INSULTER LE PRÉSIDENT

Allez y, foncez, vous êtes désormais libre d’insulter le chef de l’État sans aucun scrupule et sans risquer d’être poursuivi en justice si vous dites ce que vous pensez du Président de la République.

Une loi qui date de 1881 qui punissait le délit d’offense au Président vient d’être abrogée. C’était grand temps. Entre 1881 et 1958, la loi n’avait été invoquée que neuf fois, mais d’après un article de Time Magazine, 350 personnes ont été condamnés pour avoir insulté le Général de Gaulle pendant sa présidence. En 1964, François Mitterrand se moquait déjà d’un régime capable d’imposer une amende de 500 francs à un citoyen qui avait crié « À la retraite » au passage du Général de Gaulle.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme s’est prononcée contre la France  pour avoir condamné Hervé Eon à 30 euros d’amende pour avoir porté une pancarte devant Nicolas Sarkozy où était inscrite la phrase « Casse-toi pov’ con ». L’ironie c’est que c’est la même phrase que Monsieur Sarkozy lui-même a lancée à un inconnu au Salon de l’Agriculture en 2008. Une phrase devenue, depuis lors,  une des plus célebres formules du siècle.

Pour en savoir plus, lisez le livre de Raphaël Meltz qui raconte l’histoire des injures au chef de l’État du premier malfaiteur au dernier : De voyou à pov’con.

 

A sign for the Quai General de Gaulle in Amboi...

Quai General de Gaulle, Amboise, France                 (Photo credit: Wikipedia)

INSULTING THE PRESIDENT

Go for it, you’re now free to insult the head of State without compunction and without the risk of being taken to court if you say what you think about the President of the Republic.

A law dating from 1881 which punished the offence of insulting the President has just been repealed. It was about time. Between 1881 and 1958, the law was only invoked nine times but, according to an article in Time Magazine, 350 people were convicted of having insulted General de Gaulle during his presidency. In 1964, François Mitterrand was already poking fun at a regime capable of fining a citizen 500 francs for having called out “Retire!” when General de Gaulle went by.

The European Court of Human Rights ruled against France for having given Hervé Eon a 30 euro fine for carrying a placard in front of Nicolas Sarkozy on which was written the phrase  « Casse-toi pov’ con » (Get lost you poor jerk). The irony is that this is the same phrase that Mr Sarkozy himself hurled at a stranger at the Agriculture Show in 2008. A phrase which, since then, has become one of the most famous catchphrases of the century.

To find out more, read Raphaël Meltz’s book which tells the story of insults to the head of state from the first wrongdoer to the last: De voyou à pov’con (From Hooligan to Poor Jerk).

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :