MADAME LE PRÉSIDENT

Comment devrait-on s’adresser à la Socialiste Sandrine Mazetier quand elle préside l’Assemblée Nationale ?

Au début octobre, le député UMP Julien Aubert a continué à l’adresser comme Madame le Président (au lieu de Madame la Présidente), malgré un rappel de l’inacceptabilité de cette forme d’adresse. Le coupable s’est défendu en rappelant que l’Académie Française s’oppose à la féminisation des professions et a tranché en faveur du titre Madame le Président. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée, a déclaré que ce n’est pas l’Académie Française qui est responsable des règles de l’Assemblée et le provocateur Aubert a écopé d’une amende à hauteur de 1378 euros.

Ça ressemble à la polémique autour de la désignation de ‘chairperson’ en anglais. En France, certains métiers ont des versions masculines et féminines qui sont bien d’usage dans la langue courante : instituteur/institutrice, directeur/directrice, acteur/actrice, gérant/   gérante… Mais l’Académie Française s’oppose à la féminisation des titres professionnels.

Les arguments des académiciens (et académiciennes !) sont d’abord linguistiques : le masculin en français est l’équivalent du neutre, et ensuite politiques et sociologiques :  les femmes accèdent de plus en plus  à des positions de responsabilité et  il est important, pour l’égalité hommes/femmes, de ne pas marquer le genre du titulaire.

Il me semble que cette affaire n’est au fond qu’une tempête dans un verre d’eau. L’Assemblée Nationale n’a-t-elle pas d’autres chats à fouetter ?

 

HEMICYCLE 2

L’hémicycle de l’Assemblée Nationale

MADAME LE PRÉSIDENT

How should you address the Socialist Sandrine Mazetier when she’s chairing the National Assembly (Parliament)?

At the beginning of October, the UMP MP Julien Aubert kept on calling her Madame le Président (instead of  Madame la Présidente), despite being reminded that this form of address was unacceptable. The culprit defended himself by pointing out that the Académie Française is opposed to the feminisation of job titles and favours the title Madame le Président. Claude Bartolone, chairman of the Assembly, stated that the Académie Française isn’t in charge of the rules of the Assembly and the controversial Aubert got fined to the tune of 1378 euros.

This is like the controversy surrounding the designation ‘chairperson’ in English. In France, some professions have masculine and feminine versions which are in common usage: instituteur/institutrice (teacher), directeur/directrice (director), acteur/actrice (actor/actress), gérant/gérante (manager/manageress). But the Académie Française is opposed to the feminisation of professional titles.

The arguments of academy members (male and female!) are firstly linguistic: in French the masculine gender is equivalent to the neuter, and then political and sociological: women are gaining positions of responsibility more and more often and  it’s important, for gender equality, not to emphasise the gender of the incumbent.

It seems to me that this affair is basically nothing more than a storm  in a teacup. Hasn’t the National Assembly got other fish to fry?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :