LES COLONNES MORRIS

Ceux qui visitent souvent Paris auront noté que, depuis 2006, les colonnes Morris sont en voie de diminution. C’est alors que, au grand dam de beaucoup de Parisiens et de touristes, le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, a décidé d’en détruire plus de 220 pour ‘désencombrer l’espace public’ et ‘lutter contre l’affichage sauvage’.

Pour ceux qui ne connaissent pas la ville Lumière, il reste encore environ 550 de ces cylindres où on peut voir les affiches publicitaires des évènements culturels du coin. Construites en fonte verte avec leurs toitures en marquise hexagonale et leurs dômes bombés, ces colonnes élégantes sont devenues des objets emblématiques de l’image de Paris. Inventées en Allemagne en 1845, c’est l’imprimeur Gabriel Morris qui en a obtenu la concession Parisienne en 1868, d’où leur nom célèbre.

Même Marcel Proust en était manifestement fan. Il décrit dans son livre Du côté de chez Swann comment il courait chaque matin à la colonne la plus proche pour voir le programme du jour, enthousiasmé par ‘la couleur des affiches encore humides et boursoufflées de colle’.

De nos jours Pariscope a peut-être remplacé les colonnes Morris comme première source d’infos culturelles, mais ce mobilier urbain distinctif conservera toujours une place dans le cœur des amoureux de Paris.

Français : Colonne Morris à l'entrée du métro ...

Colonne Morris à l’entrée du métro Saint Jacques à Paris (Photo credit: Wikipedia)

LES COLONNES MORRIS

People who often visit Paris will have noted that, since 2006, the number of Morris columns has been decreasing. That was when, to the annoyance of many Parisians and tourists, the Mayor of Paris, Bertrand Delanoë, decided to destroy more than 220 of them, in order to ‘declutter public spaces’ and ‘fight against excessive fly-posting’.

For those who don’t know the ‘City of Light’, there are still about 550 of these cylinders where you can see advertising posters for local cultural events. Made of green cast-iron with their hexagonal glass canopies and rounded domes, these elegant columns have achieved iconic status in the Paris street scene. Invented in Germany in 1845, it was the printer Gabriel Morris who obtained the concession to run them in Paris in 1868, hence the famous name.

Even Marcel Proust was obviously a fan. In his book ‘Du côté de chez Swann’ he describes how he used to run every morning to the nearest column to see the day’s programme, filled with enthusiasm by ‘the colour of the posters, still wet and bulging with glue’.

These days ‘Pariscope’ has probably replaced the Morris columns as the primary source of cultural information, but this distinctive street furniture will always keep a place in the heart of lovers of Paris.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :