skirt got round the problem). Another photo shows the fashionable cylindrical bags women carried containing their gas masks.

On the other side of the coin, you can also see a photo of a woman accused of “horizontal collaboration”, publicly humiliated, her head shaved and a swastika painted on her forehead.

A good book to dip into or to read cover to cover according to your taste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :