PAS DE VACANCES POUR LES FRANÇAIS ?

D’habitude, le mois de juin arrivé, on commence à avoir hâte de partir en vacances. Mais beaucoup des Français ont le cafard car, selon IPSOS, seuls 58% d’entre eux comptent partir en vacances entre juin et septembre, 8 points de moins qu’en 2012.

À cause de la crise financière, beaucoup sont fauchés, ce qui les empêche de prendre la poudre d’escampette. Le journal Libération parle des ‘grandes vacances à Sainte-Mer-la Dèche’. Pour  les Franciliens qui vont passer le mois d’août à la maison, reste l’option de s’installer à Paris Plages le long des bords de Seine et au bassin de la Villette. Mais on va probablement devoir mégoter sur les restos, les glaces, les friandises, les apéros, les loisirs payants etc.

D’autres font des économies en réduisant la durée du séjour ou en choisissant le camping au lieu de la location d’un appart ou une chambre d’hôtel, tandis que certains ont l’intention de squatter chez des amis ou de la famille. D’accord, ce n’est pas le grand luxe, mais c’est un changement d’air, toujours ça de pris.

En ce qui concerne le tourisme, ce n’est pas encore la panique générale, car on compte sur le retour en force en France des Britanniques qui, même s’ils ne sont pas tout à fait dans la dèche, ils rognent sur leurs frais de vacances en ignorant les destinations lointaines.

 

paris plage

 

NO HOLIDAYS FOR THE FRENCH ?

Usually, by June, people are beginning to long for their holidays. But many French people are fed up because, according to IPSOS, only 58% of them are expecting to go away on holiday between June and September, 8 points less than in 2012.

Because of the financial crisis, many are broke, which is stopping them from taking off. The newspaper ‘Libération’ is talking of ‘summer holidays at Saint Broke on Sea’. For people in the Paris area who are staying at home in August, there’s the option of going to the Paris beaches along the Seine and at the bassin de la Villette. But they’ll probably have to skimp on restaurants, ice creams, sweets, aperitifs, and entertainment where you have to pay.

Others are saving money by reducing the length of their stay or by chosing to go camping instead of renting an apartment or a hotel room, whilst some intend to squat with friends or family. OK, it’s not the height of luxury, but it’s a change of scene, which is something at least.

As for tourism, it’s not yet panic stations as the British are expected to return in force as, even if they’re not completely broke, they’re cutting down on their holiday expenses by ignoring distant destinations.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :