LES MULOTS ONT PRIS GOÛT AU LUXE

Travailler toute l’année et ensuite voir votre culture décimée par des rongeurs doit être tout à fait exaspérant, pour ne pas dire écrasant. Et quand il s’agit de l’épice la plus chère du monde, c’est une calamité.

Connu sous le nom d’or rouge (ça se vend à 30 000 euros par kilo), le safran est une épice extraite de la fleur du crocus sativus. La main-d’œuvre nécessaire pour la récolter explique son prix élevé : on utilise seulement les stigmates. Il est possible de le cultiver un peu partout en France, la nature du climat étant plus importante que la nature du sol.

Cette plante mystérieuse serait originaire du Cachemire et introduite en Gaule par les Phéniciens, et plus tard par les croisés au retour de Palestine. C’est un ingrédient indispensable de la paella espagnole et aussi de la bouillabaisse.

Le journal La Montagne a récemment rapporté qu’à Fontanières dans le département de la Creuse, la productrice Véronique Frachon avait perdu sa récolte entière à ces petits monstres. Il est bien connu que les mulots et les compagnols sont friands de ces bulbes et cette année les rongeurs ont proliféré à cause du manque d’hiver. D’habitude elle produit plusieurs kilos de safran par an, mais cette année sa production a été complètement anéantie. Encore un exemple de la précarité de l’agriculture au gré des conditions climatiques.

 

safran 

FIELD MICE WITH A TASTE FOR LUXURY

To work hard all year and then have your crop decimated by rodents must be pretty galling, not to say crippling. And when your crop is the most expensive spice in the world, it’s a calamity.

Known as ‘red gold’(it sells at 30,000 euros per kg), saffron is a spice extracted from the flower of the crocus sativus. The manpower needed to harvest it is responsible for the high price: only the stigma are used. Saffron can be grown more or less anywhere in France, the climate being more important than soil conditions.

This mysterious plant is said to have originated in Kashmir and to have been introduced into Gaul by the Phoenicians and later by crusaders returning from Palestine. It’s an essential ingredient of Spanish paella and is also of bouillabaisse.

The newspaper ‘La Montagne’ (The Mountain) recently reported that in Fontanières in the Creuse department, producer Véronique Frachon had lost her entire crop to these little monsters. It’s well known that field mice and voles are partial to these bulbs and this year the rodents have proliferated due to the mild winter. Normally, she produces several kilos of saffron per year, but this year the crop has been completely wiped out. Another example of the precariousness of farming at the mercy of the weather.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :