LE QUAI DE OUISTREHAM

Je viens de lire un livre mémorable, un récit de la journaliste Florence Aubenas qui a passé six mois en 2009 ‘infiltré’ dans le milieu des travailleurs précaires, des smicards, des demandeurs d’emploi et des chômeurs à Caen.

L’auteur est célèbre en France comme journaliste au journal  Libération et à l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur et aussi parce qu’elle a été retenue en otage en Irak pendant plusieurs mois en 2005.

Elle veut connaître à fond comment les gens qui ont à peine de quoi vivre ressentent la crise économique. Elle trouve des petits boulots comme femme de ménage dans un camping, sur les ferrys et ailleurs et y reste jusqu’à ce qu’elle décroche un CDI*. L’hiver suivant elle retourne dans sa chambre meublée minable pour écrire ce livre.

Si vous avez déjà pris le ferry et débarqué à Caen, vous allez peut-être reconnaître cette région ordinaire de la France, loin des gîtes pittoresques où nous anglais passons souvent nos vacances.  Devinez combien de temps est imparti pour nettoyer les sanis d’une cabine ? Trois minutes ! Ça vous donne une idée de la pression sous laquelle les gens travaillent.

Facile à lire, je recommande Le Quai de Ouistreham pour son style réaliste et incisif. Pour les apprenants de français, il y a beaucoup de vocabulaire et expressions courantes utiles. France Culture a sérialisé le livre – pour en écouter un extrait, voici le lien :

http://www.franceculture.fr/emission-fictions-le-feuilleton%E2%94%8211-12-le-quai-de-ouistreham-de-florence-aubenas-15-2011-08-29

*CDI – un contrat à durée indéterminée

Florence Aubenas au Press Club de France

Florence Aubenas au Press Club de France (Photo credit: Wikipedia)

LE QUAI DE OUISTREHAM

I’ve just read a memorable book by the journalist Florence Aubenas, an account of the six months she spent in 2009 ‘under cover’ amongst workers in temporary jobs, minimum wage earners, people looking for work or unemployed in Caen.

The author is well known in France as a journalist at the newspaper  ‘Libération’ and the weeklyLe Nouvel Observateur’ and also because she was held hostage in Iraq for several months in 2005.

She wants to really find out how people who scarcely have enough to live on are surviving the economic crisis. She finds various part-time jobs as a cleaner at a campsite, on the ferries and elsewhere and stays until she manages to get a CDI*. The following winter she returns to her shabby bedsit to write this book

If you’ve ever taken the ferry to Caen, you may recognise this ordinary part of France, a far cry from the picturesque holiday homes where we English often spend our holidays. Guess how much time is allowed for cleaning the bathroom of a cabin? Three minutes! That gives you an idea of the pressure these people are working under.

It’s easy to read and I recommend ‘Le Quai de Ouistreham’ for its down-to-earth, no-nonsense style. For learners of French, there’s a lot of useful vocabulary and common expressions. France Culture serialised the book – to listen to an extract, here’s the link

http://www.franceculture.fr/emission-fictions-le-feuilleton%E2%94%8211-12-le-quai-de-ouistreham-de-florence-aubenas-15-2011-08-29

*CDI – a permanent, open-ended contract, i.e. a proper job

Un commentaire pour LE QUAI DE OUISTREHAM

  1. Lucy dit :

    Merci Sally. Vous ouvrez une autre fenetre sur le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :